Égalités / Santé

Le Colorado sur le point de renoncer à l’abstinence comme seule forme d’éducation sexuelle

Temps de lecture : 2 min

Un nouveau projet de loi entend exiger une éducation sexuelle complète et inclusive.

La fin de l'abstinence | Vasily Koloda via Unsplash
La fin de l'abstinence | Vasily Koloda via Unsplash

C’est un projet de loi qui devrait être adopté prochainement dans l’État du Colorado, et qui permettrait de réformer les principes de l’éducation sexuelle telle qu’elle est actuellement prodiguée aux élèves.

Apprendre le consentement

Les écoles ne sont ni ne seront obligées de proposer des cours d’éducation sexuelle, mais si elles le font, la Chambre des représentants de l’État entend exiger que ce soit de manière inclusive et complète. Pour cela, elle souhaite interdire aux enseignants de raconter à leurs élèves des mensonges sur le sexe, d’exclure les expériences des personnes LGBTQ ou de s’appuyer sur des préceptes religieux, pratiques courantes jusqu’alors, qui s’accompagnaient de la promotion d’un modèle exclusif de «sexualité»: l’abstinence.

Le projet de loi, qui attend encore d’être adopté au Sénat, pourrait faire du Colorado le neuvième État du pays imposant l’enseignement du consentement dans les écoles.

«Le plus tôt nous parlerons aux enfants de ce à quoi ressemble le consentement, le plus tôt j’espère que le vent tournera et que nous n’entendrons plus d’histoires de personnes abusées», a déclaré Susan Lontine, la députée démocrate à l’origine du projet de loi.

La profession de l’abstinence, un danger plus qu’un remède

D’après l’Institut Guttmacher, 37 États imposent actuellement que soit abordé le thème de l’abstinence dans les cours d’éducation sexuelle, parmi lesquels 27 exigent que les professeurs insistent sur cette notion. Par revers, seulement 13 États exigent que les informations médicales fournies soient exactes, et 8 demandent à ce que cette éducation ne soit pas biaisée au regard de critères raciaux, sexuels ou ethniques.

«Je préfèrerais encore qu’ils n’enseignent rien du tout s’ils sont incapables d’être honnêtes», a déploré Susan Lontine.

Le New York Times rapportait récemment le témoignage d’un élève de quatrième vivant dans le Colorado, qui avait entendu en cours que «les gens sont comme des cassettes et qu’une fois qu’ils ont eu des rapports sexuels, ils sont sales et ne peuvent pas avoir de relations sérieuses». Dans un manuel approuvé par le Conseil de l’éducation de l’Alabama, on peut ainsi lire que «de nombreux adolescents souffrent physiquement et émotionnellement à cause d’une activité sexuelle».

Des études ont pourtant montré que l’éducation sexuelle fondée sur l’abstinence était inefficace en plus d’être dangereuse, menant à une augmentation des taux de grossesses précoces et de MST. Cela nuit également aux personnes LGBTQ, qui font face à des risques sanitaires plus élevés que la moyenne.

Newsletters

Pour les femmes, se masturber, c'est pas gagné

Pour les femmes, se masturber, c'est pas gagné

Les Françaises sont 26% à déclarer ne pas pratiquer l'onanisme contre 5% des hommes. Les inégalités de genre se nicheraient-elles jusque dans nos culottes?

Les parents ne voient pas du même œil la sexualité de leur fils et de leur fille

Les parents ne voient pas du même œil la sexualité de leur fils et de leur fille

L'âge du premier rapport sexuel a beau être quasi équivalent pour les filles et les garçons, les parents n'envisagent pas la vie intime de leur enfant de la même manière selon son sexe.

Aux États-Unis, les bibliothèques des prisons sont pleines de trous

Aux États-Unis, les bibliothèques des prisons sont pleines de trous

Chaque établissement sélectionne les livres mis à disposition des détenus de manière opaque et non contrôlée.

Newsletters