Santé

La vérité sur les bonbons vitaminés

Temps de lecture : 2 min

Ils ont meilleur goût qu'un comprimé, mais vous font-ils autant de bien?

Les bonbons vitaminés ne sont pas aussi sains qu'ils ont en l'air. | Angel Sinigersky via Unsplash
Les bonbons vitaminés ne sont pas aussi sains qu'ils ont en l'air. | Angel Sinigersky via Unsplash

Les pilules au quotidien vous fatiguent, vous en avez beaucoup à prendre, et l’idée de les avaler tout rond vous rebute? Les compléments alimentaires et les vitamines sous forme de bonbons semblent dès lors une bonne alternative. Les gommes vitaminées sont populaires auprès des enfants, mais aussi pour les adultes, qui représentent 80% des consommateurs et consommatrices. Mais leurs effets sont-ils les mêmes que ceux des comprimés classiques?

La clinique Mayo, dans le Minnesota, explique dans un rapport que les compléments alimentaires ou vitamines en tout genre ne sont pas à même de remplacer les bénéfices des aliments. Des expertes et experts avertissent: l’efficacité et la sécurité de la plupart de ces substituts ne sont souvent pas contrôlés. ConsumerLab.com est une société privée qui pratique des examens de sécurité et de qualité sur les produits de consommation. En 2017, elle a choisi d'enquêter sur les gommes vitaminées. Seulement deux des bonbons examinés ont réussi haut la main les tests: ceux destinés aux enfants, fabriqués par Flintstones Vitamins, et ceux dédiés aux femmes, fabriqués de Nature’s Way.

L’analyse de ConsumerLab.com a révélé que quatre produits testés sur cinq contenaient plus ou moins la quantité des ingrédients indiqués. «Il est beaucoup plus difficile de fabriquer un bonbon que de fabriquer un comprimé ou une capsule», explique Tod Cooperman, président de la société, au Time. Le problème tient à la «stabilité »: les gommes perdent leur efficacité avec le temps. Cooperman précise que les fabricants ajoutent des doses plus élevées de vitamines pour s’assurer que les bonbons contiennent les quantités listées sur leur emballage jusqu'au terme de leur durée d'existence.

Ce qui pourrait être considéré comme un avantage: vous payez en fait la même somme, mais pour une quantité supérieure. Des entreprises tentent de résoudre le problème en pulvérisant les composants sur la gomme finie. Cependant certains rapports montrent qu’un apport excessif de nutriments peut engendrer des problèmes de santé, en provoquant notamment des cancers. La recherche montre également que ces bonbons contiennent du fer. L'Organisation mondiale pour la santé (OMS) déconseille donc aux femmes enceintes d’en ingérer, car ils peuvent causer des accouchements prématurés.

Des vitamines enrobées de sucre

«Je crains que les enfants et les adultes ne s'habituent à avoir des nutriments sous forme sucrée», déclare le Dr Mark Moyad, directeur de la médecine préventive et alternative au centre médical de l'université du Michigan. Les bonbons vitaminés font plus envie qu’un comprimé, et c’est bien là que le bât blesse. Les gommes contiennent en sus un à plusieurs grammes de sucre par unité, comme des confiseries normales. Les consommateurs et consommatrices en avalent souvent plusieurs par jour afin d’atteindre une dose complète de nutriments .

«C'est comme manger des sucreries d'Halloween 365 jours par an», ajoute Mark Moyad. Sachant que les États-Unis connaissent la plus grande épidémie d’obésité chez les enfants et les adultes, le scientifique ajoute: «Nous devrions tirer nos nutriments d'aliments entiers non transformés, pas de bonbons.»

Slate.fr

Newsletters

Le télétravail génère du stress et un manque de confiance en soi

Le télétravail génère du stress et un manque de confiance en soi

On pense souvent aux côtés positifs du travail à distance, moins aux aspects négatifs.

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Des scientifiques vont l'observer pour la première fois.

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

Pour les «childfree» qui invoquent des raisons d'ordre psychologique, c'est la double peine: aux injonctions de procréer s'ajoute le tabou des troubles mentaux.

Newsletters