Égalités / Santé

Onze choses à savoir sur la vasectomie

Temps de lecture : 5 min

C'est une opération bénigne, effectuée sous anesthésie locale.

«J’ai surtout eu mal les deux premières heures et, quand je marchais, la douleur s’intensifiait.» | Geralt via
«J’ai surtout eu mal les deux premières heures et, quand je marchais, la douleur s’intensifiait.» | Geralt via

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «La vasectomie est-elle douloureuse?»

La réponse de Orion Darkwood, qui a subi une vasectomie il y a dix ans environ:

L’opération en elle-même n’est pas douloureuse, mais la convalescence peut l’être. (Pour en savoir plus sur la douleur, jetez un œil aux points 7 et suivants. Le reste contient surtout des conseils et des informations sur la procédure.)

J’ai subi une vasectomie il y a environ dix ans et voici, dans les grandes lignes, ce à quoi vous attendre du début à la fin (en tout cas, c’est ce qui s’est passé pour moi).

1. Lors de votre premier rendez-vous, vous rencontrerez le médecin, qui vous interrogera sur vos antécédents médicaux et sur les raisons pour lesquelles vous souhaitez subir cette opération. Si vous êtes marié, comme moi, le médecin vous demandera sans doute également si votre moitié est au courant et d’accord. Mon médecin m’a cru sur parole et ne m’a pas demandé de preuve (mais j’en avais discuté avec ma conjointe et elle était d’accord).

2. Le médecin vous présentera ensuite la procédure. Je vous conseille de vous renseigner et de noter vos éventuelles questions à l’avance. Il existe des vidéos de la procédure sur YouTube, mais attention: elles ne sont pas faites pour être vues au travail et ne sont pas adaptées si vous êtes facilement perturbé.

3. Il se peut que le médecin vous demande un échantillon de sperme. Si c’est le cas, vous pourrez éjaculer dans un gobelet chez vous si vous habitez à moins de trente minutes du laboratoire (disons quinze, le temps de trouver une place de stationnement et de faire la queue à la réception). Sinon, vous devrez produire votre échantillon sur place. Prenez garde: tous les laboratoires n’ont pas de pièce confortable avec des revues pour vous aider. Celui où je me suis rendu était rudimentaire et j’ai dû faire ma petite affaire dans les toilettes.

4. Avant l’opération, achetez les articles suivants:

  • Trois ou quatre sachets de petits pois surgelés (que vous utiliserez comme compresses à l’entrejambe après l’intervention chirurgicale; les petits pois sont pratiques, car ils épousent mieux la zone qu’un sac de glace).
  • Des sous-vêtements pour sept jours, une taille en dessous de votre taille habituelle (vous devrez porter des sous-vêtements ajustés pendant une semaine; sinon, comme moi, vous risquez d’arracher vos points de suture).
  • Vous aurez également besoin de mousse à raser et d’un rasoir pour raser votre scrotum (vos boules, quoi) avant la procédure.
  • Et bien sûr, des snacks, des boissons et tout le confort nécessaire pour les deux ou trois jours de convalescence. (Certaines personnes arrivent à marcher au bout de quelques heures, d’autres doivent attendre trois jours complets. Pour ma part, j’arrivais à marcher doucement et douloureusement au bout d’un jour, et normalement au bout de trois.)

Posez toutes vos questions avant le jour de l’intervention. Le chirurgien n’aura pas forcément le temps d’y répondre et une fois que l’opération aura commencé, il sera trop tard pour faire machine arrière.

5. Le jour de la procédure, rasez-vous le scrotum. Prenez votre temps et pensez à placer un miroir au sol ou sur la cuvette des toilettes pour vérifier ce que vous faites. Mieux encore: demandez à votre partenaire de vous aider. Vous n’avez pas besoin de tout raser, juste la zone du scrotum et sur les côtés, là où le pénis et le scrotum se rejoignent.

6. Une fois au cabinet médical, pensez à passer aux toilettes, afin d’éviter d’uriner sur le chirurgien.

7. Au besoin, votre médecin pourra vous prescrire un calmant. Si c’est le cas, prenez-le à point nommé, le jour même de la procédure. Mon médecin pensait m’en avoir prescrit un car j’avais l’air très calme, mais en réalité j’étais calme et détendu car j’avais décidé il y a des années de subir cette opération une fois que je serais prêt à ne plus avoir d’enfants (je n’ai pas eu d’enfants, mais j’étais bien décidé à ne pas en avoir).

Pas de douleur, mais une simple pression

8. Ensuite, on vous allongera, l’entrejambe et les jambes relevées. Il se peut qu’on installe un rideau, afin que vous ne puissiez pas voir le chirurgien travailler. De toute façon, avec ou sans rideau, difficile de voir quelque chose sous cet angle. Dans mon cas, une infirmière et une interne étaient présentes, mais croyez-moi: le sexe est la dernière chose à laquelle vous penserez à ce moment. Je le précise juste au cas où.

9. Le chirurgien utilisera des analgésiques locaux, de sorte que vous ne ressentirez pas de douleur, mais une simple pression. Vous remarquerez peut-être une odeur de chair brûlée (dans mon cas, un laser a été utilisé pour sceller le canal déférent). À un moment, j’ai eu l’impression que le médecin tirait mon scrotum jusqu’à mes pieds. Mais pendant la procédure, j’ai seulement eu mal à deux moments: lorsqu’on m’a injecté les analgésiques et lorsque l’infirmière a retiré le ruban adhésif utilisé pour scotcher mon pénis à mon corps, afin qu’il ne gêne pas.

10. Une fois la procédure terminée, vous resterez en observation quelques instants, le temps que les médecins décèlent d’éventuels problèmes. Ensuite, vous pourrez rentrer chez vous. Je vous recommande vivement de vous faire raccompagner ou de prendre un taxi. L’effet des analgésiques se dissipe au bout de quinze à trente minutes. Il se peut que vous ayez l’impression que quelqu’un se sert de votre scrotum comme d’un punching-ball. C’est normal. Allez chercher les petits pois congelés, prenez un analgésique, détendez-vous et laissez votre corps récupérer tout seul. J’ai surtout eu mal les deux premières heures et, quand je marchais, la douleur s’intensifiait. Un autre conseil: si vous avez besoin d’aller à la selle, tenez votre scrotum, afin d’éviter qu’il ne se balance. Enfin, maintenez la zone au chaud, car les températures froides et les contractions musculaires risquent d’être douloureuses les deux premiers jours.

11. Au bout d’une semaine, vous devriez retrouver une vie normale. Pour ma part, j’ai été suturé avec des fils résorbables. Le médecin vous demandera de fournir un échantillon au laboratoire dans les deux mois qui suivent afin de vérifier que tous les spermatozoïdes ont disparu. Ce que vous expulserez aura le même aspect qu’auparavant. Pensez à utiliser une protection si vous souhaitez éviter une grossesse au cours des deux premiers mois, car il pourrait encore y avoir des spermatozoïdes dans le système.

Il m’est arrivé à une ou deux reprises de ressentir une douleur sourde, mais rien de grave. Parfois, les cicatrices se décolorent mais, là encore, c’est normal (je devrais le savoir, j’en ai quelques-unes dues à un mauvais accident lorsque j’étais plus jeune).

Quora

Newsletters

#EnaZeda, le #MeToo tunisien qui dénonce le harcèlement des femmes

#EnaZeda, le #MeToo tunisien qui dénonce le harcèlement des femmes

Dans l'un des pays les plus progressistes du monde arabe, des femmes appellent à briser l'omerta sur les violences sexuelles.

Laurence Rossignol dénonce la «présomption de mensonge qui pèse sur la parole des femmes»

Laurence Rossignol dénonce la «présomption de mensonge qui pèse sur la parole des femmes»

Laurence Rossignol, sénatrice de l'Oise (PS), s'exprime sur les défaillances du système pour protéger les femmes victimes de violences conjugales.

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Si les couples hétéros sont de plus en plus favorables à une répartition moins genrée des corvées, la révolution domestique est encore bien difficile à mener.

Newsletters