Parents & enfants / Culture

Sept livres à conseiller absolument aux enfants de 8 à 12 ans

Temps de lecture : 5 min

Pour vous y retrouver dans l'offre de lecture jeunesse classique et contemporaine.

Écolo, classique, fantastique, gourmand, didactique, initiatique, littéraire... sélection pour vos enfants. | Victoria_Borodinova via Pixabay
Écolo, classique, fantastique, gourmand, didactique, initiatique, littéraire... sélection pour vos enfants. | Victoria_Borodinova via Pixabay

Comment donner le goût des livres à un enfant? La question taraude de nombreux parents. Mais il est parfois difficile de se repérer dans la multitude des nouveautés de l’édition de jeunesse. Et, du côté des classiques, si l’on est assuré de trouver des ouvrages ayant fait leurs preuves sur le plan littéraire, reste à repérer ceux qui vont vraiment captiver votre jeune lecteur ou lectrice. Voici quelques pistes pour vous aider à faire mouche.

«Tobie Lolness», politique et écolo

Du haut de son millimètre et demi, ce tout petit héros a déjà conquis de nombreux prix littéraires et été traduit en vingt-six langues. À travers cette aventure palpitante, l’auteur, Timothée de Fombelle, tisse un récit à la fois politique et écologique. Tobie se bat pour sauvegarder la santé de son arbre, menacée par Jo Mitch, industriel sans vergogne qui a bâti un empire en creusant des sillons destructeurs dans l’écorce.

L’histoire de Tobie se construit comme une sorte de puzzle entre une course effrénée pour échapper à ses ennemis et de nombreux flashbacks retraçant les moments clés de la vie de l’arbre et de ses habitantes et habitants. Les descriptions poétiques et la réflexion sur le rôle de l’auteur de fiction s’entremêlent ainsi avec des enjeux très contemporains.

«Alice au Pays des Merveilles», l'imagination d'abord

Avec À travers le miroir, le livre de Lewis Caroll est le premier succès commercial de la littérature de jeunesse, où il a fait entrer le merveilleux et le fantastique. De nombreux enfants connaissent déjà ses personnages à travers les adaptations de Disney (en 1951) et de Tim Burton (2010) mais les deux livres offrent beaucoup plus à l’enfant.

En effet, ceux-ci accompagnent vers un monde décalé empli de jeux sur les mots, de logique, de sonorités et de rimes, construisant un imaginaire foisonnant propre à l’enfance.

«Sauveur et Fils», aborder les sujets sensibles

L’histoire de Sauveur Saint-Yves, psychologue clinicien, et de son fils de 8 ans est intéressante pour les jeunes à bien des égards. L’utilisation d’un personnage principal adulte dans un livre jeunesse est un trait que l’autrice, Marie-Aude Murail, manie avec brio.

En tant que psychologue, Sauveur accueille dans son cabinet des enfants, adolescentes et adolescents et des adultes dont on découvre les histoires de semaine en semaine au fil des rendez-vous. De nombreuses questions importantes, et même sensibles, pour les jeunes adolescentes et adolescents y sont évoquées avec tact mais aussi humour: la phobie scolaire, la scarification, la fascination pour les jeux vidéos, le questionnement identitaire ou encore les couples recomposés.

«Le Hobbit», un pas vers la maturité

Tolkien a apporté deux grandes avancées en littérature de jeunesse: la fantasy et le lectorat adolescent. Le Hobbit correspond parfaitement aux 8-12 ans car l’histoire commence comme un livre pour enfants –avec de nombreuses blagues, des phrases simples, courtes, une atmosphère joyeuse– et finit en prélude au Seigneur des Anneaux. Le style devient plus mature, les descriptions plus poussées et les personnages plus complexes.

La série de trois films de Peter Jackson (2012-2014) est à conseiller après la lecture car ceux-ci prennent beaucoup de libertés par rapport à l’histoire originale et risquent de guider l’enfant vers des interprétations erronées du texte.

«La Cité des livres qui rêvent», récit d'un dragon

Auteur allemand contemporain, Moers se présente ici comme le traducteur d’un roman écrit par Hildegunst Taillemythes. Ce personnage imaginaire est un dragon vivant en «Zamonie» et, comme tous les dragons de sa citadelle, il est féru d’écriture. Il nous raconte son voyage à Bouquinbourg, dans les entrailles de cette cité des livres. Agrémenté de belles illustrations de l’auteur (le vrai), cet ouvrage nous propose un univers de créatures étranges, de souterrains, d’aventures, rempli de livres bien plus dangereux que les nôtres: on ne lit pas à la légère dans Bouquinbourg. «Je parle d’un pays où la lecture peut rendre fou» nous dit le prologue.

L’auteur profite de cet univers livresque pour jouer avec les codes littéraires, proposant une galerie ludique de différents genres romanesques. Le succès de Walter Moers en Allemagne ne fléchit pas et il a écrit plusieurs autres livres se déroulant dans cette Zamonie imaginaire. La Cité des livres qui rêvent n’étant pour l’instant malheureusement plus édité en français, il faudra le trouver en bibliothèque.

«Charlie et la chocolaterie», l'incontournable

Roald Dahl est un incontournable en littérature de jeunesse et de nombreux enfants l’auront déjà rencontré grâce à ses ouvrages destinés aux plus jeunes tels que James et la grosse pêche, Matilda, ou Les deux gredins. Charlie et la chocolaterie déroule non seulement une histoire captivante pour un public jeune –Charlie, le héros, est sélectionné pour passer une journée à visiter une fabrique de chocolats avec quatre autres enfants– mais regorge aussi d’une inventivité sans bornes tant au niveau des mots que des friandises proposées à l’imagination du lecteur ou lectrice.

Deux films, celui de Mel Stuart, en 1971, et celui de Tim Burton, en 2005, peuvent compléter la lecture en donnant vie aux multiples chansons du texte et à toutes les créations sucrées et décalées de Willy Wonka. La lecture peut aussi être poursuivie avec la suite, Charlie et et le grand ascenseur de verre.

«Harry Potter», le plus vendu

Faut-il encore présenter le livre de jeunesse le plus vendu au monde, où un jeune orphelin à lunettes doit sauver le monde des sorciers de l’infâme Voldemort, tout en renouant les fils de son passé familial? Comme Le Hobbit, la série forme un pont entre la littérature destinée aux enfants et les livres pour ados. L’atmosphère ne fait pas que s’épaissir au fil de sa scolarité au château de Poudlard; le récit gagne aussi en finesse lexicale, narrative et poétique, guidant le lectorat vers des interprétations plus élaborées.

Chacun est en effet invité à participer aux quêtes de Harry en détectant des indices dans le texte, dont certains, évoqués dans les premiers tomes, ne seront qu’expliqués dans les derniers. Cette lecture dynamique se conjugue avec une réelle inventivité, plongeant l’enfant dans un monde hybride où il se régale à toutes les pages. Rowling reprend à son compte la créativité lexicale de Lewis Carroll –avec notamment les mots-valises–, l’humour décalé de Roald Dahl (et certaines de ses créations culinaires) ainsi que les codes du monde fantastique édifiés par J.R.R. Tolkien.

Le site internet Pottermore propose une lecture interactive de l’œuvre qui peut aider les lecteurs et lectrices qui ont des difficultés et permettre aux plus avides d’en apprendre davantage sur ce monde magique. Les huit films (2001-2011), les trois livres-compagnons (Les Animaux fantastiques, Le Quidditch à travers les âges, Les Contes de Beedle le Barde) ainsi que la pièce de théâtre Harry Potter et l’enfant maudit complètent la saga.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.The Conversation

Éléonore Cartellier

Newsletters

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Les «Tucked-in Tuesdays» de Belinda George connaissent un grand succès.

Des scientifiques mettent en garde contre le vapotage passif

Des scientifiques mettent en garde contre le vapotage passif

Les vapeurs de cigarette électronique seraient particulièrement nocives pour les enfants.

Des anti-vaccins harcèlent les parents d'enfants morts de la grippe

Des anti-vaccins harcèlent les parents d'enfants morts de la grippe

Sur Facebook, les personnes qui militent contre les vaccins accusent ces parents d'avoir eux-mêmes tué leurs enfants ou disent que ce sont les vaccins qui les ont tués.

Newsletters