Économie

Goldman Sachs a aidé la Grèce à cacher ses dettes

Temps de lecture : 2 min

Goldman Sachs n'a pas exactement détruit l'économie grecque, mais la banque a aidé le pays à faire croire au reste du monde que sa dette sans-cesse grandissante n'était pas un si gros problème que cela. Comment? Avec des «tactiques semblables à celles qui ont engendré la crise des «subprimes» aux Etats-Unis», explique le New York Times.

La Grèce est désormais dans une situation financière grave, et les inquiétudes quant à son économie se font sentir dans toute l'Europe et aux quatre coins de la planète. Mais ses problèmes n'ont rien de nouveau. Depuis une décennie, Goldman Sachs, ainsi que d'autres grands établissements de Wall Street, a aidé la Grèce à dissimuler les énormes quantités d'argent qu'elle empruntait. Et pas seulement la Grèce. Au cours de ce qui est décrit pas l'article comme «une douzaine de contrats à travers le continent», des banques ont donné du liquide à des gouvernements en échange de paiements futurs, mais ont fait preuve de créativité comptable pour que les transactions ne soient pas répertoriées en tant que prêts. JP Morgan a par exemple aidé le gouvernement italien en 1996 en lui accordant un prêt déguisé en échange de devises.

Mais ce n'était rien en comparaison de ce qui s'est passé en Grèce, où des officiels ont effectué un «vide grenier à l'échelle nationale» en «hypothéquant les aéroports et les autoroutes du pays pour lever des fonds grandement attendus.» Même quand il devenait clair que la Grèce ne pouvait plus dissimuler ses problèmes très longtemps, Goldman a continué à essayer de faire des transactions avec le gouvernement grec jusqu'à la fin de l'année dernière.

[Lire l'article complet dans le New York Times]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Le siège de la banque centrale de Grèce à Athènes Yiorgos Karahalis / Reuters

Newsletters

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

Pour Canberra, le dilemme était simple: se conduire en nation souveraine et respecter le contrat passé avec la France, ou privilégier sa sécurité et son lien de longue date avec Washington.

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

Le vert est à la mode, qu'il s'agisse de croissance ou de finance. Mais il y a un grand décalage entre les mots employés et la réalité. Cela pourrait changer s'il y avait une réelle volonté politique.

Concurrence

Concurrence

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio