Égalités / Santé

Ce préservatif à consentement s'ouvre seulement à quatre mains

Temps de lecture : 2 min

Imaginé par une société argentine, il rencontre un franc succès à Buenos Aires et sera bientôt distribué dans tout le pays.

En Argentine, 20% des hommes déclarent ne jamais utiliser de préservatif. | Charles DeLuvio via Unsplash
En Argentine, 20% des hommes déclarent ne jamais utiliser de préservatif. | Charles DeLuvio via Unsplash

C'est le genre de produit ludique et utile qu'on aimerait voir débarquer plus souvent dans nos rayons de supermarché. Tulipán, entreprise argentine spécialisée dans la vente de sextoys, a imaginé le tout premier préservatif à consentement. Ce dernier est piégé dans un emballage qui s'ouvre uniquement si deux personnes appuient simultanément sur différents points de pression situés sur les côtés du packaging.

Une manière de rappeler qu'un rapport sexuel doit être désiré des deux côtés. «Tulipán a toujours eu à cœur de promouvoir un plaisir sûr et sans risque, mais pour cette campagne nous avons vite compris que nous devions parler de l'aspect le plus important de toutes relations sexuelles: le consentement, explique Joaquin Campins de l'agence de communication BBDO, responsable de la campagne médiatique. Le plaisir n'est possible que s'il est consenti. Si ce n'est pas un oui, c'est un non.»

Pour le moment, les préservatifs sont distribués gratuitement dans des bars de Buenos Aires et rencontrent, d'après l'entreprise, un franc succès. Cette capote post #MeToo pourrait donc être bientôt commercialisée dans tout le pays et ainsi alerter à l'échelle nationale sur les violences sexuelles.

Les préservatifs évoluent

Bien entendu, rares sont les violeurs à s'embarrasser de protections. Et certains hommes sont adeptes du stealthing, le retrait non consenti du préservatif pendant un rapport sexuel. Une pratique que la loi pourrait bientôt assimiler au viol, comme c'est déjà le cas en Suisse. Mais ce nouveau dispositif argentin a le mérite d'insister sur l'importance du consentement et l'utilisation du préservatif, dans un pays où plus de 20% des hommes déclarent ne jamais utiliser de protection contre les infections sexuellement transmissibles.

C'est justement pour pousser plus de personnes à se protéger que la fondation Bill & Melinda Gates lançait en mars 2013 un concours international pour réinventer le préservatif. Objectif: le rendre plus agréable à utiliser et maximiser son efficacité. À l'arrivée, du préservatif auto lubrifiant à la capote ultra résistante, de nombreuses innovations ont vu le jour.

L'une des plus spectaculaires est sans doute l'invention d'un groupe d'élèves de l'Isaac Newton Academy de Londres. Daanyaal Ali, Chirag Shah, et Muaz Nawaz ont imaginé un préservatif qui change de couleur lorsqu'il entre en contact avec les agents pathogènes des maladies et infections sexuellement transmissibles comme l'herpes, les chlamydias ou la syphilis.

Newsletters

La Hongrie veut mettre fin à la reconnaissance des personnes trans

La Hongrie veut mettre fin à la reconnaissance des personnes trans

La crise du coronavirus est décidément un bon prétexte pour le gouvernement Orbán.

«Le Regard féminin» d'Iris Brey, un ouvrage à réfléchir

«Le Regard féminin» d'Iris Brey, un ouvrage à réfléchir

Il permet d'aborder les enjeux du cinéma et du féminisme en s'appuyant sur ce qui se joue véritablement à l'intérieur des films et de l'expérience qu'on en a.

Confinement: la révolution de l'égalité dans les foyers n'aura pas lieu

Confinement: la révolution de l'égalité dans les foyers n'aura pas lieu

Avec leur compagnon désormais à la maison, les femmes auraient pu espérer que leurs surcharges mentale et domestique s'allégeraient. C'est l'inverse qui semble se produire.

Newsletters