Société

«Il m'arrive d'avoir des gros coups de cœur pour d'autres hommes»

Temps de lecture : 5 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Anne, une femme mariée qui est tentée par des aventures avec d'autres partenaires mais n'ose pas passer le cap pour ne pas blesser son mari.

«Je n'ai jamais trompé mon mari, ni même révélé mes sentiments à ces hommes dont je devenais folle, mais quelle douleur.» | Jörg Schubert via
«Je n'ai jamais trompé mon mari, ni même révélé mes sentiments à ces hommes dont je devenais folle, mais quelle douleur.» | Jörg Schubert via

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là.

Chère Lucile,

Mon problème semble très commun: je suis heureuse dans mon couple, j'adore mon mari et je ne me vois pas finir ma vie avec un autre homme. Mais il m'arrive de temps en temps d'avoir des gros «coups de cœur» (pour ne pas dire: passions dévorantes) pour d'autres hommes. En dix ans de mariage, ça m'est arrivé trois fois.

Sur internet, les forums, etc., je constate bien que je ne suis pas la seule. Je remarque aussi que chaque fois qu'une femme se retrouve dans ce genre de situation, on lui dit que:
1. c'est forcément qu'il y a un problème dans son couple (problème dont elle n'a pas conscience, idiote qu'elle est),
2. c'est mal, c'est stupide, elle devrait avoir honte, blablabla.

Chez moi, ces coups de cœur sont vraiment sources de beaucoup de souffrance, de culpabilité et de déchirement. Vraiment.

Je n'ai jamais trompé mon mari, ni même révélé mes sentiments à ces hommes dont je devenais folle, mais quelle douleur. La dernière fois que ça m'est arrivé (d'avoir un coup de cœur pour un autre), j'ai tout dit à mon mari et j'ai mis le sujet du polyamoursur la table. Mais j'ai l'impression d'avoir causé plus de tort que de bien: ça lui a fait beaucoup de peine, j'ai eu du mal à regagner sa confiance et pour lui, le polyamour, c'est simplement hors de question. Rien que d'aborder le sujet le blesse.

Pour être parfaitement honnête, je ne sais pas non plus si le polyamour me convient! Mais la monogamie, clairement, ne me convient pas vraiment. Je ne sais pas exactement quel système me conviendrait le mieux, sans doute quelque chose entre les deux (majoritairement de la monogamie avec mon mari, avec des périodes restreintes de polyamour, permettant des relations avec d'autres hommes?). Une question à creuser, mais difficile de savoir sans tester.

Je suis en ce moment en pleine phase «passion dévorante» pour un homme. Après analyse objective et honnête, je pense que ce n'est pas du tout réciproque. Heureusement ou malheureusement? Au moins, je me dis que les risques de tromper mon mari (et donc de provoquer une éventuelle catastrophe) sont faibles. Mais je me questionne vraiment: si un jour, j'ai une passion pour un autre et que quelque chose peut se passer, que devrais-je faire? Tromper ou résister à tout prix (honnêtement, si c'est réciproque, je ne suis pas sûre que j'aurais la force de résister)? Si je le trompe, dois-je tout dire à mon mari ou plutôt le cacher (sachant que je suis d'un naturel plutôt honnête, je détesterais devoir mentir)? Quels questionnements! J'ai beau me les poser, je n'ai pas de réponses.

En tout cas, j'estime qu'il y a encore beaucoup d'idées reçues sur l'amour et les sentiments. Notamment cette idéalisation de la fidélité et de la monogamie. Ceci dit, je pense que le polyamour n'est pas forcément la panacée.

C'est difficile, mais j'essaye de ne pas culpabiliser.

Bref, c'est très compliqué...

Si vous avez des conseils, je suis tout à fait preneuse, afin d'agir de la meilleure façon, la façon la plus éthique, pour moi-même, mais aussi pour mon mari, sans oublier les éventuels amants.

Anne

Chère Anne,

Puisque vous mettez le mot sur la table, je vous conseille la lecture du livre La salope éthique de Dossie Easton et Janet W. Hardy. Vous pourriez aussi jeter un œil au livre de Françoise Simpère Aimer plusieurs hommes. C’est malheureusement tout pour les conseils bibliographiques. Mais, par curiosité et pour affiner votre point de vue sur la question, vous pouvez aussi chercher à vous rendre dans un Café Poly pas loin de chez vous. Ces événements, régulièrement organisés dans les grandes villes, sont des moments de rencontre et de discussion, souvent même de débat autour du polyamour.

Je ne trouve pas non plus que le polyamour soit la panacée, tout comme la fidélité et la monogamie. En réalité, je crois aux relations sans étiquette. Parce que si les étiquettes sont pratiques, elles portent aussi en elles tout un tas de règles, de traditions, de certitudes et de clichés dont il est parfois difficile de se défaire. Je crois, en réalité, que c’est à chaque personne de réfléchir à ses besoins et de composer ses propres règles, toujours dans le respect de l’autre ou des autres. Ce que je réfute, ce sont les évidences. J’ai tourné le dos depuis quelques années au couple monogame qu’on ne remet jamais en question. Parce que je suis convaincue que c’est plus beau de partager ensemble un chemin unique et qui nous corresponde totalement. C’est une question de dialogue et c’est une question de respect. De confiance, aussi.

Alors comment faire? Parler et rassurer le conjoint que vous aimez. Accepter de ne pas faire perdurer une relation si elle n’a plus autant de sens pour vous. Vous écouter et écouter vos désirs et respecter ceux des autres. Pitié n’allez plus sur les forums (ou en tout cas ceux qui semblent les plus conservateurs). Ces coups de cœur, puisqu’ils ne sont pour l’instant pas concrétisés dans le réel, personne ne vous empêche de les avoir. Ils font partie de votre jardin secret, de votre imaginaire émotionnel et sexuel. Le couple ce n’est pas la fin de votre individualité. Et affirmer qu’on n’a jamais lorgné sur une autre personne alors qu’on a été ou qu’on est en couple de longue durée me semble assez hypocrite.

Avec vous-même, avec votre mari, écrivez vos propres règles. Si certaines personnes en couple partagent tout, d’autres aiment garder le silence sur leurs histoires parallèles. D'autres encore multiplient les conquêtes et les relations alors que d’aucuns cultivent une forme d’exclusivité. C’est à vous d’écrire votre histoire. Sortir de la monogamie imposée par la société c’est se rendre compte qu’il n’y a pas de chemin tout tracé, pas de limites. Je suis convaincue qu’il faut du temps, en tout cas, pour trouver son équilibre.

Le seul élément que vous devez vous imposer c’est de toujours être honnête envers vous-même et de demander cette même honnêteté en retour. Dans ce sens, c’est un véritable travail sur soi qu’il faut faire. Parce qu’il faut se regarder dans la glace et s’assumer, pour ce qu’on est et ce qu’on désire et non pas ce que l’on essaye de faire croire ni de se faire croire. Si cette liberté vous attire vraiment et que vous êtes prête à y consacrer du temps et de la réflexion, alors je vous assure que vous ne serez pas déçue.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

Les médias sont-ils responsables de la vague de suicides à France Télécom?

Les médias sont-ils responsables de la vague de suicides à France Télécom?

Didier Lombard, l'ancien PDG de la société française qui comparaît depuis le 6 mai au tribunal correctionnel de Paris pour harcèlement moral, invoque l'effet Werther et accuse la presse.

 Les picto «caca» et«pipi» remplaceront-ils les symboles «femme» et «homme» dans les toilettes?

Les picto «caca» et«pipi» remplaceront-ils les symboles «femme» et «homme» dans les toilettes?

Arrêtez de nous bassiner avec le genre des personnes qui les fréquentent.

On mange de plus en plus sur son lit ou son canapé

On mange de plus en plus sur son lit ou son canapé

À cheval entre le canapé du salon, la chambre à coucher et la cuisine, nous privilégions les endroits confortables pour nous nourrir.

Newsletters