Parents & enfants

Un parent sur sept regrette le prénom de son enfant

Temps de lecture : 2 min

Trop commun ou au contraire trop excentrique, 14% des parents songent à modifier officiellement le prénom de leur progéniture.

Parmi les sources de déception, un prénom devenu trop courant ou adopté par une célébrité | Janko Ferlič via Unsplash
Parmi les sources de déception, un prénom devenu trop courant ou adopté par une célébrité | Janko Ferlič via Unsplash

Si vous attendez un heureux évènement, lisez ces lignes avec la plus grande attention. Selon un sondage réalisé auprès de 2.000 Britanniques, un parent sur sept regrette le prénom donné à son enfant.

Un prénom devenu trop courant constitue le premier motif d'insatisfaction. L'étude révèle qu'un tiers des parents regrettant le prénom donné à leur enfant avaient à cœur de trouver un prénom unique. Lorsqu'ils réalisent que ledit prénom est en réalité bien plus populaire qu'ils ne l'imaginaient, la déception est grande.

«Choisir le prénom de votre bébé est l'une des étapes les plus importantes pour devenir parent. C'est en plus un choix qui sera commenté par la famille, les amis et même de parfaits inconnus, puisque tout le monde aura une opinion sur la question», explique SJ Strum, spécialiste des prénoms. Le choix est donc crucial.

Un parent sur vingt finirait par appeler son enfant par un autre prénom, qu'il préfère aujourd'hui; 14% d'entre eux pensent même à entamer une procédure officielle pour modifier le prénom de leur enfant.

Gare aux effets de mode

SJ Strum met aussi en garde contre les sobriquets inventés par les célébrités, comme Apple (Gwyneth Paltrow et Chris Martin), Shiloh (Brad Pitt et Angelina Jolie) ou North (Kim Kardashian et Kanye West). «Suivre la tendance des prénoms en vogue ou d'enfants de stars, c'est prendre le risque de choisir un prénom que vous ou votre enfant allez détester par la suite», prévient l'experte.

L'un des couples interrogés révèle qu'ils ont commencé à changer d'avis sur le choix de George pour leur fils lorsque de plus en plus de personnes leur ont demandé si c'était un hommage à l'enfant du prince William et de Kate Middleton, pourtant né des mois plus tard. Quelque 10% des personnes interrogées déclarent ainsi ne plus aimer un prénom si une célébrité l'utilise pour baptiser sa progéniture.

Attention également aux prénoms trop ancrés dans une époque qui, une fois la mode passée, peuvent devenir un véritable handicap. On se souvient à ce titre de la mode des Brenda et des Dylan dans les années 1990, en pleine déferlante Beverly Hills. Et il ne faut pas oublier le prénom Kévin, si populaire il y a une vingtaine d'années et aujourd'hui source de moqueries et de discriminations.

Newsletters

Faut-il sauver son couple à tout prix?

Faut-il sauver son couple à tout prix?

«Je ne sais plus s'il faut se battre pour sauver mon couple et cette future famille.» Floriane, 38 ans, est tombée enceinte et a décidé de garder le bébé contre l'avis de son compagnon. Elle vit aujourd'hui une réelle opposition entre ses désirs...

Écoles et Covid: les compromis à faire pour éviter une troisième vague

Écoles et Covid: les compromis à faire pour éviter une troisième vague

Le contexte épidémique français, ainsi que l'émergence d'une nouvelle souche britannique du SARS-CoV-2, doivent nous inciter à prendre des mesures fortes concernant les établissements scolaires.

Au Japon, le drame des enfants enlevés par un de leurs parents

Au Japon, le drame des enfants enlevés par un de leurs parents

Dans le pays, un seul parent garde autorité sur les enfants en cas de séparation. Un système qui pousse chaque année des dizaines de milliers d'adultes à enlever leur progéniture.

Newsletters