Culture

«Fukushima, le couvercle du soleil», l'ombre de l'apocalypse

Temps de lecture : 4 min

La reconstitution de la catastrophe nucléaire de Fukushima depuis le centre du pouvoir politique japonais suggère des niveaux de risques hallucinants.

Au cœur de la centrale nucléaire, et des questions que sa destruction soulève. | Capture d'écran de le bande annonce.
Au cœur de la centrale nucléaire, et des questions que sa destruction soulève. | Capture d'écran de le bande annonce.

Il y a trois histoires. Celle qu’on connaît. Celle qu’on ignore. Celle qui n’est pas arrivée. Méthodiquement, avec un minimum de moyens narratifs et visuels, le réalisateur Futoshi Sato réussit à la fois à documenter une crise majeure et à convoquer des arrières-plans qui l’excèdent, et lui donnent encore davantage de sens.

L’histoire connue, trop bien connue hélas, est celle de la triple tragédie qu'a subi le Japon en mars 2011: le tremblement de terre qui frappe toute la région centrale du pays et notamment Tokyo, le tsunami qui ravage une large zone des côtes orientales de l’île principale de l’archipel, et la destruction de la centrale nucléaire de Fukushima, entraînant des fuites très graves de matériaux radioactifs dans l’air et dans la mer.

Le film raconte depuis plusieurs points de ressenti ces événements, et d’action vis-à-vis d’eux.

Les scènes montrant des habitantes et des habitants de la région frappés par les calamités successives qui s’abattent sur elles et eux, celles montrant l’héroïsme des employés de la centrale affrontant au péril de leur vie, que beaucoup vont perdre, les effets directs de l‘entrée en fusion des réacteurs, la réaction d’une mère et de son enfant à Tokyo témoignant du ressenti de la population au-delà de la zone la plus touchée, construisent le tableau humain et émotionnel des effets de la catastrophe.

Chez le Premier ministre

Mais la ligne directrice du film est constituée du récit de ce qui se produit au cours des cinq jours qui ont suivi le séisme à la résidence du Premier ministre d’alors, Naoto Kan.

Le film a été conçu comme une plaidoirie pour l'action de celui-ci, qui sera ensuite accusé d’avoir mal géré la crise, ce qui lui coûtera son poste. Le public du film, et moi qui écris ces lignes, n’avons pas la possibilité d’en juger. Ce n’est pas le plus important.

L’important ce sont les trois histoires et leur imbrication. La catastrophe elle-même évidemment. Mais aussi cette histoire méconnue, celle de ce qui se passe au centre d’un pouvoir bien organisé, moderne, doté de ressources technologiques et matérielles élevées, lorsqu’une crise majeure surgit. Le spectacle est édifiant et il est clair qu'il n’incrimine pas spécifiquement cette administration, ni même le Japon. Les États, les administrations ne sont pas, ne seront pas à la hauteur d'événements hors normes.

Le Premier ministre Naoto Kan (Kunihiko Mitamura) découvrant peu à peu l'ampleur de la catastrophe. | Destiny Films

La manière dont le film détaille les enchaînements de prises, et de non-prises de décision, les actes contradictoires, les délais, les blocages, les incertitudes, les mensonges, le déséquilibre entre les capacités de décision des politiques et les puissances industrielles (en l’occurrence la compagnie d’électricité propriétaire de la centrale qui alimentait la capitale en courant), dessinent un tableau général dantesque, appuyé sur des témoignages de première main, l’ancien Premier ministre et certains de ses collaborateurs ayant participé au scénario.

Si cela était tout le film, film signé d’un réalisateur de séries télévisées, celui-ci serait un docu-drame efficace, et certainement utile pour rendre perceptible à la fois les limites de l’action publique en situation extrême et les multiples dysfonctionnements politiques face au lobby nucléaire. Mais il y a la troisième histoire, celle qui n’est pas arrivée.

Celle qui n’est pas arrivée mais a été possible à ce moment-là était de l’ampleur de la destruction totale du Japon. Un concours de circonstances et quelques décisions utiles, ainsi que l’action sur place des ouvriers et des cadres de la centrale, ainsi que beaucoup de chance, ont permis que ce ne soit pas le cas. Le Premier ministre Kan a certainement joué un rôle dans cette issue. Dans quelle mesure, on ne saurait en décider ici.

Un autre film, invisible et présent

Ce que dit le film, ce que surtout il donne à éprouver, est la conscience partagée par quelques personnages (un ingénieur marginalisé, un journaliste, le Premier ministre) de la possibilité très réelle d’un cataclysme inouï, encore infiniment supérieur à ce qui s’est produit.

Les habitantes et habitants évacués de la zone la plus directement touchée suivent l'enchaînement des catastrophes à la télévision. | Capture d'éctran de la bande annonce.

La deuxième partie du titre, «le couvercle du soleil», ne désigne plus alors seulement la tentative technologico-bricolo mise en place pour essayer d’empêcher les réacteurs d’entrer en fusion et d’exploser.

Il désigne l’horizon apocalyptique que l’industrie nucléaire civile trace pour la planète entière, il s’inscrit dans une interrogation aussi vaste que très actuelle, autour de la possible fin des temps sous les effets des catastrophes environnementales qui viennent. Traduit en langage de genre cinématographique, il concerne le passage du film-catastrophe (un gratte-ciel brûle, un avion va se crasher, un raz-de-marée ravage une ville) au film-apocalypse, type Le Jour d’après.

Futoshi Sato n’a pas réalisé un tel film. Mais celui-ci hante, très légitiment et de manière tout à fait sensible, le film dossier qu’est son Fukushima. Et il lui donne une profondeur à la fois d’épouvante et de lucidité qui en fait la valeur inattendue.

À l'initiative de nombreuses associations, le film est projeté dans le cadre de séances-débats sur les enjeux du nucléaire.

Fukushima, le couvercle du soleil

de Futoshi Sato, avec Yukiya Kitamura, Yoshihiko Yakamada, Pomohiro Kaku, Shun Sugata.

Séances

Durée: 1h30.

Sortie le 6 mars 2019

Jean-Michel Frodon Critique de cinéma

Newsletters

C'est Erasmus qui m'a donné envie de voter aux élections européennes

C'est Erasmus qui m'a donné envie de voter aux élections européennes

Le documentaire «Les enfants d'Erasmus» disponible sur le site d'Arte m'a convaincue de voter, ne serait-ce que pour élargir ce programme d'études aux populations moins aisées.

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

Le film d’Elia Suleiman conclut en beauté une sélection globalement de très bon niveau. L’occasion de revenir aussi sur quelques outsiders marquants, sans oublier les inquiétudes à propos d’un système français menacé de fragilisation.

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

«Mektoub My Love: Intermezzo» pousse à l'extrême ce phénomène auquel nous sommes déjà soumis·es constamment, que ce soit au cinéma, à la télé ou dans les pubs.

Newsletters