Santé / Société

Derrière le drame de Millas, l'addiction aux benzodiazépines

Temps de lecture : 4 min

L'accident qui avait causé la mort de six enfants cache un autre problème: la dépendance des Français·es aux somnifères.

Si on constate une légère baisse ces dernières années, une large partie de la population continue à consommer régulièrement ces molécules. | Pexels via Pixabay
Si on constate une légère baisse ces dernières années, une large partie de la population continue à consommer régulièrement ces molécules. | Pexels via Pixabay

Le 14 décembre 2017, un bus scolaire est percuté par un train vers Millas, dans les Pyrénées-Orientales. Le bilan est dramatique: six enfants perdent la vie. Une question capitale demeure: pourquoi la conductrice s'est-elle avancée sur la voie de train alors que celui-ci approchait? Le 4 avril, on apprend qu'elle prenait depuis sept ans un hypnotique, le zopiclone (Imovane), avec lequel la conduite est déconseillée.

Immédiatement, les avocats des familles s'engouffrent dans la brèche. «Je me battrai pour que les médecins qui la suivaient soient eux aussi poursuivis», déclare en septembre 2018 Me Jehanne Collard, avocate de trois familles de victimes. «Pour nous, il conviendrait qu'il [le médecin] soit mis en examen car il a prescrit un médicament, incompatible avec la conduite, à une femme dont le métier est de transporter des enfants», soutient-elle le 4 avril 2019 après l'annonce de ces nouveaux éléments.

Si le zopiclone était reconnu comme ayant entraîné l'accident, la responsabilité médicale, notamment du prescripteur pourrait en effet être engagée. «Elle conduit un bus, c'est un poste de sécurité: le médecin du travail est aussi chargé de la surveillance», explique le Dr Roy Didi, psychiatre, expert auprès des tribunaux. «De plus, à la préfecture, la commission médicale du permis de conduire autorise ou non à conduire, tous les cinq ans. Mais si la conductrice a omis de dire qu'elle prenait du zopiclone, alors elle pourrait être déclarée responsable.»

«Attention danger: ne pas conduire.» Le logo apposé au dos de chaque boîte de zopiclone met en garde les patient·es. Ce médicament peut en effet altérer la vigilance et donc la conduite. «Mais cela ne veut pas dire, comme l'affirment en boucle tous les médias, qu'il est interdit de conduire quand on prend ce médicament. Il faut juste obtenir le feu vert de son médecin», précise le docteur Charles Mercier-Guyon, expert auprès de la Prévention routière.

Mais c'est aussi la durée de prise qui semble excessive: sept ans pour un médicament dont la durée initiale de prescription est limitée à vingt-huit jours. La catégorie de médicaments dont fait partie le zopiclone –les benzodiazépines et apparentés– est fortement addictive et, prise sur le long terme, peut entraîner une dépendance dont il est difficile de se sevrer. Au-delà des questions de responsabilité, cette affaire rappelle un problème de santé publique: la surconsommation de benzodiazépines en lien notamment avec la banalisation de ce trouble extrêmement fréquent qu'est l'insomnie.

Chiffres extrêmement importants

Les molécules comme le zopiclone sont efficaces pour traiter l'insomnie aiguë et transitoire, ainsi que les troubles anxieux. Mais lorsque les durées s'allongent –jusqu'à plusieurs années parfois– il n'est pas rare que la personne n'arrive plus à décrocher. Afin de limiter cette addiction sur ordonnance, la prescription de benzodiazépines est d'ailleurs limitée à trois mois pour les troubles anxieux et vingt-huit jours pour l'insomnie, afin que les troubles soient réévalués par le prescripteur. Pourtant, rien n'empêche un médecin de renouveler une ordonnance s'il l'estime nécessaire. «Pour ce type de somnifère, les benzodiazépines à but hypnotique, le médecin peut prescrire durant un mois et renouveler ensuite l'ordonnance avec pour objectif de contrôler la nécessité de la prise du médicament», explique le Dr Roy Didi.

Malgré cette réévaluation, les chiffres de la consommation de benzodiazépines en France restent extrêmement importants. En 2015, 16 millions de boîtes de zopiclone ont été vendues pour un total d'environ 46,1 millions de boîtes de benzodiazépines à but hypnotique. Si on constate une légère baisse ces dernières années, une large partie de la population continue à consommer régulièrement ces molécules.

«Les six benzodiazépines les plus consommées par des patients présentant une dépendance à une substance psychoactive restent les mêmes depuis 2012.»

Agence nationale de la santé et du médicament

Environ 13% de la population française en prennent au moins une fois dans l'année. La consommation est plus élevée chez les femmes (16,6%) que chez les hommes (9,7%). Et cette consommation augmente avec l'âge: un tiers des femmes de plus de 65 ans consomme une benzodiazépine anxiolytique et 18% une benzodiazépine hypnotique. On arrive même jusqu'à plus de 38% chez les femmes âgées de 80 ans et plus. Avec le risque de transformer les insomniaques en véritables junkies.

Depuis 2017, le zopidem (Stilnox) –molécule similaire au zopiclone– nécessite une prescription sécurisée comme la morphine, le Subutex ou la méthadone. L'Agence nationale de la santé et du médicament (ANSM) met en garde contre les utilisations sur de longues périodes, l'usage détourné à but récréatif et constate même une augmentation des cas de soumission chimique avec cette molécule. «Les six benzodiazépines rapportées comme étant les plus consommées par des patients présentant une dépendance à une substance psychoactive […] restent les mêmes depuis 2012», observe l'agence. Le zopiclone en fait partie.

D'autres restrictions encore plus drastiques avaient permis de faire baisser certaines consommations comme le clonazépam (Rivotril) par exemple, dont la prescription initiale avait été limitée en 2012 aux seuls neurologues et pédiatres. La consommation a alors diminué de 84% entre 2010 et 2015.

Les hypnotiques, c'est pas automatique

Si le recours à ce type de somnifère est si fréquent, c'est que l'insomnie est un mal extrêmement répandu et très mal vécu par les personnes qui en souffrent. Selon l'Inserm, 15 à 20% des Français·es souffriraient d'insomnies, dont la moitié sous une forme sévère.

Face à cette demande, le recours aux somnifères est souvent la solution de facilité: les médecins généralistes –qui sont en première ligne– prescrivent 90% des benzodiazépines. De plus, le renouvellement de l'ordonnance découle trop fréquemment d'une demande express des patient·es et d'un automatisme des médecins. Ainsi, il n'est pas rare de voir des personnes –comme la conductrice du car scolaire– prendre ces médicaments durant des années, voire des décennies.

Pourtant, beaucoup d'autres causes sont sources d'insomnies: des troubles de l'hygiène du sommeil aux mauvaises habitudes en passant par l'anxiété, la dépression ou encore les douleurs. Avec, pour chaque cause, une prise en charge spécifique qui permet souvent de se passer de benzodiazépine.

Pour limiter ces prescriptions et traiter ce véritable problème de santé publique, l'insomnie gagnerait à être prise en charge spécifiquement, que ce soit par le médecin traitant ou par un médecin spécialiste du sommeil.

Clément Guillet Médecin psychiatre et journaliste

Newsletters

La sieste empêche-t-elle de dormir la nuit?

La sieste empêche-t-elle de dormir la nuit?

Examinons si la bonne réputation de la sieste est méritée.

Drogues licites ou pas: qui consomme quoi et à quel prix sur le marché français

Drogues licites ou pas: qui consomme quoi et à quel prix sur le marché français

Le marché de la cocaïne inquiète aussi l’Observatoire français des drogues et toxicomanies, qui a publié son rapport le jeudi 18 avril.

Pourquoi les jeunes athlètes flirtent avec la dépression

Pourquoi les jeunes athlètes flirtent avec la dépression

Obligation de résultats, manque de sommeil, professionnalisation avant l'heure... la rupture n'est pas loin.

Newsletters