Culture

M. Streep: l'ère du succès des femmes mûres

Temps de lecture : 2 min

«C'est incroyable—j'ai 60 ans, et je joue le rôle principal dans des comédies romantiques!» s'émerveille Meryl Streep. «Bette Davis doit se retourner dans sa tombe. Elle avait 42 ans quand elle a joué dans All About Eve, et 54 pour Qu'est-il arrivé à Baby Jane?»

Le magazine américain Vanity Fair brosse un portrait de l'actrice, célèbre pour des films aussi différents que Voyage au bout de l'Enfer ou Out of Africa, et nominée aux prochains oscars dont la cérémonie se tiendra le 7 mars à Los Angeles.

L'industrie cinématographique a longtemps pensé que la recette du succès résidait dans les films destinés aux hommes jeunes, dans lesquels jouent des femmes jeunes. Les succès des derniers films de Meryl Streep, qu'il s'agisse de Julie & Julia, ou de Pas si simple (avec Alec Baldwin) suscite une bonne dose de consternation. «Le problème n'est pas simplement que les studios oublient que les films pour, ou sur les femmes ont une audience, c'est aussi qu'ils ne savent sincèrement pas comment les vendre commercialement», souligne Nora Ephron, réalisatrice de Julie & Julia.

Meryl Streep a eu un rôle salutaire pour les femmes mûres au cinéma. «Elle a brisé un plafond de verre» s'enthousiasme le réalisateur Mike Nichols.

[Lire l'article complet sur Vanity Fair]

Voir le portfolio

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Mery Streep par Alan Light sur Flickr.


Slate.fr

Newsletters

Dans les romains de la rentrée littéraire, des terroristes pour servir la lutte écologique

Dans les romains de la rentrée littéraire, des terroristes pour servir la lutte écologique

Tueur de braconniers, maquisard du Front de libération des animaux ou Jeanne d’Arc de la défense de l’environnement: des écolos énervés surgissent dans les romans.

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Pratiques commerciales douteuses, exploitation de salariés précaires... Déjà au XIIIe siècle, les grands patrons profiteurs étaient sans scrupules.

Le twerk qui a immobilisé la Russie

Le twerk qui a immobilisé la Russie

«Scène à reproduire seulement chez vous.»

Newsletters