Sciences

Et si les algorithmes remplaçaient les tests sur les animaux?

Temps de lecture : 2 min

Les essais de produits chimiques sur les animaux pourraient bientôt faire partie du passé grâce à un algorithme développé par une équipe de recherche américaine.

Un espoir pour que les cobayes n'en soient plus | Ricky Kharawala via Unsplash
Un espoir pour que les cobayes n'en soient plus | Ricky Kharawala via Unsplash

Après des décennies d'essais de produits de beauté ou de nettoyants industriels sur les animaux, l’intelligence artificielle vient au secours des petits mammifères de laboratoire.

D’après une étude menée par une équipe de recherche de l'université Rutgers aux États-Unis, un algorithme pourrait permettre de tester la toxicité de différents produits chimiques sans recourir aux animaux.

«Il existe un besoin urgent à travers le monde de trouver un moyen précis, rapide et à faible coût de tester la toxicité des produits chimiques afin de garantir la sécurité des personnes qui les manipulent et des milieux dans lesquels ils sont utilisés. Les tests sur les animaux ne peuvent pas à eux seuls répondre à ce besoin», soutient Daniel Russo, chercheur à l’initiative du projet.

Prédire efficacement la toxicité

L'équipe de recherche a développé un algorithme capable d’extraire d’une base de données des informations sur des millions de produits chimiques. Celui-ci compare les fragments de composés chimiques déjà testés avec ceux de composés chimiques non testés et évalue, grâce à plusieurs méthodes mathématiques, leurs similitudes et leurs différences afin de prédire la toxicité d'un produit chimique non testé.

«L’algorithme extrait d’énormes quantités de données et permet de cerner les liens entre des fragments de composés chimiques de différents types plus rapidement que l’humain», détaille Lauren Aleksunes, professeure agrégée à Rutgers.

Pour affiner l’analyse de l'algorithme, les scientifiques ont testé 7.385 composés chimiques dont la toxicité est connue, puis lui ont soumis quelque 600 nouveaux composés chimiques. Pour plusieurs catégories de produits chimiques, l'algorithme a correctement prédit le niveau de toxicité orale de 62% des échantillons.

«Bien que la suppression totale des tests sur les animaux n’est pour l’instant pas à l’ordre du jour, cette nouvelle technique constitue un pas important pour répondre aux attentes de l'industrie, qui développe sans cesse de nouveaux produits chimiques, tout en renforçant la sécurité environnementale et écologique», déclare Hao Zhu, membre de l’équipe de recherche.

Newsletters

Pourquoi l'accouchement est plus difficile chez les humains que chez les grands singes

Pourquoi l'accouchement est plus difficile chez les humains que chez les grands singes

Une étude très récente s'est intéressée à l'accouchement chez les australopithèques pour comprendre depuis quand donner naissance était si compliqué pour notre espèce.

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Les symptômes persistants forcent certains travailleurs à trouver des solutions par eux-mêmes pour conserver leur emploi, quand ils ne sont pas tout simplement contraints de le quitter.

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

[L'Explication #60] Elles ont une fâcheuse tendance à faire du lèche-vitrine.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio