Parents & enfants / Sciences

Une femme poursuivie pour avoir retrouvé la grand-mère de sa fille née d'un don de sperme

Temps de lecture : 2 min

Une découverte «accidentelle», grâce aux résultats d'un test ADN.

Egg sperm  | Zappys Technology Solutions via Flickr CC License by
Egg sperm | Zappys Technology Solutions via Flickr CC License by

Zoe a 5 ans. Elle est née d'un don de sperme, acheté auprès de la NW Cryobank, localisée à Spokane, dans l'État de Washington. Pour Noël, sa mère Danielle Teuscher lui a acheté un test ADN, comme il s'en offre tant depuis quelques années. Le but est généralement de se découvrir des origines ethniques particulières, ou encore de vérifier si l'on présente des prédispositions à certaines maladies

Mais dans le cas de Zoe, les résultats ont réservé une suprise étonnante, révèle le New York Times: ils ont identifié sa grand-mère... soit la mère de son père génétique, resté jusqu'alors anonyme. Danielle Teuscher s'est empressée d'écrire à cette femme, afin de lui dire qu'elle serait ravie de la rencontrer, elle ainsi que son fils. Seul problème: celui-ci comptait rester anonyme.

Menacée de 20.000 dollars d'amende

Danielle Teuscher n'a pas tardé à recevoir un courrier de la NW Cryobank, la menaçant d'une amende de 20.000 dollars, pour avoir «violé de manière flagrante l'accord qu'elle avait signé»; elle n'avait en effet pas à rechercher l'identité de son donneur, ni à contacter sa famille. La lettre lui indique en outre qu'elle ne pourra pas utiliser les quatre autres échantillons de sperme qu'elle avait achetés, car provenant du même donneur.

Le règlement de la banque prévoit en effet un total anonymat de ses donneurs. Seule exception: l'enfant né d'un don, à 18 ans, peut demander à connaître l'identité de son géniteur, à condition que celui-ci ait donné son accord. Un raisonnement juridique «précaire», estiment certains experts: «On ne peut pas signer pour les droits d'un enfant qui n'est pas encore né», assure Dov Fox, professeur de droit à l'université de San Diego.

De son côté, Danielle Teuscher déclare vouloir «se battre pour récupérer les quatre flacons de sperme qu'on lui a confisqués. Si elle choisit d'avoir d'autres enfants, elle veut qu'ils aient le même père», détaille le New York Times.

Slate.fr

Newsletters

La façon dont on éduque ses enfants n'a pas tant d'impact que ça

La façon dont on éduque ses enfants n'a pas tant d'impact que ça

L'ADN est plus fort que tout.

Ces élèves indiens payent leurs frais de scolarité en déchets plastiques

Ces élèves indiens payent leurs frais de scolarité en déchets plastiques

Au Nord de l'Inde, une école a remplacé les frais de scolarité par du plastique qui est recyclé sur place.

Marie Kondo s'attaque aux enfants

Marie Kondo s'attaque aux enfants

La spécialiste mondiale du rangement satisfaisant a convaincu des millions d'adultes, mais sa mission ne s'arrête pas là.

Newsletters