Boire & manger

Séjour à Quiberon, site de cures et de bien-être

Temps de lecture : 10 min

Visite guidée.

Sofitel Quiberon Thalassa sea & spa | © Éric Cuvillier
Sofitel Quiberon Thalassa sea & spa | © Éric Cuvillier

La thalassothérapie de Quiberon affiche plus d’un demi-siècle d’expérience et deux hôtels dédiés: le Sofitel Thalassa et le Sofitel Diététique devenus la référence européenne en matière de soins du corps et du ressourcement de soi. Les deux unités hôtelières affichent des taux de fréquentation proches de 100%, pas seulement le weekend.

Entrée du Sofitel Quiberon Thalassa sea & spa | © OuBruncher

Il n’est pas si loin le temps où les épouses et filles de pêcheurs de sardines qui réparaient les filets étaient employées au centre de thermalisme de la sublime baie de Quiberon en qualité d’hydrothérapeutes occupées à superviser les douches à jets, les bains dans les baignoires et les leçons d’aquagym dans les bassins chauffés de l’Institut lancé par Louison Bobet (1925-1983), le vrai créateur de la thalassothérapie pour tous –pas seulement pour les malades et les blessé·es de la vie.

Intelligent et visionnaire, le maire de Quiberon avait donné au grand champion un terrain très bien situé au bout de la presqu’île de Quiberon. C’était en 1964, et cinq ans plus tard l’Hôtel Thalassa ouvrait ses portes, dirigé par Marie-Josée Bobet, une femme de cœur et de poigne qui a su faire venir sur la côte sauvage une très belle clientèle de Parisien·nes de la haute encore présente cinquante-cinq ans plus tard.

Logé à 14 kilomètres de la côte sauvage, en pleine mer, Quiberon, grâce au panorama océanique unique en Bretagne, allait devenir une destination à la mode comme Deauville, Trouville, Cannes, La Baule, Biarritz et Saint-Tropez –en 1970, le Byblos de Sylvain Floirat.

La santé par la mer ou le repos du corps et de l’esprit, cette escale face à l’océan devait apporter aux Français·es stressé·es, menacé·es par le cancer et les maladies cardiovasculaires, une expérience bretonne capable de reconnecter les organismes usés, soumis au stress et au vieillissement précoce. Herbert Von Karajan, Joseph Kessel, Léon Zitrone, Romy Schneider (plusieurs fois par an), Louis Malle, les Rothschild, Gérard Depardieu ont eu leur suite attitrée et des soins prévus à l’arrivée sur place.

Au Sofitel Quiberon, le Parcours Marin | © Maud Delaflotte

Il s’agit déjà de rester jeune et en forme grâce à des protocoles de soins innovants, aux exercices physiques sur la lande, à l’oxygénation de la presqu’île, à l’air pur et tonifiant de l’océan et de vivre une parenthèse bénéfique pour mieux se régénérer et affronter les aléas d’une existence à problèmes: un mariage sur deux se conclut par un divorce et le chômage menace.

En 1973 s’ouvre le Sofitel Diététique au concept minceur inédit. L’excès de poids, l’absence d’exercices physiques, l’alcoolisme mondain ont été détectés quotidiennement par le corps médical de l’Institut sans parler du tabagisme, un terrible fléau combattu alors par un protocole particulier à base d’exercices physiques et de restrictions alimentaires.

Aujourd’hui les cures antitabac n’existent plus, mais les vins et les eaux-de-vie sont interdites de vente au Diététique. Cela dit, la cure actuelle Détox Minceur de six jours et trente-et-un soins et activités amorce une perte de poids et un équilibre nutritionnel durables. Il s’agit de mieux envisager l’avenir: la santé est un capital à préserver.

Disons-le, le temps a joué pour l’amélioration de cette parenthèse de bien-être. Le groupe hôtelier Accor, précurseur de la thalassothérapie en France (et à l’étranger), a mis des mots sur les aspirations des curistes: quels sont leurs souhaits en plus de la remise en forme?

Ainsi, les concepteurs de la thalasso du XXIe siècle ont-ils défini la «pause active», une notion vitale pour un séjour bénéfique à Quiberon. Les six piliers de cette parenthèse revivifiante sont:

- La destination Bretagne dont la lumière éblouissante est si bienfaisante
- Les traitements en eau de mer riche en oligoéléments, minéraux et vitamines indispensables à la vitalité de l’organisme
- La beauté reconquise sur l’âge
- Le fitness régulier et les exercices physiques quotidiens
- Le sommeil paisible, facteur de récupération
- L’alimentation contrôlée, jamais d’excès

En fait, le ou la curiste dispose de trois rythmes par jour: Slow avant ou après les soins, Balanced ou le parfait équilibre entre soins et activités (sport) et Strong, chaque instant personnalisé au service du mieux être. Cette offre actuelle a été validée par un kinésithérapeute, technicien du massage, un coach sportif et un docteur en médecine, spécialiste de l’anti-âge –tout cela entre tonicité et minceur.

Au Sofitel Quiberon, le jacuzzi | © Emmanuel Berthier

Quels sont les bienfaits de la cure Thalassa, de un à trois soins par jour plus les bains dans la splendide piscine couverte et découverte, le joyau architectural de l’hôtel cinq étoiles, jacuzzi à plus de 30 degrés?

Voici six éléments positifs: l’énergie retrouvée, la sérénité, la détox, la récupération de vos forces et l’éclat de la peau et du teint. Une cure réussie donne belle allure.

C’est pourquoi il y a à Quiberon trois femmes pour un homme. La beauté inviolée du site marin, une merveille de notre pays, contamine les curistes: personne n'est malheureux.

Le directeur du Sofitel Quiberon, Bart Van Cauwelaert | © Sofitel Quiberon

«Quiberon diffuse un élixir de vie» comme l’indique Bart Van Cauwelaert, directeur général très écouté des deux unités hôtelières, 200 lits dans deux bâtiments à deux étages parfaitement intégrés à la presqu’île balayée par le «glaz» breton, cette nuance chromatique qui unit le ciel, la terre et la mer en un camaïeu bleu vert.

Le microclimat est d’une douceur divine et l’ensoleillement plus généreux qu’à Saint-Barth dans l’hémisphère sud. Ici, face à Belle-Île-en-Mer nichée dans l’horizon liquide, la vie s’enrichit d’un supplément d’âme.

Les plaisirs de table aux deux Sofitel de Quiberon

Au Thalassa, deux restaurants: le Bistrot de l’Océan pour le déjeuner en peignoir sur l’esplanade panoramique face à la mer, un moment de plaisirs gourmands. La salade César revisitée à la bonite, croûtons, olives, œuf dur, câpres (18 euros), la green salade aux pâtes à l’encre de seiche, ceviche de crevettes, citron vert, coriandre, piment doux (19 euros), la salade vitalité, légumes et fruits, est un joli assemblage d’avocat, de raisin, de pomme, de fromage de brebis, noix et cranberries (19 euros).

Au Sofitel Quiberon, terrasse du Bistrot Océan | © Maud Delaflotte

Sur l’ardoise, un plat du jour: le Saint-Pierre cuit entier sur l’arête, beurre demi sel et légumes (26 euros). Et les moules marinières de pêche en saison, pommes allumettes (18 euros), le Porz buen, déclinaison de saumon en rillettes, tartare fumé, salade et sauce au yaourt (24 euros). À côté des huîtres creuses numéro 3 bio d’Henry à Crac’h, la soupe de poissons bretonne (16 euros), le bouquet de crevettes sauvages (14 euros), le club sandwich de l’océan au thon blanc, oignon, mayonnaise au wasabi et pommes allumettes (23 euros) et le burger Bacon Cheddar, viande française 100% muscle, sauce B&B, frites, salade (24 euros).

Côté pâtisseries, l’onctueuse crème caramel au beurre salé (9 euros) et la délicieuse mousse au chocolat (7 euros). Muscadet Sèvre-et-Maine (7 euros le verre). Infusions bio, organic herbal tea (4,60 euros). Café Illy (4 euros).

Le dîner est très prisé au restaurant la Presqu’île de l’excellent chef Patrick Barbin, disciple de Claude Deligne, l’ex-chef du Taillevent, titulaire de trois étoiles dans les années 1980. Il est l’ami de Jacky Fréon, Bocuse d’Or au Lutetia et de Michel Roth, ex-chef du Ritz, deux étoiles –un palmarès hors du commun en Bretagne.

Salle du restaurant La Presqu’île | © Maud Delaflotte

Défenseur de l’environnement, le chef en titre a imposé des règles strictes pour l’approvisionnement, les poissons et crustacés (homard) sont issus de la pêche durable, de petits bateaux (et pas des chalutiers destructeurs de fonds marins), les lieux de pêche et les criées de la côte (Lorient) sont suivies: le chef ne prépare que des poissons de saison, pas de bar ou de sole toute l’année.

Patrick Barbin, chef du restaurant La Presqu’île | © Sofitel Quiberon

«Pour la pêche moderne comme pour l’agriculture, il y a des moments privilégiés que nous connaissons. Nous n’achetons pas les langoustines venues d’Asie ou de Madagascar Ainsi, en ce début de printemps, nous offrons le dos de tacaud meunière dans un bouillon de légumes au beurre breton. Hier, nous avons pu avoir du beau homard des îles anglo-normandes cuit à basse température. Tout est parti en 30 minutes dès 20 heures», indique le maestro rarement absent, conscient de ses responsabilités culinaires.

Au restaurant La Presqu’île, tartare de saumon | © Gilles Trillard

Il faut dire que la carte étoffée de la Presqu’Île est inégalable sur la lande sauvage chère à Romy Schneider: des joues de lotte en gelée safranée, le ceviche de mulet noir aux algues, coriandre et citronnelle en passant par le tartare de poisson aux pétales de légumes, un plat de gastronomie minceur, comme le cabillaud braisé au cannelloni de poireaux et vinaigre et la dorade sauvage rôtie au thym citronné et chips de fenouil issu de Planet21 (zéro déchet). Oui, les poissons des ports voisins sont rois.

Au restaurant La Presqu’île, bar aux petits légumes | © Gilles Trillard

Et aussi deux viandes bovines élevées et abattues en Europe car la clientèle du Thalassa qui n’est pas au régime se régale du filet de rumsteck rôti, sauce au vin de Médoc et gratin dauphinois ou des côtes d’agneau aux primeurs et crème d’estragon. Ce sont ces gourmets à l’appétit vivifié par l’air marin qui font honneur aux fromages (comté millésimé) et au magnifique millefeuille vanille ou au fondant au chocolat: pas de censure alimentaire chez feu Louison Bobet!

Au restaurant La Presqu’île, tarte aux fraises | © Sofitel Quiberon

La carte change toutes les semaines. La Presqu’île est de loin la meilleure table de Quiberon. Le soir, le chef et ses vingt cuisiniers envoient cent couverts dès 19h15, la vaste salle à manger est bondée. On boit du Château Haut-Peyrat 2013, un Haut-Médoc élégant et suave situé en face du Château Beychevelle. Et l’on est heureux car le corps exulte à Quiberon.

La carte minceur du Delight au Sofitel Diététique

Tous les chefs et cuisiniers du restaurant de cuisine allégée, à deux pas de la Presqu’île, ont une dette considérable envers Patrick Jarno, un grand professionnel des casseroles quiberonnaises qui est arrivé au Sofitel Diététique en 1979. Il a pu développer un ensemble de recettes savoureuses en supprimant le gras, le sucre et les féculents remplacés par la crème de soja, le fromage blanc à 0%, les herbes fraîches, les épices et les algues. Oui, une révolution culinaire dans le droit fil de Michel Guérard, pape de la cuisine minceur d’Eugénie-les-Bains. Le message est identique dans les Landes et à Quiberon: maigrir de plaisir!

En trente-cinq ans d’expérience au Diététique, l’ancien chef Patrick Jarno a inventé plus d’une centaine de recettes à la portée de tous. L’idée de base était limpide: associer l’offre de thalassothérapie au suivi diététique à table. Au Delight du Sofitel Diététique, l’alimentation bien pensée est liée à la remise en forme.

Au restaurant Delight, bar aux asperges | © Arnaud Gumez

Tous les plats salés et sucrés ont leur charge calorique inscrite au déjeuner et au dîner –en gros, 500 calories par repas, le tout contrôlé par l’équipe de diététiciennes: un maximum de plaisirs pour un minimum de calories. Qu’on en juge d’après ces plats de mars 2019:

- Noix de Saint-Jacques marinées au citron vert (105 calories)
- Velouté de carottes à l’écorce d’orange (80 calories)
- Maquereau rôti à la moutarde et basilic (245 calories)
- Dos de cabillaud grillé, mariné de légumes aux aromates et citron (220 calories)
- Délice poire chocolat (130 calories)
- Asperges blanches sauce mousseline (90 calories)
- Marmite de poissons et velouté de moules au safran (220 calories)
- Saint-Pierre grillé, velouté méridional (240 calories)
- Méli-mélo de légumes (65 calories)
- Coupe de sorbets (85 calories)
- Bisque de crustacés de Quiberon (75 calories)
- Pavé de veau aux légumes, jus à l’estragon (265 calories)
- Magret de canard rôti, jus au gingembre (325 calories)
- Choux-fleurs vapeur (50 calories)
- Mousse de fromage blanc (85 calories)

Au restaurant Delight, tartare d’artichaut au homard | © Maud Delaflotte

Même si l’on souhaite perdre du poids –quatre kilos pour neuf jours de cure– chaque repas doit rester un moment gourmand. La diététique du Sofitel se vit aussi comme un petit bonheur égoïste: c’est le pari épicurien du Delight, sans jamais dépasser 1.200 calories par jour.

L’adoption d’un régime équilibré n’est pas une punition: le temps des carottes râpées, du blanc de poulet aux endives et du yaourt maigre est bien révolu. Avant sa retraite, le chef Jarno, l’Escoffier de la minceur bretonne, a formé à sa méthode plus de cinquante chefs Sofitel d’un bout à l’autre de la planète.

Au restaurant Delight, la tatin | © Maud Delaflotte

De Dubaï à Singapour en passant par Bombay et Athènes, l’icône Delight resplendit sur les menus. Ces recettes emblématiques de l’esprit Quiberon, créativité et goûts justes, sont à la portée de tous les cuisiniers et cuisinières des familles de l’Hexagone. La cuisine française est en constante évolution: elle est le reflet du mouvement de la civilisation de la table. Quiberon a beaucoup contribué à ce souci d’alimentation raisonnée.

Sofitel Thalassa sea & spa

Boulevard Louison Bobet 56170 Quiberon. Tél.: 02 97 50 20 00. Chambres à partir de 125 euros selon la période. Consulter les forfaits. Récupération, 6 jours de cure, 18 soins, 6 nuits en demi pension à 2.736 euros. Dos et articulations, 24 soins, 6 nuits en demi pension à 2.016 euros. Cure minceur, 6 jours, 31 soins, 3.096 euros en pension complète. Réadaptation fonctionnelle, maîtrise et mobilité, 6 jours, 18 soins, demi pension à 2.736 euros. Vague de sommeil réparateur, 4 jours, demi pension à 1.424 euros. Énergie, bilan Poler antiâge, 4 à 6 jours à 1.564 euros. Dîner à 63 euros, déjeuner à 25 euros au Bistrot de l’Océan. Soirée jazz jeudi et samedi. Pas de balance dans les chambres. Navettes pour le village.

Au Sofitel Quiberon, une chambre | © Emmanuel Cuvillier

Sofitel Diététique

Pointe de Goulven 56170 Quiberon. Tél.: 02 97 50 20 00. Chambres à partir de 150 euros.


À lire: De-light, la gastronomie minceur, 60 recettes de cuisine diététique par Patrick Jarno plus un glossaire très complet, en deux langues, Hachette Pratique, disponible dans les deux hôtels.

Nicolas de Rabaudy

Newsletters

La vraie recette du rhum arrangé

La vraie recette du rhum arrangé

Et si vous profitiez des vacances pour réaliser vos propres recettes de ce rhum amélioré de fruits, d'épices ou d'herbes aromatiques? Ça changera de l'atelier poterie.

Cuisinée à la milanaise, l'aubergine a la frite

Cuisinée à la milanaise, l'aubergine a la frite

C'est l'été, l'aubergine aussi a le droit de faire trempette. Avant de se faire croquer accompagnée de yaourt grec.

Cinq destinations de rêve pour voyager en France

Cinq destinations de rêve pour voyager en France

Pourquoi partir loin quand on peut vivre un rêve éveillé à quelques centaines de kilomètres de Paris?

Newsletters