Société / Sports

Doit-on laisser les élèves constituer les équipes en EPS?

Temps de lecture : 8 min

Désigner deux responsables d’équipe et les laisser nommer leurs camarades tour à tour pour constituer leur formation, une méthode qui fait du mal aux élèves, et pas seulement à leurs émotions.

Il existe plusieurs possibilités pour ne plus stigmatiser lors des cours de sport. | andreas160578 via Pixabay
Il existe plusieurs possibilités pour ne plus stigmatiser lors des cours de sport. | andreas160578 via Pixabay

Le 31 janvier, @SheraZsama adressait sur Twitter une demande «aux profs de sport»: «SVP, je vous en prie, choisissez vous-mêmes les équipes. Y a rien de plus triste que de se retrouver le dernier non choisi. C’est une sensation vraiment heurtante.» Un cri du cœur retweeté 2.200 fois et mis en favori près de 6.000 fois. Preuve que la situation parle à beaucoup. Et que ce moment de formation des équipes, pourtant de courte durée au sein d’une séance d’EPS de deux heures, a constitué pour certains et certaines un traumatisme toujours vivace malgré le passage des années.

«Si quelqu’un fait ça, à mon avis, ce n’est pas un bon prof d’EPS! Du moins, c’est un prof qui n’a pas réfléchi aux conséquences désastreuses et contre-productives pour l’implication des élèves», embraye François Lavie, président de l’Association pour l’enseignement de l’éducation physique et sportive (AE-EPS). En effet, cette pratique blesse les élèves dans leur cœur mais aussi dans leur corps.

Une telle modalité de constitution des équipes vient en premier lieu humilier les élèves choisis par défaut, que ce soit pour leur corpulence, leur genre, leur manque d’expérience dans un sport ou leur faible cote de popularité dans la classe. «Celles et ceux choisis en dernier sont mis en visibilité. C’est très dégradant pour l’image de soi et le sentiment de compétence», pointe François Lavie. Ainsi que, incidemment, pour la pratique de l’EPS et donc le bien-être tant physique qu’émotionnel de l’enfant. «J’ai détesté faire sport en partie à cause de ça parce que je me sentais toujours rejetée», témoigne @Angelmoonlove sur le réseau social.

«Oh non, pas lui! On va perdre!»

Il convient en effet de «construire une relation de plaisir pour qu’à l’issue des cours, à la sortie du collège ou du lycée, les élèves aient envie d’avoir une pratique physique», ajoute le président de l’AE-EPS. Mais, pour cela, cesser de déléguer la tâche de composition des équipes aux élèves ne suffit pas. Même quand c’est le ou la prof qui constitue les groupes, les remarques désobligeantes, du type «Oh non Monsieur/Madame, pas elle/lui! On va perdre! Il/elle est trop nul», comme le glisse @JuuChvt sur Twitter, peuvent pleuvoir.

Certes, la violence peut être tempérée en composant les équipes en amont et en affichant les listes. Fini alors l’affront oral nominatif et public. Reste que cela ne fait que reporter le problème. Les élèves ne sont jamais dupes. Soit les équipes sont dites «de niveau» et, dans leur coin, «les plus faibles sont encore stigmatisés et ne progressent pas en restant entre eux», ponctue François Lavie; soit les équipes sont plus équilibrées mais les plus doués peuvent être frustrés d’être lestés de coéquipiers moins habiles et de ne pouvoir jouer à la hauteur de leurs capacités, ce qui vient encore une fois empêcher les moins forts de s’exercer et de se perfectionner. «Et là, ils ou elles jouent tous entre eux. Le “boulet” n’a même pas la possibilité de s’exprimer en sport, car le boulet n’a jamais le ballon. Même ceux de son équipe le poussent pour qu’il dégage», se souvient @marcotte17.

Émulation, progression

De quoi faire dire à @Juu_Lck que, «la formation de groupe en EPS, c’est toujours un calvaire». Et, à l’inverse, à François Lavie que c’est là que le métier est passionnant. Puisque l’on peut, en y réfléchissant bien, contribuer par ce biais à «une EPS de qualité». Le principe de base est le suivant: «Des équipes homogènes entre elles mais hétérogènes en leur sein », déclare le président de l’AE-EPS. En effet, «on a plutôt intérêt à ce que les scores soient serrés pour faire progresser les deux équipes collectivement» ainsi que chaque élève individuellement.

On sort de la logique purement sportive –c’est d’ailleurs pour ça que François Lavie n’aime pas l’expression «prof de sport», qui est «un autre métier», visant à faire sortir du lot les meilleurs pour les amener loin en compétition. Dans un cours d’EPS, «chaque élève doit se sentir exister aux yeux du prof, quel que soit son niveau». Éric Piedfer, directeur départemental de l’Union sportive de l’enseignement du premier degré du Val-de-Marne (Usep 94), tient le même discours et oppose la compétition à l’émulation: il s’agit de s’améliorer et non de prêter uniquement attention au score final.

Rapport de force

Plusieurs possibilités pour ne stigmatiser personne et, qui plus est, contenter tout le monde, les élèves qui maîtrisent le sport comme ceux qui en découvrent les bases. Un exemple: laisser d’abord les élèves se mettre deux par deux, entre copains, indique François Lavie. Car «en EPS, les élèves privilégient souvent l’affinité à l’association pour la performance». Une «montante-descendante» (on descend d’un terrain lorsque l’on perd et on monte lorsque l’on gagne) permettra de classer rapidement ces duos «sous forme ludique».

Mais, plutôt que de rester toute la séance avec les meilleurs binômes sur le terrain du haut et les moins bons à l’opposé, ce qui contient son lot de stigmatisation, le prof peut ensuite «associer les doublettes les plus fortes et les doublettes les moins fortes». Résultat: les équipes de quatre ainsi constituées seront d’un niveau homogène sans avoir mis en visibilité nommément et individuellement les élèves les moins forts. En plus, «dans un jeu à effectif réduit, la chance de toucher la balle pour les joueurs augmente; tandis que, si l’effectif augmente, ce sont toujours les mêmes bons joueurs qui vont toucher la balle», complète Éric Piedfer. La pédagogie et l’attention prêtée à la constitution des équipes viennent ainsi rééquilibrer le rapport de force.

Carte avantage

Puis, pour s’assurer que les «forts» et les «faibles» fassent équipe sans protester et progressent de concert, il est possible d’appliquer des consignes différenciées. «À partir du moment où une équipe mène de tant au score, pour rééquilibrer le jeu, on peut lui faire tirer une carte contrainte, qui lui impose une difficulté supplémentaire, par exemple celui qui a marqué ne peut plus marquer ou bien on agrandit les buts. On peut aussi laisser l’équipe adverse tirer une carte avantage, celui d’avoir un joueur en plus ou deux gardiens de but», détaille le directeur de l’Usep 94. Des outils qui s’inspirent des travaux du conseiller pédagogique en EPS Patrick Lamouroux sur les jeux coopétitifs, lesquels mêlent compétition et coopération, et qui confèrent «un autre enjeu» aux rencontres, insiste Éric Piedfer.

Ces droits différents peuvent aussi être répartis avant même que le match ne débute. «On peut choisir dans chaque équipe un ou une élève qui a le droit de faire une reprise de dribble, un ou une autre qui n’a pas le droit de tirer de près, ce qui peut être choisi par les coéquipiers ou par l’autre équipe», poursuit son confrère François Lavie. Il ne s’agit pas de cibler les moins bons ni les meilleurs mais de montrer que chacun a des compétences différentes et peut en faire bénéficier son équipe. De quoi impulser un vrai travail collectif! Cette pédagogie ne s’arrête pas aux sports collectifs ni aux activités de groupe comme l’acrosport et vient aussi revisiter la façon de goûter aux sports dits individuels, lesquels peuvent se pratiquer de manière plus collective. En tennis de table, dépeint le professeur d’EPS, on peut ainsi fonctionner par «dyades dissymétriques» et faire des matchs en score acquis. Les deux plus forts s’affrontent, ensuite les plus faibles, enfin un double, toujours en conservant le score du puis des matchs précédents. Voilà qui favorise «l’interdépendance positive»: «Quand son camarade plus faible va jouer, le plus fort aura tendance à le coacher, lui donner des conseils puisque les points de son partenaire comptent aussi pour lui.»

Scores parlants

Une réflexion à mener jusque dans la perception du score. Récemment, après une rencontre, Éric Piedfer a observé grâce à la réglette des émotions, un outil qui permet aux élèves de faire part de leur ressenti à l’aide d’émoticônes avant et après une séance d’EPS, que ces sentiments s’étaient dégradés pour les membres des équipes perdantes. «Dans leur ressenti, gagner ou perdre, c’était l’élément déterminant.» Pour éviter ce poids du score final, François Lavie recommande de mettre en place des «scores parlants», qui renseignent tant les profs que les élèves sur la manière dont chaque équipe a joué. «Si, à la fin du match, il y a 5-2, ça ne me renseigne pas: ça peut être cinq buts chanceux et deux buts marqués à l’aide d’une belle construction collective. Il est alors intéressant de prendre en compte dans le score des phases de jeu prometteuses.»

«Quand son camarade plus faible va jouer, le plus fort aura tendance à le coacher, lui donner des conseils puisque les points de son partenaire comptent aussi pour lui.»

Par exemple, on peut, au football, valoriser les tirs effectués après un «une-deux» en leur accordant un point, deux si le but est marqué. «Cela permet de donner plus du sens au projet collectif.» Ou, au handball, donner un point par tir tenté, dix par tir en or, lorsque le joueur se retrouve seul face au gardien, et cent pour un but en or. On sait alors comment on a joué, ce qui permet de développer une stratégie pour les rencontres suivantes et de «relativiser beaucoup la défaite»: «Je préfère quelqu’un qui perd avec “la manière” qu’un élève qui gagne sans savoir pourquoi ni comment.» Et puis, quand l’enjeu n’est pas seulement la victoire finale mais «la manière» de jouer, forcément, on ne regarde pas ses coéquipiers de la même façon, que ce soit lors de la constitution de l’équipe ou pendant le jeu.

Autant d’outils qui montrent à tous et toutes la réalité de leur niveau sans les blesser et facilitent la coopération et la progression. L’important étant, tant en constituant les équipes qu’en les faisant par la suite concourir, de ne pas réduire les élèves à une seule identité (fille, en surpoids, gringalet, gaucher…) et de leur faire comprendre que ces caractéristiques différentes ne sont en rien incompatibles avec la pratique du sport ni ne doivent être hiérarchisées. C’est seulement ainsi que la réglette des émotions pourra basculer pour les gagnants comme les perdants, les experts comme les débutants, du côté de l’émoticône souriante et que les cours d’EPS seront synonymes de plaisir et réussite.

Newsletters

Attentes

Attentes

Et pour ceux qui n'ont jamais travaillé, la retraite ça va se passer comment?

Et pour ceux qui n'ont jamais travaillé, la retraite ça va se passer comment?

[BLOG You Will Never Hate Alone] Je suis à la retraite depuis le jour où je suis né et je compte bien le rester jusqu'au jour de mon enterrement.

Peut-on encore emmener nos enfants manifester?

Peut-on encore emmener nos enfants manifester?

Leur faire partager ce moment, aujourd'hui, c'est risquer de les mettre face aux lacrymos, aux LBD, aux canons à eau, aux éclats de grenades de désencerclement et aux nasses.

Newsletters