Égalités / Culture

Aucune femme n’a reçu de César et ça ne choque personne

Temps de lecture : 4 min

On est tellement habitué à voir des hommes en costard brandir des trophées qu’on ne s’aperçoit pas de l’absence des femmes.

Kristin Scott Thomas a remis le César d'honneur à Robert Redford lors de la 44e édition de la cérémonie, le 22 février 2019 à Paris. | Bertrand Guay / AFP
Kristin Scott Thomas a remis le César d'honneur à Robert Redford lors de la 44e édition de la cérémonie, le 22 février 2019 à Paris. | Bertrand Guay / AFP

Comme quelques personnes, peu nombreuses d’après les audiences, j’ai regardé la cérémonie des César, une espèce de rituel auquel je m’astreins sans trop savoir pourquoi.

Mais cette année, c’était différent. Les César ont récompensé un nombre frappant de films traitant des violences faites aux femmes et aux filles. Jusqu’à la Garde bien sûr, à propos des violences conjugales, mais aussi Vilaine fille (court-métrage d’animation sur une fillette victime d'un pédocriminel) et Les Chatouilles (sur le même sujet). Il semblerait bien qu'on assiste à une prise de conscience qu’il y a un problème de violences contre les femmes dans notre société et le cinéma a évidemment un rôle à jouer sur ce sujet.

Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Sauf que… au milieu du défilé des costards-cravates et des costards-nœuds pap, vous n’avez pas remarqué un truc étrange? Si on met de côté les récompenses pour les meilleures actrices et meilleurs acteurs, voici une lecture possible du palmarès.

César remis à un homme
Meilleur film: Xavier Legrand (Jusqu’à la garde)
Meilleure réalisation: Jacques Audiard (Les Frères Sisters)
Meilleur scénario original: Xavier Legrand (Jusqu’à la garde)
Meilleur premier film: Jean-Bernard Marlin (Shéhérazade)
Meilleur documentaire: Jean Libon et Yves Hinant (Ni juge, ni soumise)
Meilleur film étranger: Hirokazu Kore-eda (Une affaire de famille)
Meilleur film d’animation long-métrage: Michel Ocelot (Dilili à Paris)
Meilleur film d’animation court-métrage: Ayce Kartal (Vilaine fille)
Meilleur court-métrage: Rémi Allier (Les petites mains)
Meilleurs costumes: Pierre-Jean Larroque (Mademoiselle de Joncquières)
Meilleurs décors: Michel Barthélémy (Les Frères Sisters)
Meilleur montage: Yorgos Lamprinos (Jusqu’à la garde)
Meilleure musique originale: Vincent Blanchard et Romain Greffe (Guy)
Meilleure photographie: Benoît Debie (Les Frères Sisters)

César remis à un homme et une femme
Meilleure adaptation: Andréa Bescond et Éric Metayer (Les Chatouilles)
Meilleur son: Brigitte Taillandier, Valérie De Loof et Cyril Holtz (Les Frères Sisters)

César remis à une femme
Niet.
Aucun.
Et ça n’a choqué personne. Les actualités sur les César le lundi matin, ça donnait ça:

Le fait que ça ne semble pas passer dans les radars est en soi un problème. Vous me direz «ah bah elles ont eu meilleure actrice, meilleur espoir féminin et meilleure actrice dans un second rôle». Et là, j’ai envie de vous dire que je m’en bats les steaks.

Des femmes filmées, des hommes qui filment

Mais était-ce mieux avant? Les années précédentes, ça n’a jamais été la fête des ovaires mais c’était moins pire.

En 2018, il y avait eu un César des costumes pour Mimi Lempicka, et du meilleur court-métrage pour Alice Vial.

En 2017, meilleur scénario pour Solveig Anspach, meilleure adaptation pour Céline Sciamma, meilleurs costumes pour Anaïs Romand, meilleur premier film pour Houda Benyamina, et meilleur court-métrage ex æquo pour Maïmouna Doucouré et Alice Diop.

En 2016, Mustang (un film qui parlait de filles fait par des femmes) avait raflé le César du meilleur premier film, celui du meilleur scénario était attribué à Deniz Gamze Ergüven et Alice Winocour, celui du meilleur montage à Mathilde Van de Moortel. Meilleur film documentaire pour Mélanie Laurent (avec Cyril Dion). Et en plus, meilleur court-métrage pour Cécile Ducrocq et meilleur court d’animation pour Céline Devaux.

Le palmarès de cette année est donc particulièrement couillu (et remarquablement blanc). Mais attention, c’est de la couille progressiste, de la couille alliée, ouverte à la cause des femmes, parce que cette sélection avait une autre particularité: la plupart des films parlaient de femmes. Ceux que j’ai déjà cités bien sûr, mais les femmes étaient bien présentes également dans Mademoiselle de Joncquières, Ni juge ni soumise, Shéhérazade, Une affaire de famille. Des personnages féminins, il y en a foison dans ces films et elles ne font plus figure de schtroumpfette, elles sont au départ des histoires. Sans ces personnages, pas d’histoire.

Mais ce sont toujours des hommes qui les écrivent, les racontent, les filment. Je me demande si ce n’est pas encore pire. De voir des histoires de femmes uniquement racontées par des hommes. Et encore une fois, je ne remets absolument pas en question la qualité de chacun de ses films. Évidemment que Jusqu’à la garde raconte extraordinairement bien les violences conjugales. Bien sûr qu’une femme peut raconter l’histoire d’un homme et un homme l’histoire d’une femme. À titre personnel, je ne crois même pas au mythe d’un regard féminin sur le monde. Tout ça, c'est de l'art, de la création.

Elles étaient aux manettes au début du cinéma

Mais à moins de considérer que les femmes sont naturellement nulles, leur absence dans cette cérémonie révèle un problème structurel dans ce qui n'est pas que de l'Art, mais également un univers professionnel avec ses discriminations, ses rapports de pouvoir et ses inégalités salariales. C’est la démonstration que les femmes n’ont pas encore la même place que les hommes. Le second problème réside dans le fait que personne ne s’en soit ému. On est tellement habitué à voir des hommes en costard brandir des trophées qu’on ne s’aperçoit pas de l’absence des femmes.

L’ironie, c’est que ce palmarès tombe juste après la mobilisation des femmes pour dénoncer l’absence de réalisatrices à Cannes. Elles ont été quatre-vingt-deux à monter les marches en mai dernier pour dénoncer que depuis la création du festival, seules quatre-vingt-deux réalisatrices avaient été en compétition, contre 1.688 réalisateurs.

Les femmes n’auraient donc pas encore percé le plafond de verre dans le cinéma? C’est faux. Elles étaient partout aux manettes au début du cinéma (allez lire leur histoire ici, c’est formidable). Et il est sûrement utile de rappeler que le premier film jamais réalisé, film de fiction au sens moderne, a été l’œuvre d’une femme, une Française, Alice Guy.

Portrait d'Alice Guy, 1913 | Apeda Studio New York via Wikimedia Commons

Elle tourne La Fée aux choux en 1896, avant Méliès. Pourtant, qui connaît encore son nom? Les femmes dans le cinéma, comme dans les autres arts, ont été volontairement exclues et rayées de nos mémoires –et elles peinent toujours à retrouver une place derrière la caméra.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq.

Titiou Lecoq

Newsletters

Les figures de galants ou de libertins que nos intellos adulent sont des violeurs

Les figures de galants ou de libertins que nos intellos adulent sont des violeurs

Valérie Rey-Robert le démontre très bien dans son ouvrage.

Chez les moins de 18 ans aussi, les féminicides font rage

Chez les moins de 18 ans aussi, les féminicides font rage

Même chez les 11-18 ans, les femmes sont bien plus tuées par leur partenaire ou par leur ex que l'inverse.

Les talons hauts, une histoire de pouvoir

Les talons hauts, une histoire de pouvoir

Jadis, les hommes portaient des talons pour marquer leur rang social. Aux pieds des femmes, l’étiquette est passée de «puissant» à «sexy». Et finalement, cela revient au même.

Newsletters