Société / Tech & internet

Sur internet, on fantasme sur les hommes en jogging gris

Temps de lecture : 2 min

Ces pantalons autrefois réservés au sport émoustillent aujourd'hui des milliers d'internautes.

En 2016, le «gray sweatpants challenge» enflammait les réseaux sociaux. | Max Nelson via Unsplash
En 2016, le «gray sweatpants challenge» enflammait les réseaux sociaux. | Max Nelson via Unsplash

Uniformes, costumes, perfecto en cuir, les tenues vestimentaires masculines sont depuis des décennies une source de fantasmes pour bon nombre de femmes et d'hommes. Mais un nouvel accoutrement à première vue inattendu a rejoint ce vestiaire si particulier: le jogging gris. Autrefois associé au sport ou à une session de farniente devant la télé, le jogging gris émoustille aujourd'hui des milliers d'internautes.

La raison? Il moulerait sensuellement le corps des hommes et laisserait deviner la protubérance du sexe masculin, déclenchant ainsi toutes sortes de scénarios érotiques dans l'esprit de celles ou ceux croisant un homme ainsi vêtu. Un émoi partagé depuis quelques années sur internet, où l'on disserte à longueur de journée sur le pouvoir érotique des fameux gray sweatpants. Considérés par la journaliste de Vox, Rebecca Jennings, comme l'équivalent masculins des leggings ou pantalons de yoga, censés mettre en valeur les postérieurs de la gent féminine, les joggings gris ont fédéré une véritable communauté.

Le désir façon Twitter

Lancé sur le net en 2015 avec la publication de l'article de Tracy Clayton Gray Sweatpants Are The Most Important Things A Man Can Wear, l'engouement pour les joggings gris ne se dément pas. On ne compte plus le nombre de publications compilant les photos d'hommes habillés ainsi. Point d'orgue du phénomène, le gray sweatpants challenge, qui en 2016 incitait les hommes à poster des photos d'eux portant un jogging gris sur les réseaux sociaux.

Une tendance significative du web selon Ana Valens, journaliste pour le Daily Dot: «Sur internet et particulièrement sur Twitter, le désir est repensé à coup de mèmes et de punchlines au troisième degré. Twitter a développé un langage spécifique autour du désir qui rend l'excitation moins objectivante. Les photos suggestives ne sont que des “pièges à désir”, discourir sur le corps de votre crush n'est qu'un énième “post excité”. Traduire son désir par un langage codé propre à internet le transforme en une expérience partagée et le rend moins tabou.»

Slate.fr

Newsletters

La mode passe au vert

La mode passe au vert

Difficile à envisager il y a encore cinq ans, l'industrie textile développe des matières durables dans le but de préserver l'environnement.

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Si les couples hétéros sont de plus en plus favorables à une répartition moins genrée des corvées, la révolution domestique est encore bien difficile à mener.

En Inde, pour empêcher ses étudiants de tricher, une université leur demande de se mettre un carton sur la tête

En Inde, pour empêcher ses étudiants de tricher, une université leur demande de se mettre un carton sur la tête

Une mesure un peu excessive ?

Newsletters