Monde

Allah, marque déposée

Christopher Hitchens, mis à jour le 18.02.2010 à 6 h 54

Certains islamistes voudraient interdire aux non musulmans d'appeler Dieu «Allah».

Au début du mois de janvier, en Malaisie, des manifestations de haine ont éclaté après la sentence prononcée par le juge de la Haute Cour Lau Bee Lan sur l'appellation qu'il convient de donner au Seigneur. Des factions islamistes s'étaient plaintes que les chrétiens du pays utilisent le mot «Allah» dans leurs offices et leurs publications. (En langue malaise, il se trouve que c'est le mot employé pour désigner Dieu, et les chrétiens auraient donc bien du mal à s'en passer.)

La décision de la Cour était pour le moins restrictive: le journal Catholic Herald avait le droit d'utiliser le terme «Allah» dans son édition malaise, à condition d'être vendu «uniquement dans les églises et de porter la mention RÉSERVÉ AUX NON MUSULMANS.» Mais c'était encore trop d'indulgence aux yeux des islamistes. Plusieurs églises et institutions chrétiennes ont été incendiées et dégradées, et le gouvernement malais a publiquement déploré le jugement de la haute cour. Selon Associated Press, les autorités redoutent que «la synonymie du terme «Allah» et du terme «Dieu» sème le trouble dans l'esprit des musulmans et que cela les amène, de ce fait, à se convertir au christianisme.» Le danger semble pourtant contenu: la majorité des 2,5 millions de chrétiens de Malaisie appartient aux communautés chinoise ou indienne. Il y a donc une légère mais indéniable intention raciste de la part des islamistes malais quand ils exigent le monopole ethno-linguistique du mot divin.

Les faits sont révélateurs et inquiétants à plusieurs égards. Tout d'abord, cela se passe dans l'un des États musulmans réputé parmi les plus «modérés» du globe. Il est fort à craindre que ce type d'intolérance essaime en Indonésie voisine, dont la langue, très proche du malais, utilise également le terme «Allah» pour le «mot en D», et ce dans toutes les confessions. Les islamistes indonésiens pourraient ainsi renforcer la pression, déjà forte, qu'ils exercent sur la minorité chrétienne du pays, et ils disposeraient d'une nouvelle arme pour imposer l'islam par voie de charia.

Les propagandistes islamistes aiment à rassurer l'Occident candide en expliquant gentiment que tous, chrétiens, juifs et musulmans, nous louons le même Dieu. Nous sommes tous les enfants d'Abraham, et patati et patata. Nous sommes tous des «Peuples du Livre», et repatati et repatata. Mais s'il est vrai que le Coran s'inspire largement du Pentateuque et du Nouveau Testament, il n'en est pas moins vrai qu'on ne le considère généralement digne de foi que quand il est rédigé ou récité en arabe. Le malais, langue véhiculaire en Malaisie et en Indonésie, compte de nombreux emprunts à la langue arabe, dont le «mot en D»; et ses locuteurs chrétiens n'auraient plus le droit de professer leur foi dans leur langue? Cela sape l'idée d'un islam universel qui prêcherait la fraternité et la paix, et patati et patata. Cela révèle au contraire le sectarisme de certains, non dénué d'arrière-pensées racistes et nationalistes, et démontre qu'au fond, les intégristes, loin d'être monothéistes, pensent qu'il existe plusieurs dieux et que le leur est naturellement le meilleur.

Vous ne serez pas surpris d'apprendre, j'espère, que je suis sensible au sujet depuis des décennies, depuis, en fait, mes toutes premières années. J'ai passé ma petite enfance dans l'île de Malte, ce magnifique bout de terre situé entre la Libye et la Sicile, dont la capitale, La Valette, est peut-être la plus grande ville baroque et renaissance d'Europe. Malte possède sa propre langue, que je savais baragouiner dans ma jeunesse. Autrefois considéré par certains philologues comme héritier de la langue des Carthaginois, le maltais présente surtout une forte parenté avec l'arabe parlé en Libye, en Tunisie et au Maroc. Unique langue sémitique transcrite en alphabet latin, le maltais est, avec l'anglais, langue officielle du pays, ainsi que de l'Union européenne depuis que Malte en est le plus petit État membre. En maltais, Dieu s'écrit «Alla»; énoncé par un prêtre, cela sonne exactement pareil.

Ajoutons à cela que Malte est probablement le pays le plus chrétien d'Europe, peut-être plus catholique encore que l'Espagne, le Portugal, l'Irlande, voire même la Pologne. Le pays regorge de superbes églises et il fut le site de l'un des plus longs sièges de l'Empire ottoman [le Grand Siège de Malte, en 1565], qui déboucha sur une victoire des croisés (les Chevaliers de l'ordre de Malte portent bien leur nom.) En langue vernaculaire, là-bas, Dieu est «Alla».

Cette révélation troublante n'est peut-être pas encore tombée dans l'oreille des djihadistes. Elle vient toutefois allonger la longue liste de conflits réels et potentiels qui découlent de l'infinité des sujets dont les fondamentalistes musulmans font leur miel pour se prétendre lésés, et pour prétendre à la violence. Qui eût cru qu'ils ne se rendraient pas compte, jusqu'à l'an dernier, qu'il existait des non musulmans parlant la même langue qu'eux? Qui eût prédit que dans les semaines suivant cette incroyable découverte, on retrouverait les mêmes foules hurlantes, les mêmes prédicateurs haineux et les mêmes immeubles en feu?

L'arabe est une langue magnifique, littéraire et poétique, dont les dérivés (tel le mot «algèbre») peuplent les dictionnaires occidentaux et, entre autres, les cartes d'Espagne (Alhambra, Alcázar, etc...). Les islamistes pourraient être flattés que dans certains pays d'Europe méditerranéenne et d'Asie, les chrétiens emploient le mot arabe pour désigner Dieu. (Ce qui doit également être le cas des athées du coin, qui ont besoin du mot pour affirmer résolument que Allah n'est pas grand et que, d'ailleurs, il n'existe pas.) Mais non, le sectarisme passe avant tout. Dans les salles de rédaction, les correcteurs devraient peut-être envisager de traduire systématiquement «Allah Akbar» par «Allah est grand,» et «Insh'allah» par «Si Allah le veut,» plutôt que par «Si Dieu le veut.» Cependant, si ces mesures linguistiques étaient adoptées, nul doute qu'elles provoqueraient là encore le même lot d'émeutes, d'incendies et de tueries.

Christopher Hitchens

Traduit par Chloé Leleu

LIRE EGALEMENT SUR LE MEME SUJET: Islam: quand l'extrémisme devient la norme et Islam: combattre l'enfermement des femmes.

Image de Une: Un étudiant indonésien tenant le Coran Dadang Tri / Reuters

 

Christopher Hitchens
Christopher Hitchens (72 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte