Monde

Pourquoi les occidentaux adorent le Dalai Lama?

Temps de lecture : 2 min

Alors que le président américain Barack Obama doit recevoir le Dalai Lama jeudi 18 février en dépit des mises en garde de Pékin sur les effets d'une telle rencontre, BBC News revient sur la fascination qu'exerce le leader tibétain en exil sur les populations et les politiciens du monde occidental.

Le premier atout du chef spirituel est selon le site britannique son incroyable charisme et son rire contagieux qui séduisent toutes les personnes qui l'ont rencontré et qui le placent selon certains dans une «catégorie de personnalités internationales qui ne contient qu'une autre personne, Nelson Mandela».

Autre atout, l'«énorme besoin dans l'Occident séculaire [...] de quelque chose d'autre que les bénéfices apportés par la société industrielle moderne» selon un de ses biographes, qui le qualifie de «dieu politiquement correct dans un monde sans dieu.»

Quant aux politiciens occidentaux qui veulent montrer qu'ils désapprouvent les méthodes chinoises sur la question des droits de l'Homme sans trop froisser Pékin, il représente le compromis parfait: «Il est une opportunité idéale pour eux, car en tant que leader politique, il ne réclame presque rien, et semble se contenter d'accepter un geste symbolique comme une tasse de thé et une photo» explique un spécialiste du Tibet.

[Lire l'article complet sur bbc.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Dalai Lama, rajkumar1220, Flickr, CC

Slate.fr

Newsletters

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

Ce 25 mai, les Irlandaises et Irlandais sont appelés aux urnes pour le référendum sur la révision du huitième amendement de la Constitution, qui rend l’IVG illégale dans quasiment tous les cas.

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Newsletters