Monde

Des perroquets accros à l'opium ravagent des champs de pavots en Inde

Temps de lecture : 2 min

Les fermiers ont tenté de riposter en lançant des pétards, sans succès.

La culture du pavot pour l’opium est un grand business dans le Madhya Pradesh, une région du centre de l’Inde. Elle est autorisée par le gouvernement à des fins médicinales. Sauf que des perroquets qui semblent accros à la plante attaquent les champs de nombreuses fois par jour, raconte The Independent.

«Une fleur de pavot produit 20 à 25 grammes d’opium. Un grand groupe de perroquets se nourrit de pavot 30 à 40 fois par jour et certains s’envolent même avec des cosses entières. Cela affecte le produit», a expliqué un fermier touché par le phénomène à la NDTV, un média national, et cité par The Independent. «Nous avons essayé de faire beaucoup de bruits et même de lancer des pétards pour effrayer les oiseaux mais rien n’y fait», a-t-il poursuivi.

Les producteurs de pavot souffraient déjà de problèmes à cause des pluies irrégulières. «Personne n’écoute nos problèmes. Qui compensera nos pertes?», s’est exclamé l’agriculteur. Ces fermiers un peu particuliers ont une licence pour cultiver l’opium, qui est acheté par un service gouvernemental. Sauf que ce dernier a des paramètres fixes sur la quantité des récoltes pour chacune des exploitations. Si la récolte est inférieure aux quotas, une pénalité est imposée, expliquait le site indien DNA l’année dernière pour un problème similaire dans la province du Rajasthan.

Les quotas de production aux agriculteurs sont installés pour éviter le commerce illicite d’opium, car sans ce dernier, les agriculteurs pourraient être tentés de sous-déclarer la production et d’en vendre illégalement à des contrebandiers et trafiquants.

Newsletters

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

Selon des témoignages recueillis par Amnesty International, des officiels ont demandé à certaines familles de donner de l'argent pour obtenir la dépouille des personnes tuées.

Newsletters