Tech & internet

Votre voix est une mine d'or pour les entreprises

Temps de lecture : 2 min

De nombreuses sociétés se lancent dans l'analyse vocale pour récolter toujours plus de datas.

En 2029, le secteur de l'analyse vocale devrait peser 15,5 milliards de dollars. | Ehimetalor Unuabona via Unsplash
En 2029, le secteur de l'analyse vocale devrait peser 15,5 milliards de dollars. | Ehimetalor Unuabona via Unsplash

À l’heure du big data, nous avons toutes et tous conscience que chaque tweet publié, chaque recherche Google effectuée ou chaque post liké en dit long sur nos habitudes, notre situation, notre personnalité. Mais savez-vous que notre voix est également une source inépuisable de renseignements? En analysant le ton, l’inflexion ou le rythme de votre voix, des entreprises spécialisées peuvent aujourd’hui prédire vos risques de faire une crise cardiaque, votre santé mentale ou encore votre propension à payer votre loyer en retard. D’ici 2029, le marché de l'analyse vocale devrait ainsi peser près de 15,5 milliards de dollars (13,7 milliards d'euros). «Pratiquement tout le monde parle, explique Satrajit Ghosh, chercheur au Massachusetts institute of technology (MIT) travaillant sur l’analyse vocale comme outil pour détecter les troubles mentaux. Il existe nombre d’appareils qui enregistrent notre voix, de notre téléphone aux assistants comme Alexa ou Google home.»

Des capteurs qui, grâce au machine learning, sont capables notamment de déceler dans les voix des signes de dépression ou bien de stress post-traumatique. CompanionMx, Sonde Health, Ellipsis Health... une myriade de sociétés spécialisées dans la détection vocale des maladies mentales voient le jour. Aux États-Unis, certaines de ces start-ups ont même reçu des financements de la NIMH, l’Institut national de la santé mentale et de la DARPA, agence affiliée au ministère de La Défense, chargée de la recherche et du développement de nouvelles technologies.

Banques et assurances sont sur le coup

Côté business, de nombreux secteurs comme les centrales d’appels, les banques ou les assurances sont intéressés par ces analystes vocales. «Aujourd’hui nous sommes capables de dresser un profil incroyablement détaillé», affirme Yoav Degani, président de Voicesense, l’une des plus puissantes compagnies du marché, dont l’algorithme mesure plus de 200 paramètres par secondes, et ce, dans plusieurs langues. Pratique pour prédire la motivation d’une candidate à l’embauche ou les chances qu’a un client de fomenter une arnaque à l’assurance. «Nous ne sommes pas justes à 100%, le programme est encore en phase pilote, concède Yoav Degani, mais nous sommes en contact avec de grandes banques et d’autres acheteurs potentiels. Tout le monde est fasciné par le potentiel de cette technologie.»

Une technologie qui nécessite tout de même une vigilance particulière et qui soulève de nombreuses questions autour de l'usurpation d’identité ou de l’utilisation des données. À guetter aussi, les dérives sexistes ou racistes, particulièrement à même d’apparaître dans le sillage des nouvelles technologies adeptes du machine learning, comme en témoignent les voitures autonomes incapables de repérer les personnes non-blanches ou le logiciel de recrutement sexiste d'Amazon.

Slate.fr

Newsletters

Au Japon, une intelligence artificielle va aider les professeurs à détecter le harcèlement scolaire

Au Japon, une intelligence artificielle va aider les professeurs à détecter le harcèlement scolaire

Des technologies similaires sont déjà utilisées par les réseaux sociaux pour détecter le harcèlement en ligne.

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Les «Tucked-in Tuesdays» de Belinda George connaissent un grand succès.

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

Un projet de recherche a mis en évidence que les internautes rencontrent plus d’expériences négatives avec du contenu promotionnel que dans le cadre d’interactions interpersonnelles.

Newsletters