Politique

Les Verts sont-ils le nouvel espoir progressiste?

Temps de lecture : 3 min

Les écologistes pourraient-ils constituer bientôt l’alternative à la social-démocratie et à la gauche post-communiste?

Une avenir radieux pour les Verts? | Andrew Kitchen via Unsplash
Une avenir radieux pour les Verts? | Andrew Kitchen via Unsplash

Il est sans doute exagéré de parler d’une irrésisitible vague verte, car elle reste aujourd’hui circonscrite à certains pays de l’UE. Mais la question est posée par leurs récents succès en Allemagne: les Verts pourraient-ils constituer bientôt l’alternative à la social-démocratie et à la gauche post-communiste, dans un contexte ou la préoccupation sociale pour le changement climatique ne cesse de croître?

L’impression, exprimée par plusieurs analystes, que les Verts peuvent déplacer à leur profit le leadership progressiste des partis traditionnels de gauche s’est certainement vue renforcée par les remarquables résultats qu’ils ont obtenus lors des dernières élections régionales en Bavière le 14 octobre 2018. Dans ce cas précis, ils sont devenus la seconde force politique (après la CSU) avec 17,8% des voix, neuf points de plus par rapport aux précédentes élections.

Sans le vouloir, les Verts allemands (Bündnis 90/ Die Grünen) sont devenus une espèce de parti-guide pour les formations de cette famille idéologique dans d’autres pays européens, et suivre leur exemple conduit assurément à des succès: au Luxembourg, les Verts sont passés de 10% à 15%; en Belgique Ecolo et Groen ont obtenu d’excellents résultats aux municipales; et la présence parlementaire écologiste au Danemark, en Finlande ou en Suède est significative.

Electorat volatile

Cependant, on ne peut ignorer certains facteurs propres à relativiser les conclusions que l’on pourrait tirer de ces chiffres. Tout d’abord l’électorat vert est assez volatile: si sa base fidèle de jeunes est importante, l’adhésion de cadres et de professionnels semble être plus circonstancielle. Ensuite l’implantation de ces partis est limitée à quelques pays européens. Enfin la force du Parti vert européen dans le Parlement Européen est modeste (c’est la sixième formation en nombre) et en outre, les Verts partagent un groupe parlementaire avec l’Alliance libre européenne, composée entre autres de nationalistes régionaux de centre-gauche, une alliance singulière mais néanmoins traditionnelle entre des options assez différentes: l’une, clairement cosmopolite, l’autre centrée sur les revendications d’auto-détermination des «vraies» nations devant «l’artificialité» des États.

Historiquement les Verts ne sont pas issus de la tradition politique et idéologique ouvrière; ils sont rattachés à ce que l’on dénomme traditionnellement les «nouveaux mouvements sociaux», porteurs de valeurs post-matérialistes (Inglehart), et qui correspondent à la typologie des partis GAL (Green, Alternative, Libertarian) face aux partis TAN (Traditionalist, Authoritarian, Nationalist), selon la terminologie de Liesbet Hooghe & Gary Marks.

Aujourd’hui les Verts ne sont plus seulement des partis «post-matérialistes», mais proposent des reformes typiquement matérialistes pour améliorer la qualité de la vie des citoyens. De ce fait leur discours combine divers objectifs: la défense de l’environnement, le développement des droits individuels et de la justice sociale, l’intégration européenne, la régulation des marchés et l’ouverture des frontières à l’immigration. De partis «antisystème», ils sont devenus des partis réformistes fiables comme partenaires des partis de gouvernement traditionnels. Dans ce sens, les Verts sont des partis «normalisés» et intégrés dans le système: ils ne constituent plus une alternative radicale en soi, sinon une force de plus dans le camp progressiste, mais ils sont partisans de la réforme, et, pour cette raison, favorables à l’économie mixte et à l’intégration européenne.

Adaptation à la vie politique

Cette intégration systémique les a fait évoluer de partis d’«aficionados» en partis pleinement professionnels, poussés à se soumettre aux contraintes électorales et institutionnelles.

Ces adaptations ont provoqué des tensions et des ruptures (avec le conflit entre realos et fundis chez les Verts allemands) mais à la fin les pragmatiques se sont imposés partout. Ils ont reconfiguré des partis plus proches des partis de gouvernement traditionnels, sans perdre quelques-unes de leur caractéristiques originelles comme le «courantisme», la décentralisation ou la parité par exemple (1).

En conclusion, l’usure de la social-démocratie et la stagnation des post-communistes ne permettent absolument pas d’assurer que ce sont les Verts qui occuperont leur espace perdu. Leur implantation européenne est trop inégale, puisque dans les pays du sud et de l’est de l’Europe ils sont faibles. Leur dénomination d’origine les fait apparaître comme des partis «sectoriels». Même si les Verts défendent aujourd’hui des programmes généralistes, la perception dans beaucoup de secteurs des opinions publiques de divers pays est qu’ils sont des partis spécialisés, qui ne s’intéressent qu’aux questions environnementales, ce qui est insuffisant pour prétendre constituer une alternative globale de gouvernement. Même s’il est vrai que les Verts offrent déjà cette alternative globale de gouvernement, ils ne seront pas la nouvelle force hégémonique du camp progressiste. On peut plutôt faire le pronostic qu’ils seront le troisième pilier du camp progressiste, mais pas partout et non pas comme la force principale.

Cet article, traduit par Isabel Serrano pour Telos, est publié en espagnol sur le site de partenaire Agenda Publica.

1 — Voir le très important ouvrage à ce sujet: E. Gene Frankland, Paul Lucardie, Benoît Rihoux, Green Parties in Transition: The End of Grass-roots Democracy?, Routledge, 2008. Retourner à l'article

Cesáreo Rodríguez Aguilera de Prat Professeur de science politique

Newsletters

Siéger au Parlement européen avec moins de 12.000 voix? C'est possible

Siéger au Parlement européen avec moins de 12.000 voix? C'est possible

Plus de 300 millions de personnes issues de vingt-sept pays sont appelées aux urnes pour élire 705 eurodéputé·es –dont un siège un peu particulier.

Pour Dominique Bourg, «les difficultés, c'est pour maintenant»

Pour Dominique Bourg, «les difficultés, c'est pour maintenant»

La tête de liste Urgence écologie a alerté sur les dangers imminents du changement climatique et sur la nécessité absolue d'une action des pouvoirs publics.

Bâillonner Nick Conrad, un symptôme du conservatisme de la «Douce France»

Bâillonner Nick Conrad, un symptôme du conservatisme de la «Douce France»

De quoi faut-il le plus s'inquiéter: que le rappeur clame avoir «baisé et brûlé la France» ou que le ministre de l'Intérieur veuille saisir le procureur de la République pour censurer une œuvre?

Newsletters