Tech & internet

Sur Wikipédia, les harceleurs restent impunis

Temps de lecture : 3 min

Au sein des pages de discussion de l'encyclopédie en ligne, les personnes LGBT sont particulièrement ciblées.

Capture d'écran de la page Wikipédia:Harcèlement
Capture d'écran de la page Wikipédia:Harcèlement

Dans un monde idéal, Wikipédia serait uniquement un puits de connaissances, le fruit d'un partage permanent entre contributeurs et contributrices des quatres coins de la planète. La réalité est hélas bien différente: même s'il ne s'agit pas d'un réseau social à proprement parler, le site est également le théâtre de vastes campagnes de harcèlement en ligne à l'encontre d'éditeurs ou d'éditrices.

Le New York Times, qui s'est intéressé au sujet, relate par exemple l'histoire de Pax Ahimsa Gethen, homme transgenre qui a fait l'objet d'attaques personnelles pendant de nombreux mois. Ses harceleurs anonymes ont pris autant de temps que possible pour piétiner son égo et l'humilier publiquement, révélant même son deadname (c'est-à-dire le prénom que portait la personne avant sa transition). Le genre d'action que même Twitter, pourtant pas toujours à la page en matière de lutte contre la transphobie, a officiellement décidé de proscrire.

Wikipédia fonctionnant sur un principe d'auto-gestion, les cas de harcèlement ont longtemps dû être traités par les bénévoles en personne, faute d'autorité à laquelle s'adresser. Depuis, le site basé à San Francisco a mis en place des outils encore perfectibles permettant de repérer et signaler des situations de harcèlement en ligne.

Le harcèlement au long cours s'effectue principalement dans les pages de discussions proposées sur chaque thème afin que les contributeurs et contributrices puissent aboutir au meilleur contenu possible. Dans ces coulisses, la tolérance et le respect ne sont apparemment pas des valeurs partagées par toutes et tous.

Misogynes, homophobes, transphobes...

Natacha Rault, éditrice suisse qui lutte pour réduire le déséquilibre entre les hommes et les femmes sur Wikipédia, explique: «Si vous vous définissez comme féministe ou membre de la communauté LGBT, vous augmentez vos chances de devenir une cible». Elle raconte que les batailles les plus épiques sur Wikipédia concernent le plus souvent des sujets féminins, comme la page consacrée à Theresa May (devait-on dire «Premier Ministre» ou«Première Ministre»?) ou celle du mot «femme».

Refusant tout net que les femmes transgenres puissent être intégrées dans cette page, certains éditeurs transphobes ont mené une guerre des nerfs en supprimant systématiquement toute mention concernant cette catégorie de personnes. «Parfois, c'est si agressif que vous finissez par abandonner et par laisser tomber un article», explique Natacha Rault. Chez Wikipédia, on s'inquiète: si les femmes cisgenres et les personnes transgenres finissent par quitter le navire, le site risque de ne pas s'en remettre.

Ici comme ailleurs, toutes les méthodes sont apparemment bonnes pour atteindre les personnes jugées inférieures: poster des images pornographiques sur leurs pages personnelles ou tenter de dégrader leur image. Camelia Boban, éditrice italienne, explique qu'on a tenté de la faire passer pour une prostituée (ce qui n'aurait rien de dégradant si ça n'était pas totalement faux).

L'un des problèmes actuels du site, c'est que la procédure de signalement d'opérations de harcèlement en ligne n'est pas franchement au point, puisqu'à l'heure actuelle, une personne accusée de harcèlement est en mesure de pouvoir lire le contenu des plaintes déposées contre elle. Wikipédia tente en tout cas de régler les problèmes un à un, en mettant au point plusieurs systèmes de blocages.

Il est désormais possible de bloquer un éditeur sur certains types de pages uniquement: par exemple, s'il a été épinglé pour ses propos homophobes, il ne pourra plus avoir accès aux pages liées aux contenus LGBT. Le but assumé est de conserver les personnes en question afin qu'elles puissent continuer à contribuer efficacement sur le reste de l'encyclopédie en ligne. Pas sûr que cela puisse réellement faire de Wikipédia un lieu de sérénité et de sécurité. L'article du New York Times cite plusieurs exemples d'éditeurs et d'éditrices qu'on a cloué au pilori parce que leur homosexualité était assumée. Ce qui peut se faire dans n'importe quelle discussion de n'importe quelle page thématique.

De plus, certains pros du harcèlement parviennent à poster des contenus depuis des adresses IP systématiquement différentes, ce qui les rend impossibles à bloquer. En conséquences, ce sont souvent les personnes harcelées qui désertent les lieux, ou qui en tout cas s'y font plus rares. «On ne me rémunère pas pour ça», conclut Pax Ahimsa Gethen. «Pourquoi passer mes heures de bénévolat à me faire agresser?»

Slate.fr

Newsletters

Monter sa startup avec succès: les conseils de ceux qui ont réussi

Monter sa startup avec succès: les conseils de ceux qui ont réussi

Lancer sa boîte peut vite devenir un parcours du combattant. Mais il suffit parfois d’un coup de pouce pour tout changer

Contrôle au faciès

Contrôle au faciès

Selon des experts, l'utilisation d’armes imprimés en 3D à Halle doit servir d'avertissement pour les autorités

Selon des experts, l'utilisation d’armes imprimés en 3D à Halle doit servir d'avertissement pour les autorités

Dans un message, le terroriste a écrit que pour ceux qui vivent dans un pays sans arme, cela «peut présenter un intérêt. Tout ce dont vous avez besoin est d’un weekend entier et de 50$ de matériels».

Newsletters