Santé / Société

La lutte contre la pollution, le nouveau bon filon de l'industrie des cosmétiques

Temps de lecture : 2 min

L'air de nos villes est de plus en plus vicié, et les marques de produits de beauté semblent bien décidées à en tirer profit.

La pollution influence le vieillissement de la peau. | Holger Link via Unsplash
La pollution influence le vieillissement de la peau. | Holger Link via Unsplash

Parmi les facteurs les plus importants dans le vieillissement de la peau, on cite généralement le soleil et, juste après, les microparticules générées par la pollution. Les marques de cosmétiques en ont tiré parti: les ventes de produits anti-pollution sont en forte hausse.

À Londres, le grand magasin Liberty a vu le nombre de recherches en ligne sur le sujet augmenter de 73% depuis 2018. Emily Bell, responsable des achats beauté de la boutique, prédit au Guardian que ce genre de crèmes sera aussi populaire que les crèmes solaires.

Les cosmétiques destinés à protéger notre peau de la pollution se répartissent en deux catégories: ceux qui protègent physiquement la peau de la toxicité de l’air et les nettoyants, qui éliminent les nanoparticules néfastes. Pour l'instant, le produit préféré du public semble être le masque anti-pollution, vendu entre six euros chez Nivea et quarante euros pour le soin Evening Detox Clay Mask de This Works.

Efficacité incertaine

«Il n'y a pas encore d'études scientifiques spécifiques pour prouver que certains ingrédients contribuent à lutter contre les effets de la pollution: tout est encore à ses balbutiements», note Alessandra Steinherr, journaliste et influenceuse beauté.

La plupart de ces masques ne doivent se garder que dix minutes sur le visage: est-ce bien suffisant pour nettoyer la peau en profondeur? «Un masque peut purger une partie des toxines de la peau et procurer une amélioration de l’hydratation, mais une fois retiré, la peau est à nouveau exposée», reconnaît la facialiste Debbie Thomas.

C'est également ce que pense la co-fondatrice du site Cult Beauty, Alexia Inger: «Les spécialistes du marketing adorent les argumentaires fondés sur la peur [comme la pollution, ndlr], indique-t-elle. Mais pour réellement protéger votre peau de la pollution, vous avez vraiment besoin d'un produit sans rinçage, pour créer un bouclier physique, ou d'ingrédients comme des probiotiques, pour renforcer la barrière naturelle de la peau.»

«Les gens commencent tout juste à comprendre que la pollution est omniprésente: pas seulement dans le bouillon toxique de la ville, mais chez vous, dans l'air, dans l'eau. L'industrie de la beauté en parle depuis un moment déjà, et maintenant, la clientèle la rattrape», déclare Inger.

Slate.fr

Newsletters

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Des scientifiques vont l'observer pour la première fois.

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

Pour les «childfree» qui invoquent des raisons d'ordre psychologique, c'est la double peine: aux injonctions de procréer s'ajoute le tabou des troubles mentaux.

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Nombreuses sont celles qui, dans un contexte sexuel, vont tout faire pour cacher les sécrétions qui tapissent leurs sous-vêtements. Ce geste n'est pas sans conséquence.

Newsletters