Égalités / Médias

Un mois après les révélations sur la Ligue du LOL, je demande aux rédactions d’agir concrètement

Temps de lecture : 3 min

[TRIBUNE] Journaliste, notamment pour Slate, Lucile Bellan attend des actions concrètes de la part des médias pour lutter contre le harcèlement.

La rédaction du New York Times il y a fort longtemps.| janeb13 via Pixabay
La rédaction du New York Times il y a fort longtemps.| janeb13 via Pixabay

Slate couvre le sujet de la Ligue du LOL, du nom d'un groupe Facebook privé très actif autour de 2010, composé principalement de journalistes masculins dont certains se sont livrés en parallèle à du cyber-harcèlement visant des femmes, des personnes racisées, des blogueurs. Notre actuel rédacteur en chef a été membre de ce groupe, sans qu'aucune action de sa part ne justifie sa suspension. Par souci déontologique, les articles que nous produisons sur la Ligue du LOL –et nous ne nous interdisons aucun angle– sont placés sous la supervision exclusive d'Hélène Decommer, rédactrice en chef adjointe de Slate.

Il y a un mois, la France découvrait l’existence de la Ligue du LOL. De nombreuses journalistes, blogueuses et personnalités du réseau social Twitter avaient été ou étaient la cible d’un petit groupe d’hommes. Et certaines personnes, victimes de leurs moqueries, sont devenues des victimes de choix dont le harcèlement a perduré par-delà l’existence même du groupe. Pendant ce temps, ces jeunes hommes ont fini par occuper, avec les années, des postes clés dans les médias et la communication. Pendant dix ans, leurs victimes ne se sont exprimées qu’à mots couverts par peur de nouvelles campagnes de harcèlement.

Les conséquences de leurs agissements ont été désastreuses. Leurs actes ont eu des répercussions sur les carrières de jeunes journalistes et sur la construction mentale de jeunes femmes. C’est la victoire d’un système valorisant la corporation des hommes blancs et hétérosexuels. Toute différence est moquée jusqu’à ce qu’elle s’épuise, qu’elle disparaisse même du paysage. Et puis, il y a un mois, tout est finalement sorti aux yeux du grand public.

Des mesures qui tardent

De nombreux témoignages ont été rapportés, des articles ont révélé des agissements similaires dans d’autres rédactions, des pétitions ont été lancées pour dénoncer tout cela. Et depuis? Qu’est ce qui a vraiment changé? Qu’ont annoncé les rédactions incriminées ces derniers jours? A-t-on vu des embauches significatives, des formations et discussions avec les journalistes? Les scandales éclatent les uns après les autres, du harcèlement qui débute dans les écoles aux rédactions qui ont permis et même valorisé un entre-soi malsain. Entendre la parole des victimes ne suffit pas. C’est au moment de l’indignation que de véritables mesures concrètes doivent être proposées.

Quatre journalistes et membres actifs de la Ligue du LOL, dont son fondateur Vincent Glad, ont été licenciés début mars. Des mesures ont été prises, rapidement, et il faut les saluer. Mais comment agir désormais pour que cela ne se reproduise plus jamais, sur internet, comme ailleurs?

«Il est temps que les rédactions s’organisent pour valoriser les talents venus de l’extérieur, hors des simples cercles de copinage»

Car ces histoires de cyber-harcèlement ne se sont pas cantonnées à internet. Si des conséquences directes sur la santé physique et mentale des victimes ont été établies, on relève aussi au moins un témoignage d'agression sexuelle –des journalistes enquêtent en ce moment même sur le sujet. Il faut comprendre, enfin, que le manque de respect de l’autre, l’annihilation même de sa personne, est la première étape de ce cycle de violences.

On demande beaucoup aux victimes, ces derniers jours, si elles sont prêtes à pardonner. Mais la plupart, qui ont vu leur confiance détruite et leurs carrières en pâtir, attendent des actes. Et tant que les rédactions ne se montreront pas plus prêtes à s’engager pour protéger leurs journalistes, prêtes à davantage de transparence dans leur recrutement mais également par la suite dans le management des équipes, persistera toujours l’impression que tout ce grand déballage n’aura mené à rien. Il est temps que les rédactions s’organisent pour valoriser les talents venus de l’extérieur, hors des simples cercles de copinage. Il est temps que les femmes ne subissent plus les brimades et les comportements inadmissibles mis en exergue par le mouvement #MeToo. Il est temps de briser les schémas toxiques qui laissent à penser que le «talent» excuse les comportements les plus inacceptables.

Nous attendons que les rédactions s’engagent pour leurs journalistes et pigistes à venir, que les plumes soient jugées à l’aune de leur talent plutôt que de leurs contacts. L’enquête #EntenduALaRedac publiée le 7 mars confirme ce que nous disons depuis tant d’années…

Donner l'exemple

En tant que victime de la Ligue du LOL pendant presque dix ans, je demande plus de transparence dans le recrutement des journalistes. Je demande un effort de parité et de représentativité dans les rédactions pour que chacun et chacune puisse s’exprimer sur des sujets qu’il ou elle maîtrise. Je demande la mise en place de véritables cellules de prévention et de soutien en cas de cyberharcèlement.

Cette histoire qui a mis tant d’années à exploser au grand jour mérite que l’on en sorte toutes et tous grandis, pour les victimes qui en ont souffert et pour les valeurs défendues au quotidien dans les rédactions. La presse se doit d’être un exemple… pour que d’autres corps de métiers tout autant concernés puissent changer à leur tour.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Robert Foster et Bill Waller, candidats au poste de gouverneur du Mississippi, ne veulent pas se retrouver seuls avec une journaliste, notamment sous prétexte de respect de leur foi chrétienne.

Dame Ann Leslie, première femme journaliste de terrain dans l'histoire du Royaume-Uni

Dame Ann Leslie, première femme journaliste de terrain dans l'histoire du Royaume-Uni

Légende du grand reportage, elle a rencontré tous les leaders politiques importants du XXe siècle et décroché des interviews dans les pays réputés les plus fermés au monde.

En Vendée, la croisade homophobe de jeunes cathos identitaires

En Vendée, la croisade homophobe de jeunes cathos identitaires

Douze étudiant·es de l'Institut catholique de Vendée comparaissent le 18 juillet devant le tribunal de La Roche-sur-Yon pour répondre d'actes homophobes commis le 18 mai dernier.

Newsletters