Sciences

S'injecter de l'huile dans le pénis pour l'agrandir? Mauvaise idée

Temps de lecture : 2 min

N'essayez pas non plus avec du silicone.

Des aubergines | F Delventhal via Flickr CC License by
Des aubergines | F Delventhal via Flickr CC License by

Cela pourrait être drôle si ça n'était pas aussi inquiétant. En Papouasie-Nouvelle-Guinée, le corps médical tire actuellement la sonnette d'alarme après avoir dû faire face à des milliers de cas similaires: pour tenter d'agrandir les mensurations de leur pénis, de nombreux hommes cisgenres y ont injecté des substances diverses et variées. Une expérience de do it yourself qui se termine systématiquement mal.

Huile de coco, huile de tournesol, silicone ou huile pour bébé: différents liquides ont été testés par les Papouans-Néo-Guinéens. Un médecin travaillant dans la capitale Port Moresby affirme qu'à lui seul, il aurait reçu sur les deux dernières années environ 500 hommes souffrant des conséquences de ce genre d'acte.

Les conséquences en question sont loin d'être anodines, explique The Independent. Les hommes qui se sont injecté des substances dans le pénis risquent des séquelles à long terme. Certains ont vu apparaître des ulcères extrêmement douloureux avec risque de perforation, tandis que d'autres pu constater des gonflements et des formations de bosses sur leur pénis et leurs testicules.

Tandis que l'objectif de base était d'augmenter la taille de ce qu'ils estiment être le symbole de leur virilité, beaucoup de ces hommes se sont retrouvés dans un état d'impuissance chronique, comme l'explique le chirurgien Akule Danlop au Guardian. D'autres ont dû subir des interventions chirurgicales en raison d'un gonflement considérable de leur prépuce, qui ne leur permettait plus d'uriner correctement. Pour certains, il a fallu procéder à des greffes de peau, nécessitant que cette peau soit prélevée sur d'autres parties du corps.

Pas de profil type

Les patients concernés viennent de tous les milieux sociaux, de villes différentes, et leurs âges varient de 16 à 55 ans, explique le docteur Danlop, qui affirme avoir lui-même procédé à environ 90 opérations sur des hommes ayant tenté ce genre d'expériences. Tout en sachant pertinemment que de nombreux hommes préfèreront vivre toute leur vie avec des malformations et des douleurs plutôt que de se rendre à l'hôpital pour expliquer ce qu'ils vivent.

Parce qu'ils ont voulu essayer de gagner quelques centimètres en essayant de jouer les chirurgiens esthétiques, ces hommes mettent aussi en danger les autres patients et patientes de Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui se voient forcément consacrer moins de temps et moins d'argent. «Il est un peu frustrant de devoir traiter autant de cas d'hommes qui se sont fait du mal tout seuls, pendant que d'autres personnes qui n'ont rien fait méritent de l'aide», commente Akule Danlop.

En octobre dernier, la BBC faisait déjà état de cas similaires en Grande-Bretagne, expliquant par la même occasion que les cabinets de chirurgie esthétique avaient vu augmenter de façon vertigineuse les demandes d'agrandissement du pénis par injection. La demande d'interventions chirurgicales de ce type, moins dangereuse même si toujours relativement risquée, aurait été multipliée par 70 entre 2015 et 2018.

Slate.fr

Newsletters

Le placenta ne protège pas le fœtus de la pollution

Le placenta ne protège pas le fœtus de la pollution

L'organe n'est pas la barrière infranchissable que l'on croyait.

Près de 92 % de la population étudiante est plus concentrée en lisant sur papier

Près de 92 % de la population étudiante est plus concentrée en lisant sur papier

Ce support est propice aux annotations.

«Je vais souvent voir son profil pour revoir son visage»

«Je vais souvent voir son profil pour revoir son visage»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Nora, une jeune femme heureuse en ménage dont l'ex vient de se manifester via les réseaux sociaux.

Newsletters