Médias / Tech & internet

Au Japon, une intelligence artificielle va aider les professeurs à détecter le harcèlement scolaire

Temps de lecture : 2 min

Des technologies similaires sont déjà utilisées par les réseaux sociaux pour détecter le harcèlement en ligne.

Une fillette. | Tom Britt via Flickr CC License by
Une fillette. | Tom Britt via Flickr CC License by

Il y a quelques mois, la maire de la ville d'Otsu, au Japon, affirmait que les écoles devaient «agir fermement contre le harcèlement, sans compter seulement sur l'expérience des professeurs, mais en recourant aux analyses de données d'une intelligence artificielle». Une telle technologie sera bientôt développée dans la ville, rapporte le Japan Times.

En effet, à partir d'avril, une intelligence artificielle mise au point par la société Hitashi Systems Ltd commencera à analyser les données des écoles d'Otsu. Elle passera en revue plus de 9.000 cas de harcèlement, avérés ou seulement suspectés, subis par des élèves d'écoles élémentaires et de collèges de la ville au cours des six dernières années. Parmi les éléments passés au scrible: l'âge des victimes et des harceleurs, leur sexe, leur niveau de diplôme, mais aussi le lieu ou encore la date des harcèlements.

Le but de cette analyse? Mettre en lumière «les caractéristiques des harcèlements, afin d'aider les professeurs à identifier des cas dans leurs classes». Les données devraient être disponibles d'ici le mois d'octobre prochain.

C'est la première fois que l'intelligence artificielle servira à détecter le harcèlement scolaire. En revanche, des technologies semblables existent déjà pour identifier des cas de harcèlement ou d'injures sur les réseaux sociaux comme Instagram ou Ask.

Slate.fr

Newsletters

True crime: où sont les victimes?

True crime: où sont les victimes?

Le genre, qui connaît un pic de popularité depuis quelques années, a une fâcheuse tendance à se focaliser sur la figure du criminel et à négliger les conséquences de ses actes.

«Première campagne», quand suivre Macron forge la jeunesse

«Première campagne», quand suivre Macron forge la jeunesse

La réalisatrice Audrey Gordon a suivi la jeune journaliste Astrid Mezmorian, chargée de couvrir la campagne présidentielle d'un certain Emmanuel Macron.

Au tribunal pour avoir remis en question les méthodes du CCIF

Au tribunal pour avoir remis en question les méthodes du CCIF

Isabelle Kersimon était jugée le 9 avril 2019 pour diffamation après ses propos sur le Comité contre l'islamophobie en France.

Newsletters