Médias / Société

Slate et la Ligue du LOL: notre mise au point

Temps de lecture : 2 min

Depuis les révélations des agissements de la Ligue du LOL, de nombreux lecteurs et lectrices nous ont interrogés sur les raisons nous ayant conduits à maintenir Christophe Carron dans ses fonctions de rédacteur en chef de Slate.fr.

L’appartenance de Christophe Carron à ce groupe privé Facebook, fût-elle tardive et passive, fut clairement une erreur, que nous regrettons pour lui.

Nous condamnons très fermement les actes rapportés par les victimes, actes à nos yeux très graves et inacceptables.

Néanmoins, il faut rappeler que dans ce groupe d’une trentaine de personnes, les degrés d’implication et la nature ou la gravité des actes commis par les différents membres ne peuvent et ne doivent pas faire l’objet d’un amalgame.

La direction du site a longuement et à plusieurs reprises questionné Christophe Carron sur les événements relatifs à la Ligue du LOL et sur son implication au sein de ce groupe.

Les explications détaillées que Christophe Carron nous a fournies, nous ont convaincus de son absence d’implication personnelle dans des actes répréhensibles ou contraires à nos valeurs.

Nous travaillons avec lui au quotidien depuis suffisamment longtemps pour cerner sa personnalité et connaître sa rigueur professionnelle.

Cela fait maintenant une semaine que la Ligue du LOL a été très largement médiatisée et que plusieurs victimes ont pu apporter leur témoignage sur ces événements. Dans aucun des écrits et/ou témoignages publiés à ce jour, Christophe Carron n’a été accusé d’avoir harcelé ou insulté quiconque.

Christophe Carron dirige une équipe interne composée d'une très large majorité de femmes journalistes. Son comportement à leur égard, ainsi qu'à l'égard des journalistes indépendant·e·s qui écrivent pour Slate.fr, n'a jamais soulevé de questions sur son intégrité ou son respect des valeurs que nous défendons.

Enfin, il faut rappeler ici que depuis toujours Slate a fait de la lutte contre les discriminations, sous toutes leurs formes, un combat permanent.

Depuis le début nous avons largement ouvert les colonnes de Slate.fr au traitement de cette affaire et nous continuerons ainsi dans les semaines et mois à venir.

Jean-Marie Colombani, président de Slate
Marc Sillam, directeur général de Slate

Newsletters

Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses

Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses

Pour sa saga, George R. R. Martin s'est inspiré de la Guerre des Deux-Roses, un conflit impitoyable de l'Angleterre du XVe siècle, qui opposa les Lancaster et les York.

Votre capacité à traiter les informations atteint sa limite

Votre capacité à traiter les informations atteint sa limite

Stress, difficulté à démêler le vrai du faux... Face à un flux d'actualités toujours plus important, votre cerveau sature.

Aux États-Unis, le nouvel antiracisme vire à la paranoïa

Aux États-Unis, le nouvel antiracisme vire à la paranoïa

Les démissions, dénonciations et excuses publiques se multiplient, dans un environnement où un nombre toujours croissant d'attitudes sont considérées comme racistes.

Newsletters