Monde

Les dauphins survivant à la chasse gardent des séquelles psychologiques

Temps de lecture : 2 min

Les traumatismes dont souffrent ces mammifères marins font l'objet d'une récente étude scientifique.

Des militantes anti-chasse au dauphin devant l'ambassade du Japon aux Philippines, en 2015. | Ted Aljibe / AFP
Des militantes anti-chasse au dauphin devant l'ambassade du Japon aux Philippines, en 2015. | Ted Aljibe / AFP

La saison de la chasse aux dauphins s’est terminée le 1er mars 2019: plus de 600 individus ont été tués et environ 250 ont été capturés pour approvisionner les parcs aquatiques et delphinariums.

Nombre de spécialistes affirment que ces créatures marines sont des animaux intelligents, capables de pensées complexes et même de chagrin. Aussi les scientifiques ont-ils averti que les pratiques de pêche abusives pouvaient laisser les dauphins traumatisés.

Les activistes et organisations de défense des animaux se battent pour faire cesser les chasses au dauphin, notamment celles pratiquées par la ville de Taiji au Japon, connues grâce au documentaire The Cove (primé aux Oscars 2009), qui dénonçait la cruauté des méthodes de capture et de mise à mort des animaux.

Le braconnage s'effectue à l’aide de bateaux à moteur: les pêcheurs frappent la coque de leurs embarcations à l’aide de marteaux pour créer un mur de son sous l’eau, désorienter les dauphins et les entraîner dans une petite crique. La suite n’est malheureusement pas compliquée à imaginer.

Stress contagieux

Une nouvelle étude, publiée fin février 2019, menée par une équipe de psychologues, de vétérinaires et de spécialistes de la protection des animaux et fondée sur des années de données comportementales et psychologiques, a mis au jour les traumatismes que peut entraîner une session de chasse sur les dauphins.

«Le stress et les traumatismes aigus résultant de la poursuite en mer, du déplacement vers le rivage, de la vitesse et de la gestion violente du processus de sélection sont profondément inhumains», a déclaré Courtney Vail, responsable de l'étude chez Lightkeepers Foundation, une association défendant les droits des animaux.

Même les individus libérés ou qui ont pu s’évader sont susceptibles d’être profondément perturbés –ce qui pourrait mener au désarroi de tout un groupe de dauphins. Il est également rare que les bébés dauphins puissent survivre après avoir été séparés de leurs mères.

«Les survivants qui assistent à la capture et à l'assassinat de proches camarades risquent de causer beaucoup de stress», explique la co-autrice de l’étude, Philippa Brakes, chargée de recherche à l'association caritative Whale and Dolphin Conservation.

Recours en justice

D’après Brackes, la discussion sur les traumatismes des animaux marins ayant survécu à la pêche est absente des débats. La scientifique espère que leurs découvertes pourront mettre fin à ces agissements.

Des activistes ont lancé des recours judiciaires contre la chasse aux dauphins de Taiji: cette dernière contredit les lois sur la cruauté envers les animaux appliquées au Japon.

Le pays avait été condamné en décembre 2018 par la communauté internationale, pour avoir annoncé son retrait de la Commission baleinière internationale afin de reprendre la chasse à la baleine dans ses eaux.

«Si vous voyez ce qu'ils font, il ne faut pas un doctorat pour dire que c'est inhumain», a déclaré la chercheuse Diana Reiss, également co-autrice de l'étude.

Slate.fr

Newsletters

Une famille attaquée par un loup au Canada

Une famille attaquée par un loup au Canada

Un phénomène très rare alors que ces animaux ont davantage tendance à fuir l'homme.

Au Kirghizistan, l'éveil féministe

Au Kirghizistan, l'éveil féministe

Depuis quelques années, une nouvelle génération fait entendre sa voix, pour revendiquer des droits et changer les mentalités dans un pays où les violences sexistes sont légion.

Nous détruisons la planète, ne nous étonnons pas si les animaux nous mangent

Nous détruisons la planète, ne nous étonnons pas si les animaux nous mangent

En dégradant la nature, nous nous exposons à en devenir les victimes.

Newsletters