France

Caricaturer son patron en Sarkozy: irrespecteux... pour le patron

Temps de lecture : 2 min

Caricaturer son patron en Nicolas Sarkozy est autorisé pour un syndicaliste. Mais ce n'est pas très respectueux. Innocentant un délégué syndical CGT de la société ITM Logistique International, la chambre sociale de la cour d'appel de Bourges a ajouté à son jugement un surprenant commentaire: le syndicaliste a montré «un certain irrespect pour l'autorité du directeur [...] notamment par assimilation à une caricature du chef de l'État».

L'histoire est relatée par Le Berry Républicain:

En avril 2008, suite à un conflit portant sur l'attribution des congés payés, Carlos Français [le patron] était monté sur le plateau d'un chariot élévateur pour s'adresser aux salariés. Le directeur ayant empêché Fathi Boussalmi [le délégué syndical] d'intervenir lors de cette réunion informelle, le délégué syndical avait ensuite réalisé un texte et une caricature montrant Nicolas Sarkozy sur un chariot élévateur. Évidemment, il s'agissait de Carlos Français, auquel Fathi Boussalmi faisait dire: «C'est moi. Moi Carlos Français, le directeur de la base de Levet. C'est moi qui a fait le discours dernièrement sur le chariot élévateur. Je sais que c'est interdit mais c'est pour que vous puissiez bien m'écouter car nous, les patrons, rien ne nous est interdit.»

La chambre sociale de la cour d'appel de Bourges a jugé que ce texte «essentiellement empreint d'ironie, ne comportait pas de termes injurieux».

[Lire l'article complet sur le Berry Républicain]

Photo: Nicolas Sarkozy, Reuters

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters