Politique

Aurélien Taché, député LREM: «On a besoin de syndicats dans ce pays»

Temps de lecture : 2 min

Selon le député du Val d’Oise, la faiblesses des forces syndicales est une des causes du mouvement des «gilets jaunes».

Aurélien Taché le 25 février 2019| Capture d'écran FTVi
Aurélien Taché le 25 février 2019| Capture d'écran FTVi

Aurélien Taché, député LREM du Val d'Oise, était l'invité de Gilles Bornstein lundi dans l'émission l'Instant politique sur France Info. Interrogé sur une éventuelle diminution des indemnités chômages des cadres, à la suite des révélations des Échos, l'élu a répondu: «Je pense que c’est une mesure de justice sociale que de considérer qu’à un moment, ce n’est plus les cotisations salariales, mais l’impôt, la CSG [...] qui finance finalement la solidarité et l’assurance-chômage. Il n’y a pas de raison qu’elle monte à six ou sept mille euros chez les cadres.». Aurélien Taché y voit une réelle piste de sortie du grand débat: «Sur ce sujet-là, l’État va devoir reprendre la main, comme l’a dit le président de la République, on a eu malheureusement un échec de négociation. Ce qui pose d’ailleurs des questions sur l’avenir de la démocratie sociale en France. Moi, je crois qu’on a besoin de syndicats dans ce pays. C’est pour cela qu’il y a autant de gens sur les ronds-points et ailleurs. Parce que nous n’avons plus de cadres et d’organisations qui permettent de structurer la démocratie.»


À la question de Slate «Faut-il une contrepartie aux aides sociales, comme le proposent Muriel Pénicaud et Édouard Philippe?», le député LRM a répondu par la négative. «Je considère qu’il faut pouvoir proposer vite un accompagnement aux gens, il y a, de toute façon, déjà des obligations quand vous signez un contrat d’insertion. [...] Vous vous engagez à suivre un accompagnement pour retrouver un emploi. [...] Mais par contre, l’idée qui consisterait à dire que, de toute façon, quand on perçoit une allocation, quelle qu'elle soit, on peut et on doit toujours faire quelque chose, immédiatement pour la société, sinon on vous coupe cette allocation, je ne suis pas d’accord. Vous avez des gens qui sont trop abimés, trop accidentés par la vie.»

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les jours à 11h20.

Slate.fr

Newsletters

Les identités sont fluides, et la France n'échappe pas à la règle

Les identités sont fluides, et la France n'échappe pas à la règle

Le président Macron semble céder à la démagogie ambiante en instrumentalisant le thème de l'immigration.

Agitcom

Agitcom

Iran, Donald Trump mettra-t-il ses menaces à exécution?

Iran, Donald Trump mettra-t-il ses menaces à exécution?

Prêt à tirer, ou prêt pour la paix? La position de Donald Trump face à l'Iran inquiète. Il devait rencontrer le président iranien Hassan Rouhani lors de l'Assemblée générale de l'ONU, qui s'est ouverte ce 17 septembre, mais il a...

Newsletters