Médias

Ces fans de films d'horreur trop peureux pour les regarder

Temps de lecture : 2 min

Certains préfèrent lire leurs résumés Wikipédia qu’aller directement les voir.

L'auteur de cet article devant Us cette semaine | Caleb Woods / AFP
L'auteur de cet article devant Us cette semaine | Caleb Woods / AFP

Pour les fans de sensations fortes sur grand écran, c’est sans doute difficile à comprendre, mais un nombre non-négligeable de personnes (l'auteur de cet article compris) aiment lire les pages Wikipedia consacrées aux films d’horreurs, mais sans regarder les films en question. Une passion partagée: de nombreux articles recensent les meilleures pages qui résument en détail les atrocités commises par monstres et tueurs imaginaires.

Le site The Cut a donc tenté de comprendre ce qui amène certains spectateurs et spectatrices à préfèrer lire les résumés des films plutôt que de les regarder. Pour cela, la journaliste Gabriella Paiella a interviewé Margee Kerr, une sociologue et autrice spécialisée dans la peur.

Elle explique que les films d’horreur servent en général de boost de confiance: «En regardant ce genre de films, on se rapproche de la sensation de danger sans être jamais réellement menacé. On y gagne un sentiment de contrôle, […] de maitrise d’une situation que l’on espère ne jamais vivre».

Les personnes qui n’aiment pas les films d’horreur, quant à elles, sont souvent sensibles au stress et ont un plus grand besoin de contrôle. Mais cela ne veut pas dire qu’elles n’ont pas envie du plaisir que procure l’horreur. D’autre ont simplement envie de rester à la page, à l’heure où l’horreur est de plus en plus mainstream et dispose d’une place importante dans la production culturelle.

Pas de place pour l’imagination

Pour ceux-là, lire l’horreur permet de flirter avec cette sensation de danger gratifiante, mais dans un contexte où l’on a encore plus de contrôle que dans une salle de cinéma, puisqu’on peut arrêter la lecture quand on le souhaite.

Et c’est là que Wikipédia intervient. Un roman d’horreur, par exemple, n’est pas nécessairement moins terrifiant qu’un film, bien au contraire. Son récit est spécialement pensé pour faire frissonner, il doit savoir quand dire et quand suggérer.

Or, Wikipédia est une encyclopédie, et la prose des contributeurs et contributrices s’en ressent. Pas de fioritures, ni d’effets de style. On raconte au présent et dans les détails. Par nature, une page Wikipédia doit décrire avec efficacité et précision. Elle ne laisse pas de place à l’imagination. On peut donc jouer à se faire peur sans jamais perdre le contrôle.

Wikipédia n'est d'ailleurs pas le seul moyen de réduire de s'informer sans risque sur l'horreur. Le site Where’s the jump? par exempe a disséqué plus de cinq cents films afin de recenser toutes leurs jumpscares, (les moments qui font sursauter), de les mettre en contexte, d’indiquer leur timecode et leur intensité.

Il fournit aussi un classement selon l’intensité et la fréquence des jumpscare et même des fichiers de sous-titres qui préviennent des sursauts à l’avance. Il est ainsi possible d’apprécier son film sans se soucier des tueurs dans les placards et des portes qui claquent.

Newsletters

Les jeux télé français sont-ils trop faciles?

Les jeux télé français sont-ils trop faciles?

Nos émissions manquent de fantaisie et de surcouches d'écriture. On peut toujours se consoler avec quelques concepts étrangers.

Comment sont écrits les horoscopes de votre été?

Comment sont écrits les horoscopes de votre été?

Entre astrologues professionnels, pratiques malhonnêtes et automatisation, toutes les productions de cet art divinatoire ne sont pas nées sous la même étoile.

Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses

Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses

Pour sa saga, George R. R. Martin s'est inspiré de la Guerre des Deux-Roses, un conflit impitoyable de l'Angleterre du XVe siècle, qui opposa les Lancaster et les York.

Newsletters