Égalités / Tech & internet

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels mystérieusement supprimé

Temps de lecture : 2 min

Le Gouvernement indonésien assume avoir demandé la suppression de ce compte au réseau social, qui dément pour sa part avoir satisfait à sa demande.

Durant une marche en faveur de la communauté LGBT à Jakarta | IDAHOT via Flickr CC License by

En janvier 2018, à la demande du Gouvernement indonésien, Google supprimait 14 applications LGBT de son Play Store, dont Blued, application de rencontres homosexuelles.

Plus récemment, c'est à un compte Instagram que s'en sont prises les autorités indonésiennes, raconte le Jakarta Post. Début février, le Gouvernement a demandé au réseau social de fermer le compte d'un certain @alpantuni. Dans ses posts, des dessins mettant en scène des personnages homosexuels dénonçaient les discriminations et abus subis par cette communauté.

Le Gouvernement assume, Instagram nie

Dès la disparition du compte, en début de semaine, le Gouvernement indonésien n'a pas caché son implication, et a assuré qu'Instagram avait simplement accédé à sa demande en supprimant le compte. Mais quelques jours plus tard, le ministère de l'Information et des Communications a confié avoir peut-être «tiré des conclusions à la hâte» en déduisant que le réseau social était forcément responsable de la suppression d'@alpantuni.

En effet, très vite, Instagram a nié avoir fermé ce profil, expliquait vendredi la BBC. Dans un communiqué, le réseau social affirme même que le compte en question «ne viole pas ses politiques». «De nombreuses autres raisons peuvent expliquer qu'un compte ne soit plus accessible, ajoute-t-il, notamment si le propriétaire de ce compte le supprime, le désactive, ou change son nom d'utilisateur.»

Le Gouvernement s'est par conséquent rattaché à l'une de ces thèses. Le porte-parole du ministère, Fernandinus Setu, a confié au Jakarta Post qu'il suspectait «l'auteur(e) d'avoir lui ou elle-même fermé son compte devant le déferlement de réactions». Le Gouvernement assure en effet avoir reçu plus de 6.000 plaintes contre les posts d'@alpantuni. C'est d'ailleurs pour cette raison que les autorités indonésiennes avaient sollicité la fermeture du profil, estimant que les dessins revêtaient un caractère pornographique. «La pornographie n'implique pas nécessairement que les parties intimes soient visibles, mais que l'on comprenne implicitement que le personnage est nu», a argumenté Fernandinus Setu au Jakarta Post.

Des messages de soutien sur Twitter

Pour le moment, il semble difficile de déterminer qui a réellement supprimé ce compte. Sur Twitter, le mystérieux @alpantuni a toutefois laissé deux messages ce samedi, après avoir apparemment suspendu son compte durant un certain temps: «Je voudrais poster tellement de choses, mais au vu de ce qu'il se passe, c'est probablement mieux de faire profil bas», écrit-il. Son second tweet est assorti de quelques dessins, et de ce message: «En à peine 24 heures, certaines personnes ont déjà envie de faire tomber ce compte.»

De nombreux commentaires de soutien apparaissent au bas de ces posts.

Si l'homosexualité n'est pas officiellement illégale en Indonésie, excepté dans l'État d'Aceh, régi par la Charia, les persécutions envers les personnes LGBT sont fréquentes, y compris de la part des autorités.

Slate.fr

Newsletters

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

«Mektoub My Love: Intermezzo» pousse à l'extrême ce phénomène auquel nous sommes déjà soumis·es constamment, que ce soit au cinéma, à la télé ou dans les pubs.

 Les picto «caca» et«pipi» remplaceront-ils les symboles «femme» et «homme» dans les toilettes?

Les picto «caca» et«pipi» remplaceront-ils les symboles «femme» et «homme» dans les toilettes?

Arrêtez de nous bassiner avec le genre des personnes qui les fréquentent.

Ce que James Baldwin nous apprend du racisme français

Ce que James Baldwin nous apprend du racisme français

[Tribune] Il est temps de penser le racisme à la française, de raconter son histoire, de déchiffrer ses codes et d’analyser ses concepts afin de ne plus transmettre l’ignorance volontaire.

Newsletters