Boire & manger / Santé

Votre rôti du dimanche pollue votre maison comme si vous étiez à New Delhi

Temps de lecture : 2 min

Le combo viande et légumes rôtis entraîne une forte pollution intérieure.

Un plat bon pour le moral mais mauvais pour votre maison.  | Gabriel Garcia Marengo via Unsplash
Un plat bon pour le moral mais mauvais pour votre maison. | Gabriel Garcia Marengo via Unsplash

Des scientifiques ont découvert que la cuisson de repas rôtis ou grillés pouvait rendre l’air domestique plus sale que celui de New Delhi, une des villes les plus polluées au monde, située en Inde. Le rôtissage de viande et de légumes, ajouté à l’utilisation d’une table de cuisson à gaz, libérerait des particules PM2.5. Ces minuscules molécules d’une taille inférieure à 2,5 micromètres sont assez petites pour être profondément inhalées dans nos poumons. Elles créent des troubles respiratoires ainsi que des maladies cardiovasculaires.

Pour cette étude, la directrice de la recherche Marina Vance et ses collègues ont cuisiné plusieurs repas dans une maison de trois chambres, à Austin au Texas. Cette dernière était munie de moniteurs de pollution extérieurs et intérieurs. Un jour, ils ont préparé un repas de Thanksgiving –dinde et choux de Bruxelles rôtis, patates bouillies, farce au pain et sauce aux canneberges.

Des résultats inquiétants

Résultats: le niveau de PM2,5 était de 200 micro-grammes par mètre cube pendant une heure. Celui de Delhi est de 143, et celui du centre de Londres de 15. Le degré de pollution calculé a ensuite dépassé les directives de l’OMS de 10 microgrammes pendant huit heures et demi. Les flammes de gaz, les aliments carbonisés, la graisse animale, les huiles de cuisson, ainsi que la crasse du four et des ustensiles utilisés ont libéré de la suie et des particules fines qui ont engendré l’élaboration des PM2,5.

«Nous savons que l’inhalation de particules, quelle que soit leur composition, est préjudiciable à la santé. Est-ce aussi grave que de respirer les gaz d'échappement des véhicules? Nous ne le savons pas encore», a déclaré Marina Vance au Guardian. «Cela se compare à une ville très polluée, mais il est important de se rappeler que c’était pour une courte période. Lorsque vous vivez dans une ville polluée, vous y restez vingt-quatre heures par jour.»

À noter que les moniteurs installés empêchaient la pollution extérieure de rentrer durant l’étude: pendant cette journée test, la quantité de particules était trente fois supérieure à l’intérieur que dehors.

Marina Vance a pris la parole sur la gravité de la pollution domestique due à la cuisine et aux produits ménagers, au sein de l’American Association for the Advancement of Science. La pollution extérieure est réglementée contrairement à celle intérieure. Le conseil que peut vous donner Vance pour l’instant, c'est d’utiliser une hotte et d’ouvrir la fenêtre quand vous cuisinerez votre rôti.

Slate.fr

Newsletters

Cinq brasseries de confiance à Paris

Cinq brasseries de confiance à Paris

Des valeurs sûres et des nouvelles adresses à découvrir dans la capitale.

La panzanella, ne dites pas que ça ne mange pas de pain

La panzanella, ne dites pas que ça ne mange pas de pain

Si vous pensez qu'il n'y a pas de sel dans les pains italiens...

Dans vingt ans, vous ne mangerez plus de viande (ou presque)

Dans vingt ans, vous ne mangerez plus de viande (ou presque)

Les vegans auront vaincu.

Newsletters