Monde

Aux États-Unis, les jeunes prennent leur sécurité en main

Temps de lecture : 2 min

Face à la recrudescence des fusillades, des élèves ont choisi d'inventer leurs propres dispositifs de protection.

On n'est jamais mieux servi que par soi-même. | Feliphe Schiarolli via Unsplash
On n'est jamais mieux servi que par soi-même. | Feliphe Schiarolli via Unsplash

«Résoudre demain» est un concours Samsung organisé aux États-Unis, qui propose aux élèves de secondaire d'utiliser leurs compétences en sciences, technologie, mathématiques, ingénierie et mathématiques (STEM) pour résoudre des problèmes concrets. Parmi les dix finalistes de l'édition 2019, deux équipes sont sorties du lot grâce à leurs innovations: toutes deux ont mis au point des dispositifs de sécurité en cas de fusillade dans une école.

L'équipe du lycée Owensville dans le Missouri a conçu un verrou en acier se fixant sur les portes des salles de classe –les serrures de portes classiques ne résistent pas très bien aux coups de feu. Ce verrou se compose de trois parties: deux supports se placent sur la porte et sur le mur, le troisième vient les joindre. Les jeunes l’ont déjà mis en place dans l'une de leur classe et prévoient de produire en masse leur dispositif, afin d’en équiper les écoles voisines.

Les neuf élèves du Richland Two Institute of Innovation, en Caroline du Sud, ont mis au point un système électromagnétique verrouillant à distance les portes et recouvrant les fenêtres d’un rideau d’acier. Il suffit d’appuyer sur le bouton d’une télécommande et le processus se met en marche.

En tant que finalistes, les deux écoles recevront chacune 50.000 dollars en fournitures scolaires et en produits Samsung. Le 1er avril 2019, les équipes présenteront leur projet en phase finale.

Mesures insatisfaisantes

Après la fusillade de février 2018 à Parkland, en Floride, des écoles américaines ont installé des détecteurs de métaux et fait appel à des agents spécialisés. Dans certaines, les profs portent une arme.

Pour les jeunes participant au concours, les initiatives prises dans leurs établissements «après la récente hausse des fusillades et des problèmes de sécurité dans les écoles» n'étaient pas satisfaisantes. «On nous a simplement demandé de fermer nos portes, explique une responsable du Richland Two Institute à CNN. Les étudiants étaient un peu frustrés et voulaient trouver une solution.»

«Nous pensons que les fusillades à l'école sont un problème majeur, et nous avons décidé de faire quelque chose pour que les élèves et les enseignants puissent mieux contrôler leur propre sécurité en cas de fusillade dans une école», a déclaré Paige Tayloe, lycéenne à Owensville.

Selon un calcul de CNN, une fusillade aurait lieu dans un lycée américain tous les douze jours.

Slate.fr

Newsletters

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

Des amendes pour les mauvais·es élèves et des heures à respecter, la métropole chinoise met les bouchées doubles en matière de recyclage.

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

En Californie, les personnes travaillant pour Uber et Lyft ont été payées pour aller protester contre une loi sur le salariat.

«Les mennonites vivent comme leurs ancêtres, sans voiture, sans téléphone et sans électricité»

«Les mennonites vivent comme leurs ancêtres, sans voiture, sans téléphone et sans électricité»

«J'ai commencé à travailler sur les mennonites boliviens, les membres d'un mouvement chrétien évangélique anabaptiste parallèle à la Réforme protestante, en 2010 parce que j'étais curieux de savoir comment vivait ce genre de...

Newsletters