Monde / Économie

Andrew Yang, le candidat geek qui veut convertir les États-Unis au revenu universel

Temps de lecture : 7 min

Il n’est pas le plus connu des Démocrates qui briguent la présidence, mais le businessman est sans doute le plus original.

Andrew Yang au Lincoln Memorial, à Washington, le 15 avril 2019 | Alex Wong / Getty Images / AFP
Andrew Yang au Lincoln Memorial, à Washington, le 15 avril 2019 | Alex Wong / Getty Images / AFP

Si Benoît Hamon était candidat à la présidentielle américaine, il s’appellerait Andrew Yang. Comme lui, il est à gauche. Comme lui, il prône un revenu universel de base, versé tous les mois sans conditions de revenus. Comme lui, il souhaite taxer les robots pour anticiper l’impact de l’intelligence artificielle sur le marché du travail. Comme lui, il a peu de chances de devenir président.

Pourtant, quand on demande à Andrew Yang s’il connaît Benoît Hamon, le New-Yorkais de 44 ans lâche un «non» presque étonné. S’il culmine à 3% d’intentions de vote dans les sondages, le candidat à la primaire démocrate préfère qu’on le compare à l’actuel locataire de la Maison-Blanche. «Deux ans avant l’élection, personne ne donnait une chance à Donald Trump non plus, et regardez où il est maintenant», dit crânement celui qui, comme le président américain avant son élection, n’a jamais été élu ou travaillé en politique.

Un revenu universel à 1.000 dollars

Andrew Yang aussi est issu du monde des affaires. Mais là-dessus, pas question de le mettre dans la même cour que le chef de l’État: «Donald Trump n’est pas un entrepreneur, c’est juste un pro du mauvais marketing qui fait honte à notre communauté de businessmen. Moi, je représente les entrepreneurs.» Créateur du fonds d’investissement Venture For America, il navigue entre New York et la Silicon Valley et s’est lancé dans l’aventure de la présidentielle il y a plus de deux ans déjà.

Surtout, Andrew Yang veut faire la différence à gauche avec un programme radical et parfois extravagant. Début avril, il s’est présenté à New York devant le National Action Network, une organisation de défense des droits civiques devenu un passage obligé pour les politiques qui souhaitent s’adresser à la communauté noire américaine.

Monté sur scène dans un relatif anonymat, quelques minutes après la bête de scène Beto O’Rourke, il en est ressorti sous une standing-ovation improbable. «J’ai un défi: je vais vous montrer que votre situation est encore pire que ce que vous croyez», a lancé Yang devant les haussements d’épaules de cette assemblée. Sa tactique, «les maths».

Selon lui, les cinq branches de travail principales aux États-Unis –l’administratif, le commerce au détail, la restauration, les transports, la manufacture– vont terriblement souffrir, voire disparaître avec la robotisation. «Ça va être une catastrophe tout sauf naturelle. Et qui perd? C’est vous, les communautés de couleur, les communautés avec moins d’argent et moins d’accès à la technologie», assure-t-il. Résultat, «d’ici 2053, dans 34 ans, le revenu médian des Afro-Américains va augmenter de zéro». En une simple démonstration, Andrew Yang capte l’attention de la salle et peut ensuite dérouler son programme, avec en tête d’affiche son Freedom Dividend, ou revenu universel de base.

Le New-Yorkais veut distribuer tous les mois 1.000 dollars à chaque adulte américain, peu importent ses revenus. Dans un pays où le rôle de l’État est sans cesse remis en question, le pari semble périlleux, d’autant que Yang est perçu comme le candidat de cette seule et unique mesure, qui plus est controversée. D’après un sondage Gallup publié il y a un an, 52% des Américain·es s’opposeraient à la mise en place d’un revenu universel de base.

Augmenter le pouvoir d'achat comme en Alaska

Pourtant, son idée retient l’attention et commence à faire son chemin dans les rédactions américaines. Time Magazine rappelait ainsi au début du mois que ce concept était déjà porté par Martin Luther King Jr en 1967. Le héros des droits civiques écrivait qu’il était «convaincu que la plus simple des approches sera la plus efficace –le remède contre la pauvreté est de l’abolir directement avec une mesure amplement débattue: un revenu garanti.» Plus récemment, c’est le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, qui estimait qu’un revenu universel de base «permettrait à chacun d’essayer de développer de nouvelles idées tout en gardant un filet de sécurité». Un impératif aussi dans une société de plus en plus robotisée, selon Elon Musk.

«L’augmentation du pouvoir d’achat va créer deux millions d’emplois.»

Andrew Yang, entrepreneur, candidat à l'élection présidentielle américaine

Aux personnes qui lui reprochent de jouer sur les peurs d’un futur lointain, Andrew Yang affirme que l’urgence est, au contraire, pour demain: «Il va falloir que, d’une manière ou d’une autre, on trouve une solution économique quand 30% des centres commerciaux américains auront fermé dans quatre ans et que des millions de vendeurs seront renvoyés à la maison; et quand, très bientôt, les camions se conduiront tout seul et que 3,5 millions de camionneurs lanceront des émeutes parce qu’ils ne pourront plus nourrir leur famille…»

Campagne oblige, Andrew Yang promet que ces 1.000 dollars garantis vont changer la face des États-Unis. «L’augmentation du pouvoir d’achat va créer deux millions d’emplois, rendre nos enfants plus forts et en meilleure santé et faire baisser le taux de stress dans le pays», énumère-t-il parmi une liste de bienfaits qui n’en finit pas. Quand on lui demande sur quelle étude il se fonde pour envisager ces résultats, le candidat répond: «l’Alaska.»

Une TVA qui pourrait rapporter 2.500 milliards de dollars

Depuis plus de trente ans, cet État américain fournit un revenu fixe mensuel à ses administrés, entre 1.000 et 2.000 dollars par mois. Face à l’explosion des revenus pétroliers dans les années 1970, l’Alaska a mis en place un Fonds d’investissement sur lequel 25% des bénéfices tirés des hydrocarbures doivent être placés.

«La technologie, c’est le pétrole du XXIe siècle.»

Andrew Yang, entrepreneur, candidat à l'élection présidentielle américaine

Depuis 1982, ce sont les dividendes de ce fonds qui assurent un revenu de base aux personnes qui résident dans l’État. «Et la technologie, c’est le pétrole du XXIe siècle», soutient Andrew Yang. Son idée est de créer une taxe à valeur ajoutée, ou TVA, sur chaque phase de production d’un bien et ainsi «donner aux Américains une part de chaque transaction réalisée par Amazon et de chaque recherche effectuée sur Google». Avec son plan, le businessman d’origine taïwanaise table sur un gain de 2.500 milliards de dollars pour l’économie américaine à l’horizon 2025.

Inconnu du grand public mais aussi du milieu politique, Andrew Yang a entamé sa campagne pour 2020 bien avant tout le monde, dès novembre 2017. Une course de fond qui lui permet d’arriver aujourd’hui avec des dizaines de propositions extrêmement concrètes dans son programme, alors que la plupart des autres Démocrates se cantonnent aux grands discours d’intention.

L'appui de la droite alternative

S’il s’attaque aux sujets très sérieux que sont l’égalité de l’accès aux soins ou un contrôle accru du port d’armes, le candidat s’astreint aussi des objectifs assez inédits pour un présidentiable américain. Il propose ainsi, pêle-mêle, d’abaisser l’âge du vote à 16 ans, de légaliser le cannabis au niveau fédéral, de décriminaliser les opioïdes, de protéger les enfants des smartphones (en créant un «ministère de l’Économie de l’attention») ou encore de «rendre la déclaration d’impôts amusante», notamment en créant un jour férié pour la remplir. On pourrait aussi citer son objectif de rendre les thérapies de couple gratuites pour tous, «un mariage heureux étant essentiel à une vie plus longue et plus heureuse», d’après lui.

Toutes ces idées à la fois concrètes, parfois farfelues et souvent sympathiques assurent au New-Yorkais un début de renommée, surtout en ligne. Sur les réseaux sociaux et dans des forums de discussion, Andrew Yang est devenu un mème, parfois à ses dépens, souvent pour souligner une profusion d’argent facile. Ses supporters en ligne se sont regroupés sous l’appellation «Yang Gang» et inondent des sites comme Reddit, Twitter ou 4chan d’images du candidat. D’après BuzzFeed, le Démocrate aurait réussi le tour de force d’attirer des internautes ayant fait campagne pour Donald Trump en 2016 grâce aux mesures qu’il propose pour «sauver le travailleur américain». Avec sa notoriété croissante, ce type de soutien lui a été reproché, en particulier lors d’un débat sur CNN le 14 avril.

Yang s’est dit lui même étonné de recevoir l’appui de cette droite alternative, «n’ayant pas le portrait type d’un nationaliste blanc», et a tenu à rejeter ce type de plébiscite.

L'effet tremplin des réseaux sociaux

L’enthousiasme de cette communauté en ligne est toutefois l’un des ingrédients qui a permis à Andrew Yang de récolter près de 2 millions de dollars de dons et de dépasser les 65.000 personnes qui y ont contribué, seuil minimal pour avoir accès aux débats télévisés entre les candidat.es de la primaire démocrate.

Avant d’affronter en face-à-face Bernie Sanders et Elizabeth Warren, l’entrepreneur va continuer de mener sa campagne avec de nouveaux moyens: vendredi 12 avril, son équipe a révélé qu’il s’apprêtait à utiliser des hologrammes 3D afin de présenter ses discours à plusieurs endroits simultanément. Après le revenu universel de Benoît Hamon, Andrew Yang s’inspire donc de la technologie de Jean-Luc Mélenchon. Qui a dit que la gauche française ne faisait plus rêver?

Corentin Pennarguear

Newsletters

Pas à pas, Rome cède à l'appel de Salvini

Pas à pas, Rome cède à l'appel de Salvini

Déçu·es par les gouvernements de gauche, de plus en plus d'habitant·es de la capitale italienne trouvent dans les propositions de la Ligue une réponse à leurs angoisses du quotidien.

Au Japon, une application pour dénoncer les frotteurs du métro cartonne

Au Japon, une application pour dénoncer les frotteurs du métro cartonne

Téléchargée plus de 200.000 fois, Digi Police devrait permettre de lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun.

Fox News encourage Trump à gracier des criminels de guerre

Fox News encourage Trump à gracier des criminels de guerre

Un journaliste de la chaîne a plusieurs fois rencontré le président américain pour lui demander de gracier un Navy Seal inculpé de crimes de guerre.

Newsletters