Politique

Aurore Bergé, députée LREM: «Decathlon a surtout fait le choix du buzz»

Temps de lecture : 2 min

La porte-parole de La République en marche a partagé son sentiment sur la commercialisation d'un hijab de running.

Aurore Bergé le 27 février 2019| Capture d'écran FTVi
Aurore Bergé le 27 février 2019| Capture d'écran FTVi

Aurore Bergé, députée LREM des Yvelines et porte-parole du parti, était l'invitée de Gilles Bornstein mercredi matin dans l'Instant politique sur France Info. D'abord interrogée sur les indemnités chômage des cadres, elle a ensuite donné son avis sur la tentative de commercialisation d'un hijab de running par l'enseigne Decathlon.

À la question Slate «Decathlon a-t-il eu raison de renoncer à commercialiser son hijab de running?», Aurore Bergé a répondu qu’elle ne contestait pas le droit d’une femme à porter le voile: «Je refuse qu’une seule femme dans notre pays soit contrainte de le porter si elle ne le souhaite pas. Et je refuse qu’une seule femme dans notre pays soit menacée parce qu’elle le porte. Je pense qu’il faut tenir ces deux discours. Pour autant moi, je me suis interrogée sur le fait qu’une marque française, une marque de sport, commercialise ce qui n’a rien d’un accessoire de sport. Mais qui est de fait un signe religieux et qui est un signe religieux particulier.»


«Les femmes auraient le droit d’acheter un hijab pour marcher dans la rue, mais pas pour courir dans la rue. Quelle est la différence?» a rebondi Gilles Bornstein. La député LREM n’a pas répondu, mais a précisé qu’elle n’était pas contre la commercialisation du hijab de sport. Elle pense cependant que Decathlon a voulu faire du bruit: «Ils ont fait le choix de le commercialiser ou d’y renoncer, on verra ce qui se passera dans les prochains mois. Je pense qu’ils ont surtout fait le choix du buzz, clairement pour essayer de faire vivre cette marque».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les jours à 11h20.

Newsletters

Déconstruction

Déconstruction

Investiture de Valls: rien ne va plus dans la 5e circonscription des Français de l'étranger

Investiture de Valls: rien ne va plus dans la 5e circonscription des Français de l'étranger

Parfois regardées comme des points de chute faciles pour politiques en mal de mandat, les circonscriptions des Français de l'étranger ont elles aussi leurs règles et leurs acteurs locaux, qui peuvent faire dérailler la manœuvre s'ils sont ignorés.

Prochain gouvernement: qui après Castex?

Prochain gouvernement: qui après Castex?

Entre la formation du nouveau gouvernement et les élections législatives qui approchent, se dirige-t-on vers un renouvellement du personnel politique français?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio