Parents & enfants / Tech & internet

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Temps de lecture : 2 min

Les «Tucked-in Tuesdays» de Belinda George connaissent un grand succès.

Plus de 2.000 enfants ont visionné ses vidéos. | Annie Sprattvia Unsplash
Plus de 2.000 enfants ont visionné ses vidéos. | Annie Sprattvia Unsplash

Tous les mardis soirs depuis décembre, Belinda George s’apprête à lire une histoire du soir à ses 680 élèves, vêtue de son pyjama et assise sur son canapé. La directrice de l’école primaire Homer Drive, située au Texas, aux États-Unis, raconte des histoires dans un live sur la page Facebook de son établissement scolaire. Les «Tucked-in Tuesday» de Belinda George connaissent un grand succès: aujourd’hui ses interventions sont médiatisées et elle touche même des enfants à l’autre bout du pays.

La directrice souhaite que les enfants continuent à apprendre après la classe. Elle aspire à maintenir une relation forte entre l’école et la maison. «Je sais que si je ne les atteins pas en dehors de l'école, je ne les atteindrai jamais à l'école», explique-t-elle à The Independent. 94% de ses élèves viennent de milieu défavorisé. Depuis que Belinda George est devenue directrice, le niveau a augmenté. «Je comprends que certains de ces enfants n'iront jamais à l'université, mais je ne veux pas qu'ils se sentent comme s'ils ne réussissaient pas. Quoi que vous choisissiez, soyez juste bons», les encourage-t-elle.


Une directrice impliquée, des enfants appliqués


Chaque vidéo commence par l'appel des enfants, préalablement inscrits ou apparus sur son écran. Belinda George précise faire bien attention à la prononciation des patronymes, faute de quoi «ils viendront le lendemain me dire que j'ai écorché leur nom», raconte-t-elle. Diffusées via l’outil live de Facebook, les vidéos sont interactives. Les élèves peuvent répondre à des questions en temps réel. Le lendemain, les enfants peuvent passer un contrôle facultatif portant sur le livre lu la veille. Les plus curieux et curieuses demanderont si le livre est disponible à la bibliothèque de l'école.

Chaque mardi, la directrice s'implique à fond: elle adapte sa voix aux personnages de l’histoire et se déguise en fonction du thème du livre. Pour Ladybug Girl par exemple, elle s'était munie d’ailes de coccinelle et d’une peluche représentant l’insecte.

Durant cette lecture, au moment où l'héroïne se voit interdire de faire quelque chose en raison de sa petite taille, la directrice en a profité pour faire passer un message aux enfants, en regardant fixement la caméra: «Combien d'entre vous ont déjà été informés que vous étiez trop petit pour faire quelque chose? J’ai trois sœurs plus âgées et elles me disaient que j'étais trop petite pour faire quelque chose. Mais devinez quoi? Je l'ai fait quand même.»

Slate.fr

Newsletters

Chez les moins de 18 ans aussi, les féminicides font rage

Chez les moins de 18 ans aussi, les féminicides font rage

Même chez les 11-18 ans, les femmes sont bien plus tuées par leur partenaire ou par leur ex que l'inverse.

Devoirs, révisions: il faut aider nos jeunes à savoir comment s'y prendre

Devoirs, révisions: il faut aider nos jeunes à savoir comment s'y prendre

Les élèves qui passeront le bac en juin auront souvent passé une douzaine d'années sans savoir qu'il y a des clés pour mieux travailler.

La photo de classe, un éternel recommencement

La photo de classe, un éternel recommencement

Depuis le XIXe siècle, ce rituel atteste des transformations du milieu scolaire autant qu'il témoigne de la permanence de l'institution.

Newsletters