Politique / Société

Le patriotisme macronien vient de prendre une tournure inquiétante

Temps de lecture : 5 min

Comment une unité, une concorde nationale serait-elle possible alors que les inégalités sont aussi fortement perçues?

Emmanuel Macron lors d'une rencontre organisée dans le cadre du grand débat national à Cozzano (Corse), le 4 avril 2019 | Ludovic Marin / AFP
Emmanuel Macron lors d'une rencontre organisée dans le cadre du grand débat national à Cozzano (Corse), le 4 avril 2019 | Ludovic Marin / AFP

Parmi les choses qui m'ont longtemps paru ringardes, il y a le papier peint et le patriotisme. Mais comme tout change, j'ai récemment mis du papier peint dans mon salon.

Concernant le nationalisme, je reste plus circonspecte. Certain·es verront cela comme une forme d'égoïsme, mais au contraire. Je ne vois pas pourquoi le sentiment national devrait l'emporter sur d'autres solidarités. Et puis, il m'a toujours semblé que le patriotisme allait de pair avec une certaine idée de la supériorité (morale, culturelle, historique) d'une nation sur d'autres. Alors autant dire que je reste stupéfaite quand je vois l'idée patriotique resurgir. Si on résume, politiquement, nous avons droit à un affrontement Rassemblement national vs La République en marche soit d'après les mots du président de la République, nationalistes contre patriotes.

Le mythe de la France éternelle, absurdité totale

Parce qu'Emmanuel Macron se revendique comme patriote. Depuis son élection, ses discours sont nourris de références à la grandeur de la France. Il y avait évidemment eu son Kennedy-style à l'occasion des vœux du nouvel an 2018: «Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous chaque matin ce que vous pouvez faire pour votre pays. Dites-vous que vous avez quelque chose à faire pour la Nation. […] Parce que quand il a fallu vous éduquer, c'est la France qui était là, quand il faut vous soigner c'est la France qui est là, quand il faut vous relever, vous accompagner, accompagner vos parents, vos grands-parents, c'est la France qui est là». La nation est alors quelque chose de plus grand que nous. «En 2018, vous aurez peut-être dans vos vies personnelles des doutes ou des drames, mais n'oubliez jamais que nous sommes la Nation française

On a évidemment eu droit à une vision de la France comme une mère qui soigne ses enfants, une mère dont les enfants doivent désormais également prendre soin (j'ai horreur de ce genre d'allégorie). À l'adresse de l'armée: «Je suis fier de vous, la France est fière de vous. Elle pleure ses morts, elle soigne ses blessés mais elle est fière de ses enfants qui se battent pour la protéger».

Et puis, qui dit patriotisme dit mythe de la France éternelle –absurdité historique totale. En hommage à Arnaud Beltrame: «Il dit comme aucun autre ce qu'est la France, ce qu'elle ne doit jamais cesser d'être et qu'elle ne cessera jamais d'être tant que des femmes et des hommes décideront de la servir avec le courage, le sens de l'honneur, l'amour de la patrie que vous avez démontrés. […] l'héroïsme français, porteur de cet esprit de résistance qui est l'affirmation suprême de ce que nous sommes, de ce pour quoi la France toujours s'est battue, de Jeanne d'Arc au Général De Gaulle: son indépendance, sa liberté, son esprit de tolérance et de paix contre toutes les hégémonies, tous les fanatismes, tous les totalitarismes». Je laisse les historien·nes s'étrangler. Marrant comme la France des politiques, ce n'est jamais la France de la Saint-Barthélemy, de la collaboration, de la Terreur, des massacres coloniaux. Si c'est négatif, ce n'est pas vraiment la France.

Mais l'un des grands tours rhétoriques du discours patriotique, c'est surtout de faire disparaître tous les rapports de domination, toutes les luttes de classes ou autres, au profit du grand ensemble de la cohésion nationale où riches et pauvres, dominant·es et dominé·es communient dans l'amour des valeurs de la patrie. Quelle arnaque... Je suis toujours étonnée par la volonté des politiques de créer une unité nationale hors temps de guerre. Comment une unité, une concorde serait possible alors que les inégalités sont perçues aussi fortement? Si on veut réellement créer une unité nationale, on commence par mettre les moyens financiers de s'attaquer aux racines des inégalités, et on essaie de ne pas pointer du doigt les plus faibles.

C'est à qui vendra le portrait le plus flatteur de la France

Évidemment, ce discours s'est passablement ébréché sur le mur des «gilets jaunes», qui avaient l'air de retenir de la nation française sa propension à l'insurrection plutôt qu'à la concorde nationale. Mais ça n'empêche pas le président d'y revenir et le ministre de l'Éducation nationale de vouloir rendre le drapeau tricolore obligatoire dans les salles de classe. À mes yeux, la rhétorique nationaliste sert exactement à cela. Prétendre créer un sentiment de cohésion nationale avec un symbole absurde, au lieu de revenir à la semaine des cinq jours qui, tous les spécialistes le disent, favorise l'égalité d'apprentissage.

Mais dans le fond, il s'agit avant tout de stratégie politique, il ne faut pas laisser le discours nationaliste à la seule extrême droite, d'où la reprise du mot de Romain Gary sur le patriotisme qui est l'amour des siens et le nationalisme qui est la haine des autres, ce qui donne une vision assez claire de la situation politique: il y a les gentils patriotes (LREM) et les méchants nationalistes (le RN). Exit le débat d'idées, il ne s'agit là que d'un combat impressionniste à qui vendra le portrait le plus flatteur de la France. À ce jeu-là, je ne suis pas certaine qu'Emmanuel Macron puisse encore l'emporter longtemps face à Marine Le Pen.

Parler de la nation, c'est ne plus discuter d'un système politique et d'un modèle économique étatique, mais choisir un discours teinté de religiosité. L'absolu serait patriotique. Emmanuel Macron aime évoquer ceux qui ont été prêts à mourir pour la France. Outre le fait que j'ai horreur qu'on fasse parler les morts, on peut légitimement se demander si certain·es ne sont pas plutôt mort·es pour des idées comme la liberté, sachant que non, la France n'est pas une idée, un concept, la France n'est pas synonyme de liberté, d'égalité, de fraternité. Avoir ces mots en devise n'est qu'une imposture si la politique appliquée jour après jour la dément.

Reconnaître sa responsabilité dans l'horreur

Le dernier problème que pose le discours patriotique, c'est qu'il aboutit inéluctablement à ce que l'on nomme le roman national. Or le patriotisme macronien vient de prendre une tournure inquiétante. À l'occasion des commémorations du 25e anniversaire du génocide des Tutsis du Rwanda, la présidence de la République française a décidé de constituer une commission d'historien·nes chargée d'enquêter sur les archives documentant le rôle de la France au Rwanda entre 1990 et 1994. Travail fondamental et nécessaire.

Le problème, c'est que deux spécialistes ont pour l'instant été exclus de cette commission: Hélène Dumas et Stéphane Audoin-Rouzeau, pourtant reconnus pour leur expertise sur le sujet. La communauté des historien·nes s'inquiète d'assister à une réécriture de l'histoire qui viserait à limiter au maximum la responsabilité de la France et de son armée dans ce génocide.

L'honneur d'un pays ne devrait rien avoir à faire avec le travail des historien·nes. Pourtant, on pourrait penser que l'honneur national, c'est également de reconnaître sa responsabilité dans l'horreur. C'est le premier pas pour éviter la reproduction d'un cauchemar qui a tué 800.000 personnes en 100 jours.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq.

Titiou Lecoq

Newsletters

Ben Gourion était prêt à tout pour créer un État juif

Ben Gourion était prêt à tout pour créer un État juif

Question arabe, nationalisme, laïcité et sécurité sont au cœur des élections israéliennes de ce 17 septembre. Ces enjeux s'éclairent avec la nouvelle biographie du fondateur d'Israël par Tom Segev.

Quiz

Quiz

Réforme des retraites et retour des affaires, une semaine compliquée pour le gouvernement

Réforme des retraites et retour des affaires, une semaine compliquée pour le gouvernement

Quels en seront les effets sur l'image de la majorité?

Newsletters