Monde

Près des trois quarts des Russes ont une opinion positive de Staline

Temps de lecture : 2 min

Et pas loin de la moitié pensent que la répression stalinienne était justifiée au vu des résultats obtenus.

Commémorations du 66e anniversaire de la mort de Staline, le 5 mars 2019 à Moscou | Mladen Antonov / AFP
Commémorations du 66e anniversaire de la mort de Staline, le 5 mars 2019 à Moscou | Mladen Antonov / AFP

Depuis 2001, l'institut de sondage Levada mesure la popularité de Joseph Staline en Russie, et c'est en 2019 que le taux d'approbation de l'ancien dictateur soviétique est le plus élevé.

Un récent sondage révèle que 70% des Russes estiment que Staline a eu un impact positif sur la Russie; seuls 19% ont jugé qu'il avait eu un impact négatif. Quelque 1.600 personnes ont été sondées, et la marge d'erreur est de moins de 3,4%.

La part de personnes sondées qui ont considéré que les crimes de Staline étaient justifiés –soit «complètement», soit «d'une certaine manière»– compte tenu des progrès obtenus, a atteint 46%, contre 36% en 2017.

En trente-et-un ans de règne de Staline, de 1922 à 1953, la répression et les famines ont fait environ vingt millions de victimes.

Réhabilitation du passé soviétique

Une analyste de Levada, Karina Pipia, explique que «Staline est vu comme un leader qui garantissait la justice sociale», dans un contexte actuel où le niveau de vie est à la baisse.

Depuis le début des années 2000, le président Vladimir Poutine promeut l'idée selon laquelle la Russie doit être fière de son passé soviétique. Dans les manuels scolaires d'histoire, Staline est présenté comme un héros et un modernisateur plutôt que comme un tyran sanguinaire.

Le sondage a montré que de nombreuses personnes âgées et beaucoup de jeunes de moins de 25 ans avaient tendance à idéaliser le passé soviétique et Staline de façon irrationnelle. En 2017, Staline était arrivé en première place dans un sondage sur les «personnalités les plus remarquables» du monde, devant Vladimir Poutine et le poète Alexandre Pouchkine, deuxièmes ex aequo.

«Staline commence à être perçu comme un symbole de justice et une alternative au gouvernement actuel, vu comme injuste, cruel et sans égards pour la population, analyse le sociologue Leonty Byzov. C'est une image purement mythologique de Staline, très éloignée de la réalité historique.»

Slate.fr

Newsletters

Blonde on Blonde

Blonde on Blonde

Les États-Unis refusent de vacciner les enfants migrants contre la grippe

Les États-Unis refusent de vacciner les enfants migrants contre la grippe

Malgré les trois morts dans des centres de détention américains depuis décembre 2018 et les alertes des médecins.

Un juge mexicain autorise deux personnes à consommer de la cocaïne

Un juge mexicain autorise deux personnes à consommer de la cocaïne

Elles pourront transporter, utiliser et consommer ce stupéfiant à condition de ne pas en faire commerce.

Newsletters