Culture

Pourquoi une telle différence entre les goûts du public et les palmarès des Oscars?

Temps de lecture : 11 min

Ce que cache l'élitisme apparent des Oscars.

Julianne Moore remporte en 2015 l'Oscar de la meilleure actrice, pour son rôle dans «Still Alice» | Frederic J. Brown / AFP
Julianne Moore remporte en 2015 l'Oscar de la meilleure actrice, pour son rôle dans «Still Alice» | Frederic J. Brown / AFP

Les Oscars n'ont plus la côte. L'année dernière, la cérémonie n'avait attiré que 26,5 millions de téléspectateurs et téléspectatrices. Une baisse de 20% par rapport à 2017, et la plus faible audience de l'histoire des Oscars. Afin de regagner l'intérêt des spectateurs, l'Académie des Oscars avait annoncé l'été dernier plusieurs changements majeurs, notamment une réduction de la durée de la cérémonie ainsi que la création d'une nouvelle catégorie, l'Oscar du «meilleur film populaire».

Cette dernière annonce avait fait grand bruit. Certains journalistes et membres de l'Académie avaient fait part de leur inquiétude que la cérémonie perde en prestige, tandis que d'autres y ont vu une volonté d'écarter de l'Oscar du meilleur film les blockbusters comme Black Panther, finalement nommé dans cette catégorie. «Un prix du meilleur "film populaire" est un ghetto, et sera perçu comme tel, avait par exemple déclaré sur Twitter Mark Harris, journaliste à Vulture. Imaginez s'il était mis en place cette année: "Oh, comme c'est charmant, la populace s'est précipitée sur Black Panther -voilà un faux Oscar spécialement pour lui!" C'est à se cogner la tête contre les murs.»

À la suite de la polémique, l'Académie avait renoncé à mettre en place cette nouvelle catégorie pour les Oscars 2019, même si son président John Bailey a déclaré en novembre dernier que l'idée était toujours dans les cartons. John Bailey a également confirmé que cette idée avait été soufflée par la chaîne ABC, qui diffuse les Oscars. Sachant qu'ABC est la propriété de Disney, certains ont eu tôt fait d'y voir une manœuvre de la firme aux grandes oreilles pour mettre en avant ses propres productions.

Après les rachats successifs de Pixar, de Marvel, de Lucasfilm et plus récemment de 21st Century Fox, Disney s'est en effet placé en position de quasi-monopole sur le créneau des films à gros budget -visés par une telle catégorie. En 2017 par exemple, la moitié des dix films les plus populaires de l'année étaient à divers degrés des productions Disney: Star Wars VIII, La Belle et la Bête, Les gardiens de la galaxie Vol. 2, Spider-Man: Homecoming et Thor Ragnarok.

«Une question se pose : Disney, qui possède Marvel, Lucasfilm et Pixar, utiliserait-il ABC pour forcer l'Académie à créer un prix dont il devrait bénéficier plus que tout autre studio? (...)»

Mais même si l'Oscar du «meilleur film populaire» ne voit jamais le jour, sa simple évocation est révélatrice d'un certain malaise. Cela fait plusieurs années que le fossé ne cesse de se creuser entre le public et les Oscars, l'Académie récompensant de plus en plus de films indépendants et «snobant» les films populaires et les blockbusters, qui indépendamment de leur qualité sont souvent relégués aux catégories techniques. Mad Max: Fury Road (2015) est un cas d'école: nommé dans dix catégories, le blockbuster post-apocalyptique de George Miller reçoit six statuettes... mais aucun Oscar prestigieux, l'Académie lui préférant Spotlight pour la catégorie du meilleur film.

Tom Hardy dans Mad Max: Fury Road (2015), qui échoue à remporter les Oscars du meilleur film, du meilleur réalisateur et de la meilleure photographie | Capture écran

Cela n'a pourtant pas toujours été le cas: il y a encore une vingtaine d'années, il était courant pour les films plébiscités par le public de remporter des statuettes. Les Oscars seraient-ils devenus élitistes? Pour le savoir, nous avons collecté l'ensemble des films nommés et récompensés aux Oscars depuis huit décennies, et nous avons étudié leur popularité en salle.

Des Oscars de moins en moins populaires

Les données sont issues de l'Internet Movie Database (IMDb).

Seuls sont indiqués les films pour lesquels le box office est connu. Les chiffres correspondent au box office sur le territoire américain, et sont ajustés pour l'inflation (à partir de l'indice des prix du Bureau du Travail américain).

Voici l'ensemble des films nommés pour l'Oscar du meilleur film depuis 1940. La hauteur de chaque disque correspond au rang du film au box office: plus il est haut, plus le film a été populaire.

Et voici parmi les films nommés ceux qui ont reçu l'Oscar

Oscar du meilleur film

Jusqu'au milieu des années 2000, les films récompensés avaient généralement les faveurs du public. Le prix était même assez souvent remis au film le plus populaire de l'année: Autant en emporte le vent, Le pont de la rivière Kwaï, Ben-Hur, La mélodie du bonheur, Le parrain, Rocky, Rain Man, Forrest Gump et Titanic ont tous remporté la statuette. Le retour du roi, troisième volet de la saga du Seigneur des Anneaux, est cependant le dernier film du top 15 à se voir attribuer le prix.

En 2009, The Dark Knight et Wall-E, pourtant très bien reçus par la critique, sont "snobés" par l'Académie et ne sont même pas nommés. Pour éviter que cela se reproduise, le nombre de films nommés dans la catégorie passe de 5 à 10.

Des films comme Avatar, Là-haut, Toy Story 3, Inception, Gravity et American Sniper, gros succès au box office, sont ainsi nommés les années suivantes. Mais aucun ne reçoit la statuette, décernée à des films bien plus discrets en salles: Démineurs, récompensé en 2010, avait engrangé moins de 20 millions de dollars l'année de sa sortie.

En observant la courbe des audiences de la cérémonie des Oscars depuis 1974, on remarque que les années avec les plus fortes audiences correspondent également aux années où des films très populaires étaient nommés.

Quelques exemples... 1983 avec E.T., sélectionné dans neuf catégories, 1995 avec Forrest Gump, nommé dans 13 catégories, et bien sûr 1998 et son record d'audience pour Titanic et ses 14 nominations: 55 millions de téléspectateurs.

Depuis cette date, les audiences ne cessent de chuter, malgré des pics ponctuels en 2004 (pour Le retour du roi), en 2010 (pour Avatar) et en 2014, où Gravity était nommé dans 10 catégories et où il était question d'un Oscar pour Leonardo DiCaprio dans Le loup de Wall Street.

Oscar du meilleur réalisateur

Traditionnellement, les Oscars du meilleur film et du meilleur réalisateur récompensent très souvent la même oeuvre: depuis 1940, ils n'ont différé que 18 fois. L'une de ces exceptions est le sacre en 2006 d'Alfonso Cuarón, qui salue la virtuosité technique de son Gravity, l'un des films les plus populaires de l'année précédente et par ailleurs le seul film de science-fiction à recevoir l'Oscar du meilleur réalisateur.

Oscar de la meilleure photographie

L'Oscar de la meilleure photographie semble bien plus élitiste que les autres catégories. A partir des années 1980, avec l'explosion du nombre de films sortant chaque année, les films sélectionnés se veulent plus éclectiques.

Parmi les nommés se trouvent beaucoup de films étrangers, comme Le fabuleux destin d'Amélie Poulain ou le film chinois d'arts martiaux Le secret des poignards volants, ou encore le drame suédois Fanny et Alexandre et le conte fantastique espagnol Le labyrinthe de Pan, qui remportent tous les deux le prix.

Quelques précisions...

De 1940 à 1967, deux récompenses sont remises chaque année, pour la meilleure photographie en couleur et en noir et blanc.

Mudbound, nommé en 2018, n'est pas indiqué sur ce graphique, dans la mesure où le film n'a été distribué que sur Netflix. C'est également le cas cette année de La Ballade de Buster Scruggs des frères Coen, nommé pour l'Oscar du meilleur scénario adapté, ainsi que de Roma d'Alfonso Cuarón, nommé dans dix catégories -record absolu pour un film Netflix.

Oscar des meilleurs effets spéciaux et visuels

Les films à effets spéciaux ont généralement des budgets importants et fonctionnent très bien en salles.

Les années 1960 sont dominées par des péplums tels Ben-Hur et Cléopâtre, des films historiques comme Le jour le plus long et Tora! Tora! Tora!, et des œuvres encore plus novatrices sur le plan technique, comme Mary Poppins et 2001, l'odyssée de l'espace.

Les années 1980 et 1990 voient le triomphe d'Industrial Light & Magic, avec les films de Steven Spielberg (Les aventuriers de l'arche perdue, E.T., Jurassic Park...), de Robert Zemeckis (Forrest Gump) et James Cameron (Terminator 2 et Titanic). C'est également le sacre de la trilogie originale Star Wars, dont chacun des films remporte le prix, parfois sans aucune concurrence comme en 1981 et 1984.

Si Peter Jackson domine les années 2000 avec les trois films du Seigneur des Anneaux et King Kong, le prix semble devenir plus élitiste ces dix dernières années.

Avatar remporte bien le prix en 2010, mais aucun des films Marvel et Star Wars nommés n'est récompensé.

L'Oscar est plutôt remis à des films techniquement méritants mais mal accueillis par le public (A la croisée des mondes, Hugo Cabret), ou bien des œuvres avec une démarche d'auteur comme L'odyssée de Pi, Blade Runner 2049, et surtout Ex Machina, film le moins populaire à avoir reçu le prix.

Quelques précisions...

Les effets spéciaux sont les effets réalisés au tournage (explosions, coups de feu, pyrotechnie...), tandis que le terme d'effets visuels désigne les effets réalisés en post-production (notamment fonds verts et images de synthèse).

De 1973 à 1977, puis en 1979, 1981, 1984 et 1991, un Oscar d'honneur est remis à un ou deux films sans vote.

Action et aventure, pas le genre des Oscars

Pourquoi cet écart grandissant entre les films nommés et récompensés aux Oscars et les films attirant le plus de spectateurs dans les salles? La réponse tient peut-être à l'évolution des goûts du public en matière de cinéma.

En analysant les genres des films sélectionnés par l'Académie et des films les plus populaires de chaque année, on observe une disparité croissante. Si les genres plébiscités par l'Académie sont restés relativement stables au cours du temps, le public et l'industrie privilégient de plus en plus les films d'aventure et d'action, peu au goût des Oscars.

Depuis le début des années 2000 en particulier, le nombre de films de super-héros a explosé, plaçant ces superproductions au sommet du box-office chaque année ou presque. Ce virage vers un cinéma de divertissement «pop-corn» se fait au détriment des drames et films romantiques qui avaient autrefois les faveurs à la fois du public et de l'Académie, à l'image de Titanic qui s'inscrit dans ces deux genres.

Kate Winslet et Leonardo DiCaprio dans Titanic (1997) | Capture écran

Les données sont issues de l'Internet Movie Database (IMDb).

A chaque film sont associés entre un et trois genres: le total est donc supérieur à 100%.

Les fréquences pour les Oscars correspondent aux films nommés dans les six catégories suivantes: Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleure photographie, Meilleurs effets spéciaux ou visuels et Meilleur scénario original et adapté.

Les fréquences pour le box office correspondent aux vingt films les plus populaires l'année précédente.

Voici l'évolution de la proportion de drames parmi les films nommés aux Oscars depuis 1940. Un genre qui a toujours été très plébiscité par l'Académie, même si «drame» est une dénomination très large, regroupant des films aussi divers que La La Land, Django Unchained ou Interstellar.

Et voici l'évolution de la proportion de drames parmi les films occupant les vingt premières place du box office chaque année précédant les Oscars.

Drame

L'écart avec le public ne cesse donc de se creuser depuis les années 1980: en 1975, 70% des films du box office (soit 14 films sur 20) étaient des drames; en 2017, cette proportion n'est plus que de 15% (soit 3 films), et ce malgré un pic au milieu des années 1990 avec les succès populaires de Bodyguard (avec Whitney Houston) en 1992, Madame Doubtfire en 1993 et Forrest Gump en 1994.

Films romantiques

L'amour est-il mort? C'est en tout cas ce que l'on pourrait croire en observant l'évolution de la popularité des films romantiques.

Si dans les années 1940 et 1950 les romances représentaient régulièrement près de la moitié des films du box office, cette proportion ne cesse de chuter depuis 1978 et le carton populaire Grease, si bien qu'en 2016 et en 2017 aucun film romantique ne faisait partie des vingt films les plus vus en salle.

2018 marque une résurgence relative du genre, avec les succès en salles de A Star is Born et Crazy Rich Asians.

Films d'action

Depuis les années 1980, le public semble de plus en plus friand d'action, alors que ce genre n'a jamais vraiment été apprécié des Oscars.

Les films d'action représentaient un quart des films du box office en 1977, année de sortie du premier Star Wars; en 2018, c'est près de 60% des films populaires qui s'apparentent à ce genre, dont une majorité de films de super-héros: Black Panther, Avengers: Infinity War, Deadpool 2...

Films d'aventure

La même tendance se retrouve avec les films d'aventure, de plus en plus populaires depuis les années 1990: en 1989, année de sortie d'Indiana Jones et la dernière croisade et de Retour vers le futur 2, 20% des films du box office (soit 4 films) étaient des films d'aventure; en 2016, cette proportion est montée à 80% (16 films), pour la plupart des films de super-héros: Captain America: Civil War, Batman v Superman...

Les Oscars semble cependant s'ouvrir davantage aux films d'aventure depuis les années 2000, une ouverture relative puisque que ces derniers ne sont souvent nommés que pour l'Oscar des meilleurs effets visuels, qu'ils remportent rarement.

Les comédies peu récompensées

Le problème des Oscars ne serait donc pas tant leur élitisme que leur volonté de ne pas épouser les évolutions récentes des goûts des spectateurs et spectatrices. Depuis toujours, les Oscars ont tendance à privilégier certains genres au détriment d'autres: les drames et les films romantiques sont particulièrement appréciés, comme nous l'avons vu, de même que les films biographiques (ou biopics).

Les films dits de genre sont quant à eux sous-représentés. Aucun film d'horreur ou de science-fiction n'a jamais remporté l'Oscar du meilleur film, et seulement un film fantastique: La forme de l'eau de Guillermo del Toro en 2018 -bien que Le retour du roi (Oscar du meilleur film 2004) soit un film fantastique, il n'apparaît pas comme tel sur IMDb.

Ces tendances sont exacerbées quand on s'intéresse uniquement aux films ayant remporté l'Oscar. Les comédies, en particulier, sont assez souvent nommées mais peu récompensées.

La forme de l'eau (2017), seul film de genre avec Le retour du roi (2003) à avoir reçu l'Oscar du meilleur film | Capture écran

Les données sont issues de l'Internet Movie Database (IMDb).

A chaque film sont associés entre un et trois genres: le total est donc supérieur à 100%.

Chaque point sur ce graphique représente, pour un genre donné, la fréquence de films nommés pour l'Oscar du meilleur film.

Et voici les fréquences uniquement pour les films ayant remporté une statuette

Oscar du meilleur film

Drame, film romantique et biopic, sans surprise, arrivent en tête des genres les plus nommés et récompensés. Les comédies sont autant nommées que les biopics, mais seules 16% d'entre elles reçoivent une statuette. A l'inverse, les films de guerre ne constituent que 7% des nominations, mais sont récompensés dans plus d'un tiers des cas.

Oscar du meilleur réalisateur

Comme pour l'Oscar du meilleur film, drame, film romantique et biopic sont le trio de tête des genres les plus récompensés par l'Oscar du meilleur réalisateur. Les comédies sont une nouvelle fois désavantagées, puisque bien qu'elles représentent 21% des nominations, elles ne constituent que 17% des films à recevoir une statuette. Les films de guerre sont encore une fois sur-représentés parmi les films récompensés, puisque près de la moitié des 27 films nommés se sont vu remettre le prix.

Oscar de la meilleure photographie

L'Oscar de la meilleure photographie est plus éclectique. Le drame reste le genre prédominant, mais les films romantiques, les films d'aventure, les films historiques et les biopics représentent tous autour d'un quart des films récompensés. Encore une fois, les comédies sont nettement sous-représentées: bien qu'elles constituent 15% des nominations, elles ne reçoivent la statuette que dans 8% des cas.

Oscar des meilleurs effets spéciaux et visuels

Un peu de changement pour l'Oscar des meilleurs effets visuels, où les genres les plus nommés et récompensés sont les films d'aventure et d'action, les drames, les films de science-fiction et les films fantastiques. Malgré tout, l'Académie semble biaisée contre les films d'action, puisque seuls 27% des films de ce genre nommés se sont vu remettre une statuette. A l'inverse, près de la moitié des 77 drames nommés ont reçu une statuette.

Oscar du meilleur scénario original

Drame, films romantiques et comédies dominent l'Oscar du meilleur scénario original. Néanmoins les comédies sont encore une fois sous-représentées parmi les films récompensés: bien qu'elles soient bien plus souvent nommées que les films romantiques, elles disposent du même nombre de statuettes.

Oscar du meilleur scénario adapté

Pour l'Oscar du meilleur scénario adapté, on retrouve le même trio de tête que pour les Oscars du meilleur film et de la meilleure réalisation: drames, films romantiques et biopics. Encore une fois les comédies sont désavantagées, puisqu'elles constituent 22% des films nommés mais ne reçoivent une statuette que dans 13% des cas. Ce biais contre les comédies se fait au profit des biopics, qui représentent un quart des films récompensés, et des films historiques pour lesquels 38% des nommés ont remporté le prix.

Des Oscars de moins en moins populaires

Voici l'ensemble des films nommés et récompensés pour l'Oscar du meilleur film depuis 1940. La hauteur de chaque disque correspond au rang du film au box office: plus il est haut, plus le film a été populaire.

Jusqu'au milieu des années 2000, les films récompensés avaient généralement les faveurs du public. Le prix était même assez souvent remis au film le plus populaire de l'année: Autant en emporte le vent (1940), Le pont de la rivière Kwaï (1957), Ben-Hur (1959), La mélodie du bonheur (1965), Le parrain (1972), Rocky (1976), Rain Man (1988), Forrest Gump (1994) et Titanic (1998) ont tous remporté la statuette. Le retour du roi (2004), troisième volet de la saga du Seigneur des Anneaux, est cependant le dernier film du top 15 à se voir attribuer le prix.

En 2009, The Dark Knight et Wall-E, pourtant très bien reçus par la critique, sont "snobés" par l'Académie et ne sont même pas nommés. Pour éviter que cela se reproduise, le nombre de films nommés dans la catégorie passe de 5 à 10.

Des films comme Avatar, Là-haut, Toy Story 3, Inception, Gravity et American Sniper, gros succès au box office, sont ainsi nommés les années suivantes. Mais aucun ne reçoit la statuette, décernée à des films bien plus discrets en salles: Démineurs, récompensé en 2010, avait engrangé moins de 20 millions de dollars l'année de sa sortie.

En observant la courbe des audiences de la cérémonie des Oscars depuis 1974, on remarque que les années avec les plus fortes audiences correspondent également aux années où des films très populaires étaient nommés.

Quelques exemples... 1983 avec E.T., sélectionné dans neuf catégories, 1995 avec Forrest Gump, nommé dans 13 catégories, et bien sûr 1998 et son record d'audience pour Titanic et ses 14 nominations: 55 millions de téléspectateurs.

Depuis cette date, les audiences ne cessent de chuter, malgré des pics ponctuels en 2004 (pour Le retour du roi), en 2010 (pour Avatar) et en 2014, où Gravity était nommé dans 10 catégories et où il était question d'un Oscar pour Leonardo DiCaprio dans Le loup de Wall Street.


Oscar du meilleur réalisateur

Traditionnellement, les Oscars du meilleur film et du meilleur réalisateur récompensent très souvent la même oeuvre: depuis 1940, ils n'ont différé que 18 fois. L'une de ces exceptions est le sacre en 2006 d'Alfonso Cuarón, qui salue la virtuosité technique de son Gravity, l'un des films les plus populaires de l'année précédente et par ailleurs le seul film de science-fiction à recevoir l'Oscar du meilleur réalisateur.


Oscar de la meilleure photographie

L'Oscar de la meilleure photographie semble bien plus élitiste que les autres catégories. A partir des années 1980, avec l'explosion du nombre de films sortant chaque année, les films sélectionnés se veulent plus éclectiques.

Parmi les nommés se trouvent beaucoup de films étrangers, comme Le fabuleux destin d'Amélie Poulain (2002) ou le film chinois d'arts martiaux Le secret des poignards volants (2005), ou encore le drame suédois Fanny et Alexandre (1984) et le conte fantastique espagnol Le labyrinthe de Pan (2007), qui remportent tous les deux le prix.

Quelques précisions...

De 1940 à 1967, deux récompenses sont remises chaque année, pour la meilleure photographie en couleur et en noir et blanc.

Mudbound, nommé en 2018, n'est pas indiqué sur ce graphique, dans la mesure où le film n'a été distribué que sur Netflix. C'est également le cas cette année de La Ballade de Buster Scruggs des frères Coen, nommé pour l'Oscar du meilleur scénario adapté, ainsi que de Roma d'Alfonso Cuarón, nommé dans dix catégories -record absolu pour un film Netflix.


Oscar des meilleurs effets spéciaux et visuels

Les films à effets spéciaux ont généralement des budgets importants et fonctionnent très bien en salles.

Les années 1960 sont dominées par des péplums tels Ben-Hur (1959) et Cléopâtre (1964), des films historiques comme Le jour le plus long (1963) et Tora! Tora! Tora! (1971), et des œuvres encore plus novatrices sur le plan technique, comme Mary Poppins (1965) et 2001, l'odyssée de l'espace (1969).

Les années 1980 et 1990 voient le triomphe d'Industrial Light & Magic, avec les films de Steven Spielberg (Les aventuriers de l'arche perdue en 1982, E.T. en 1983, Jurassic Park en 1994...), de Robert Zemeckis (Forrest Gump en 1995) et James Cameron (Terminator 2 en 1992 et Titanic en 1998). C'est également le sacre de la trilogie originale Star Wars, dont chacun des films remporte le prix, parfois sans aucune concurrence comme en 1981 et 1984.

Si Peter Jackson domine les années 2000 avec les trois films du Seigneur des Anneaux et King Kong (2006), le prix semble devenir plus élitiste ces dix dernières années.

Avatar remporte bien le prix en 2010, mais aucun des films Marvel et Star Wars nommés n'est récompensé.

L'Oscar est plutôt remis à des films techniquement méritants mais mal accueillis par le public (A la croisée des mondes en 2008, Hugo Cabret en 2012), ou bien des œuvres avec une démarche d'auteur comme L'odyssée de Pi (2013), Blade Runner 2049 (2018), et surtoutEx Machina (2016), film le moins populaire à avoir reçu le prix.

Quelques précisions...

Les effets spéciaux sont les effets réalisés au tournage (explosions, coups de feu, pyrotechnie...), tandis que le terme d'effets visuels désigne les effets réalisés en post-production (notamment fonds verts et images de synthèse).

De 1973 à 1977, puis en 1979, 1981, 1984 et 1991, un Oscar d'honneur est remis à un ou deux films sans vote.


Les données sont issues de l'Internet Movie Database (IMDb).

Seuls sont indiqués les films pour lesquels le box office est connu. Les chiffres correspondent au box office sur le territoire américain, et sont ajustés pour l'inflation (à partir de l'indice des prix du Bureau du Travail américain).


Action et aventure, pas le genre des Oscars

Pourquoi cet écart grandissant entre les films nommés et récompensés aux Oscars et les films attirant le plus de spectateurs dans les salles? La réponse tient peut-être à l'évolution des goûts du public en matière de cinéma.

En analysant les genres des films sélectionnés par l'Académie et des films les plus populaires de chaque année, on observe une disparité croissante. Si les genres plébiscités par l'Académie sont restés relativement stables au cours du temps, le public et l'industrie privilégient de plus en plus les films d'aventure et d'action, peu au goût des Oscars.

Depuis le début des années 2000 en particulier, le nombre de films de super-héros a explosé, plaçant ces superproductions au sommet du box-office chaque année ou presque. Ce virage vers un cinéma de divertissement «pop-corn» se fait au détriment des drames et films romantiques qui avaient autrefois les faveurs à la fois du public et de l'Académie, à l'image de Titanic qui s'inscrit dans ces deux genres.

Kate Winslet et Leonardo DiCaprio dans Titanic (1997) | Capture écran

Voici l'évolution de la proportion de drames parmi les films nommés aux Oscars depuis 1940 (jaune) et parmi les films occupant les vingt premières place du box office chaque année précédant les Oscars. A noter que «drame» est une dénomination très large, regroupant des films aussi divers que La La Land, Django Unchained ou Interstellar.

L'écart avec le public ne cesse donc de se creuser depuis les années 1980: en 1975, 70% des films du box office (soit 14 films sur 20) étaient des drames; en 2017, cette proportion n'est plus que de 15% (soit 3 films), et ce malgré un pic au milieu des années 1990 avec les succès populaires de Bodyguard (avec Whitney Houston) en 1992, Madame Doubtfire en 1993 et Forrest Gump en 1994.


Films romantiques

L'amour est-il mort? C'est en tout cas ce que l'on pourrait croire en observant l'évolution de la popularité des films romantiques.

Si dans les années 1940 et 1950 les romances représentaient régulièrement près de la moitié des films du box office, cette proportion ne cesse de chuter depuis 1978 et le carton populaire Grease, si bien qu'en 2016 et en 2017 aucun film romantique ne faisait partie des vingt films les plus vus en salle.

2018 marque une résurgence relative du genre, avec les succès en salles de A Star is Born et Crazy Rich Asians.


Films d'action

Depuis les années 1980, le public semble de plus en plus friand d'action, alors que ce genre n'a jamais vraiment été apprécié des Oscars.

Les films d'action représentaient un quart des films du box office en 1977, année de sortie du premier Star Wars; en 2018, c'est près de 60% des films populaires qui s'apparentent à ce genre, dont une majorité de films de super-héros: Black Panther, Avengers: Infinity War, Deadpool 2...


Films d'aventure

La même tendance se retrouve avec les films d'aventure, de plus en plus populaires depuis les années 1990: en 1989, année de sortie d'Indiana Jones et la dernière croisade et de Retour vers le futur 2, 20% des films du box office (soit 4 films) étaient des films d'aventure; en 2016, cette proportion est montée à 80% (16 films), pour la plupart des films de super-héros: Captain America: Civil War, Batman v Superman...

Les Oscars semble cependant s'ouvrir davantage aux films d'aventure depuis les années 2000, une ouverture relative puisque que ces derniers ne sont souvent nommés que pour l'Oscar des meilleurs effets visuels, qu'ils remportent rarement.


Les données sont issues de l'Internet Movie Database (IMDb).

A chaque film sont associés entre un et trois genres: le total est donc supérieur à 100%.

Les fréquences pour les Oscars correspondent aux films nommés dans les six catégories suivantes: Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleure photographie, Meilleurs effets spéciaux ou visuels et Meilleur scénario original et adapté.

Les fréquences pour le box office correspondent aux vingt films les plus populaires l'année précédente.


Les comédies peu récompensées

Le problème des Oscars ne serait donc pas tant leur élitisme que leur volonté de ne pas épouser les évolutions récentes des goûts des spectateurs et spectatrices. Depuis toujours, les Oscars ont tendance à privilégier certains genres au détriment d'autres: les drames et les films romantiques sont particulièrement appréciés, comme nous l'avons vu, de même que les films biographiques (ou biopics).

Les films dits de genre sont quant à eux sous-représentés. Aucun film d'horreur ou de science-fiction n'a jamais remporté l'Oscar du meilleur film, et seulement un film fantastique: La forme de l'eau de Guillermo del Toro en 2018 -bien que Le retour du roi (Oscar du meilleur film 2004) soit un film fantastique, il n'apparaît pas comme tel sur IMDb.

Ces tendances sont exacerbées quand on s'intéresse uniquement aux films ayant remporté l'Oscar. Les comédies, en particulier, sont assez souvent nommées mais peu récompensées.

La forme de l'eau (2017), seul film de genre avec Le retour du roi (2003) à avoir reçu l'Oscar du meilleur film | Capture écran

Chaque point sur ce graphique représente, pour un genre donné, la fréquence de films nommés pour l'Oscar du meilleur film, et la fréquence de films récompensés.

Drame, film romantique et biopic, sans surprise, arrivent en tête des genres les plus nommés et récompensés. Les comédies sont autant nommées que les biopics, mais seules 16% d'entre elles reçoivent une statuette. A l'inverse, les films de guerre ne constituent que 7% des nominations, mais sont récompensés dans plus d'un tiers des cas.


Oscar du meilleur réalisateur

Comme pour l'Oscar du meilleur film, drame, film romantique et biopic sont le trio de tête des genres les plus récompensés par l'Oscar du meilleur réalisateur. Les comédies sont une nouvelle fois désavantagées, puisque bien qu'elles représentent 21% des nominations, elles ne constituent que 17% des films à recevoir une statuette. Les films de guerre sont encore une fois sur-représentés parmi les films récompensés, puisque près de la moitié des 27 films nommés se sont vu remettre le prix.


Oscar de la meilleure photographie

L'Oscar de la meilleure photographie est plus éclectique. Le drame reste le genre prédominant, mais les films romantiques, les films d'aventure, les films historiques et les biopics représentent tous autour d'un quart des films récompensés. Encore une fois, les comédies sont nettement sous-représentées: bien qu'elles constituent 15% des nominations, elles ne reçoivent la statuette que dans 8% des cas.


Oscar des meilleurs effets spéciaux et visuels

Un peu de changement pour l'Oscar des meilleurs effets visuels, où les genres les plus nommés et récompensés sont les films d'aventure et d'action, les drames, les films de science-fiction et les films fantastiques. Malgré tout, l'Académie semble biaisée contre les films d'action, puisque seuls 27% des films de ce genre nommés se sont vu remettre une statuette. A l'inverse, près de la moitié des 77 drames nommés ont reçu une statuette.


Oscar du meilleur scénario original

Drame, films romantiques et comédies dominent l'Oscar du meilleur scénario original. Néanmoins les comédies sont encore une fois sous-représentées parmi les films récompensés: bien qu'elles soient bien plus souvent nommées que les films romantiques, elles disposent du même nombre de statuettes.


Oscar du meilleur scénario adapté

Pour l'Oscar du meilleur scénario adapté, on retrouve le même trio de tête que pour les Oscars du meilleur film et de la meilleure réalisation: drames, films romantiques et biopics. Encore une fois les comédies sont désavantagées, puisqu'elles constituent 22% des films nommés mais ne reçoivent une statuette que dans 13% des cas. Ce biais contre les comédies se fait au profit des biopics, qui représentent un quart des films récompensés, et des films historiques pour lesquels 38% des nommés ont remporté le prix.


Les données sont issues de l'Internet Movie Database (IMDb).

A chaque film sont associés entre un et trois genres: le total est donc supérieur à 100%.


Les Oscars ne sont donc pas plus élitistes qu'avant, si ce n'est un goût plus prononcé pour les films indépendants depuis plusieurs années. Mais l'Académie des Oscars est et a toujours été une institution conservatrice, récompensant un certain type de cinéma qui n'a tout simplement plus les faveurs du public aujourd'hui.

La nomination de Black Panther pour l'Oscar du meilleur film 2019 marque-t-elle le début d'une réconciliation entre les Oscars et le public, ou bien -plus vraisemblablement- ne s'incrit-elle que dans la célébration de la diversité prônée par l'Académie depuis la polémique #OscarsSoWhite, au même titre que le sacre de Barry Jenkins (Oscar du meilleur film 2017 pour Moonlight) et de Jordan Peele (Oscar du meilleur scénario original 2018 pour Get Out)?

Réponse le 24 février prochain.

Article et datavisualisations réalisées avec WeDoData.

Newsletters

Emmanuel Macron va-t-il déclarer la guerre au cinéma français?

Emmanuel Macron va-t-il déclarer la guerre au cinéma français?

Le souhait du président de nommer à la tête du Centre national du cinéma l'auteur d'un rapport menaçant toute l'architecture du cinéma en France suscite une profonde inquiétude.

Trois livres pour bien vous ennuyer comme il faut cet été

Trois livres pour bien vous ennuyer comme il faut cet été

En vacances, le roman idéal est celui qui vous fait rapidement plonger dans une somnolence réparatrice. Voici notre sélection des lectures les plus propices à l'atteinte de cet objectif.

Comment Disney a mangé «Chérie, j'ai rétréci les gosses» de Yuzna et Gordon

Comment Disney a mangé «Chérie, j'ai rétréci les gosses» de Yuzna et Gordon

Les deux cinéastes, Brian Yuzna et Stuart Gordon, révélés par des films d'horreur de séries B, avaient passé quatre ans à préparer ce film. Avant de se faire broyer par la machine hollywoodienne.

Newsletters