Monde

De plus en plus de villes américaines arrêtent de recycler

Temps de lecture : 2 min

Depuis que la Chine a arrêté d'importer des déchets plastique et papier en 2018, des centaines de villes des États-Unis n'ont plus les moyens de recycler.

Une usine de tri de déchets recyclables dans le Maryland, en 2018 | Saul Loeb / AFP
Une usine de tri de déchets recyclables dans le Maryland, en 2018 | Saul Loeb / AFP

À Philadelphie, les déchets d'environ la moitié de la population, soit plus de 750.000 personnes, ne sont plus recyclés. Depuis que la Chine a arrêté d'acheter des déchets plastique et papier en 2018, les frais de recyclage ont explosé un peu partout aux États-Unis.

Le processus est devenu tellement cher qu'une ville comme Philadelphie incinère désormais la moitié de ses déchets recyclables. Un incinérateur convertit ces déchets en énergie électrique, mais les résidentes et résidents sont inquiets de la pollution de l'air générée.

La ville de Deltona en Floride, où vivent 90.000 personnes, a récemment mis un terme à son programme de recyclage municipal, les coûts étant devenus trop élevés. Selon le New York Times, des centaines de villes américaines ont soit complètement arrêté de recycler, soit limité leurs mesures de recyclage.

Avant 2018, les États-Unis envoyaient environ quatre mille containers de déchets recyclables en Chine. Maintenant que ce n'est plus le cas, tout le système est en crise.

Un article du magazine The Atlantic cite plusieurs petites villes du New Hampshire, de Virginie, de l'Idaho et de l'État de New York qui ont suspendu leurs programmes de recyclage. Pour continuer à recycler, il aurait fallu augmenter les impôts locaux, et dans des villes déjà assez pauvres, les responsables politiques ne voyaient pas cette option comme une solution viable. Les déchets se retrouvent donc dans des décharges ou sont incinérés.

Travail en amont

Un autre problème tient au fait que la plupart des déchets recyclables sont soit contaminés, soit pas assez propres. Un élu du comté de Blaine dans l'Idaho a expliqué que pour que les déchets papier puissent être vendus, il fallait qu'ils soient propres à 99%. Or atteindre ce taux de propreté nécessite des efforts et une organisation trop coûteuse.

Dans ce contexte, de plus en plus d'organisations demandent, au niveau local, des interdictions des sacs plastique, des pailles en plastique et de certains emballages.

Travailler en amont pour réduire l'utilisation de plastique semble constituer la seule solution: «Plus tôt nous accepterons que le recyclage est économiquement impraticable, plus tôt nous pourrons faire des progrès en réglant le problème de la pollution plastique», a souligné Jan Dell, la directrice de l'association Last Beach Cleanup.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Tandis que la côte Est de l'Australie s'enflamme, on célèbre la chute du mur de Berlin et on déplore l'absence d'une digue à Venise. Petit tour d'horizon de la semaine du 9 novembre en images. 

Pour 229 dollars, la pasteure de Trump promet la victoire à ses fidèles

Pour 229 dollars, la pasteure de Trump promet la victoire à ses fidèles

La télévangéliste Paula White, qui a désormais un poste à la Maison Blanche, encourage ses fidèles à donner de l'argent pour vaincre leurs ennemis.

La France est-elle encore capable de débattre sans haine?

La France est-elle encore capable de débattre sans haine?

Ce dimanche 10 novembre, la manifestation contre l'islamophobie a provoqué un torrent de réactions rarement mesurées, souvent haineuses, qu'on la soutienne ou qu'on la condamne. ...

Newsletters