Santé / Monde

Pour lutter contre le Sida, une députée de Tanzanie demande à ses collègues de se faire circoncire

Temps de lecture : 2 min

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, cette opération chirurgicale réduirait les risques d'infection des hommes par le VIH lors de relations hétérosexuelles. Sans pour autant les empêcher.

En 2011, sur la façade des bureaux de Human Rights Watch à Genève  | United Nations Photo via Flickr CC License by

En 2007, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) «ont recommandé de considérer la circoncision comme un moyen supplémentaire important de réduire le risque de transmission hétérosexuelle de l’infection du VIH chez l’homme.»

Depuis, plusieurs pays, notamment africains, à l'image du Kenya, du Bostwana ou de l'Afrique du Sud, ont mené des campagnes afin d'inciter les hommes à subir cette opération chirurgicale qui consiste à couper une partie du prépuce du sexe masculin.

Lors d'un débat au Parlement de Tanzanie, les propos d'une députée à ce sujet ont récemment fait polémique, raconte la BBC. Évoquant les moyens d'enrayer le virus du Sida, Jackline Ngonyani a déclaré que ses collègues masculins «qui n'avaient pas été circoncis devraient être obligés de subir cette opération.»

Dans ce pays d'Afrique de l'Est, 70% des hommes sont déjà circoncis, rapporte la BBC. Mais la Tanzanie demeure le 13e pays du monde le plus affecté par le Sida (selon des chiffres de 2016) avec environ 5% de sa population adulte porteuse du VIH.

Une «mesure de protection relative»

Devant les propos de Jackline Ngonyani, les réactions ont été diverses: si elle a reçu le soutien de l'un de ses collègues, Joseph Selasini, un autre, Joseph Kasheku, a jugé cette suggestion «rustre» et «invasive».

Depuis 2007, d'autres études sont venues relativiser celles sur lesquelles s'étaient basés l'OMS et l'ONUSIDA. Elles ont notamment confirmé que la circoncision ne réduisait par le risque de contamination de la partenaire féminine. Sur son site, Sida Indo Service note que la circoncision «reste donc une mesure de protection relative.»

Slate.fr

Newsletters

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

De la très barbare lobotomie aux techniques prometteuses de stimulation cérébrale, la médecine cherche depuis les années 1930 à traiter les maladies mentales en touchant à notre cerveau.

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

Souvent privé·es de recours médical, les seniors LGBT+ développeraient davantage de troubles cognitifs que les hétérosexuel·les.

Le scandale de l'amiante est une bombe à retardement

Le scandale de l'amiante est une bombe à retardement

Responsable d'un cancer de la plèvre, l'amiante est interdite en France depuis 1997. Deux décennies plus tard, 1.100 nouveaux cas de la maladie surviennent encore chaque année.

Newsletters