Parents & enfants

Le nombre d'enfants qui avalent des piles a explosé en 20 ans

Temps de lecture : 2 min

Préconisations: du miel et un sprint aux urgences.

Wind up chattering teeth toy | Rawpixel via Flickr CC License by
Wind up chattering teeth toy | Rawpixel via Flickr CC License by

Le New York Times relaie les résultats d'une étude menée de 1995 à 2015 sur le territoire américain, et récemment publiée par la revue Pediatrics: en vingt ans, le nombre de cas d'enfants ayant ingéré un corps étranger a augmenté de 92%.

L'équipe qui a mené des recherches autour de ce phénomène a analysé 30 000 dossiers d'enfants de moins de 6 ans ayant avalé un objet indésirable, et en a déduit que sur les deux décennies étudiées, environ 759 000 enfants avaient dû être pris en charge par les services d'urgence des hôpitaux américains. En 1995, ils étaient environ 22 000. En 2015, ce chiffre était de 43 000.

L'augmentation du nombre d'accidents de ce genre serait due en partie au fait que les cas sont plus systématiquement signalés qu'il y a vingt ans. Cependant, pour la docteure Danielle Orsagh-Yentis, les chiffres ne sont pas à prendre à la légère, puisqu'ils résultent de la prolifération significative du nombre d'objets nécessitant des piles. Si les compartiments à piles des jouets ont désormais tendance à être sécurisés, il reste très facile d'ouvrir une télécommande ou un thermomètre pour accéder aux batteries.

Multiplication par 150

Les piles constituent le principal pôle d'inquiétude des membres du corps médical. Le nombre d'ingestions signalées a été multiplié par 150. Les piles boutons, rondes et aussi faciles à avaler qu'un comprimé, sont particulièrement dans la ligne de mire. La vie de l'enfant est alors mise en danger, et il convient de foncer aux urgences au plus vite si une telle situation se présente. Il faut parfois moins de deux heures pour qu'une réaction chimique se déclenche dans le corps de l'enfant et commence à endommager ses tissus, ce qui peut entraîner une perforation d'organe ou une hémorragie interne.

En cas d'absorption d'une pile par un enfant âgé de plus d'un ans, l'Académie Américaine de Pédiatrie recommande de lui donner deux cuillères à café de miel, ce qui peut aider à protéger les tissus risquant d'être endommagés par la pile. La priorité reste évidemment de se rendre aux urgences le plus vite possible.

Au palmarès des objets les plus avalés, les pièces de monnaie restent largement en tête, puisqu'elles constituent 80% des cas traités au cours des 20 dernières années. Les enfants de 1 an à 3 ans seraient de loin les plus concernés, affectionnant particulièrement les jouets, les aimants, les décorations de Noël. L'étude signale également qu'on n'avale pas forcément les mêmes objets si on est un garçon ou une fille, signe de l'éducation genrée qui est apportée dès le plus jeune âge à un grand nombre d'enfants. Les filles avaleraient davantage de bijoux et de barrettes pour les cheveux, tandis que les garçons auraient tendance à absorber des clous et des vis. Ce qui semble totalement aberrant.

Slate.fr

Newsletters

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

En théorie, elles sont plus sexy que les leçons de grammaire. En pratique, parfois beaucoup moins.

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

Pour les «childfree» qui invoquent des raisons d'ordre psychologique, c'est la double peine: aux injonctions de procréer s'ajoute le tabou des troubles mentaux.

Dépenser pour travailler, le lot commun des profs

Dépenser pour travailler, le lot commun des profs

Afin de fournir à leurs élèves du matériel pédagogique, les membres du personnel enseignant avancent leurs propres deniers.

Newsletters