Société

Pourquoi vous avez tant de mal à dire «je t'aime»

Temps de lecture : 2 min

On ne va pas se mentir: déclarer sa flamme peut être effrayant.

L'amour a ses raisons, que la raison ignore. | Ali Yahya via Unspash
L'amour a ses raisons, que la raison ignore. | Ali Yahya via Unspash

Dire «je t’aime» à ses parents, ses amis ou même à son chat semble si facile. Mais lorsqu’il s’agit de déclarer sa flamme à la personne dont nous sommes amoureux, les choses se corsent.

Nos relations modernes ne suivent pas le même schéma qu’auparavant. Jadis, les personnes se rencontraient, passaient du temps ensemble, apprenaient à se connaître, instauraient un climat de confiance, puis tombaient –éventuellement– amoureuses. Le schéma relationnel était plutôt linéaire.

Aujourd’hui, l’ambiguïté règne. Nous passons du temps avec quelqu’un, sans forcément vouloir nommer la relation ni l'officialiser, et cette période d'entre-deux peut durer un certain temps. L’incertitude de nos fréquentations entraîne un sentiment de vulnérabilité, mais aussi de pouvoir. L’individu qui exprime le plus d’ambivalence à propos de la relation est celui qui se fera le plus désirer. En clair, nous sommes compliqués.

Votre croyance en l’amour a aussi pu être ébranlée si vos parents ont divorcé. Après une séparation parentale, des enfants ont peur de revivre ce traumatisme et sont confrontés à des conséquences émotionnelles: ils remettent en question leurs sentiments et «ont plus de difficulté à reconnaître les signes d’une relation saine, déclare au Time Victor Harris, professeur agrégé de sciences de la famille, de la jeunesse et de la communauté à l’Université de Floride, car ils n’en ont pas vu assez autour d’eux».

Choix, répulsion et peur de l'engagement

En matière de consommation, il existe une théorie nommée la «surcharge du choix». Lorsqu’un éventail de possibilités s’offre à nous, l’effort mental est si grand que nous laissons tomber. En amour, les partenaires potentiels peuvent être si nombreux qu'en choisir un paraît impossible. Dire «je t’aime» scelle un accord et ferme en même temps toutes les autres portes.

Si vous n’avez ni des parents divorcés, ni un large choix de conquêtes, il est possible que vous soyez simplement allergique à ces deux mots. Les personnes ayant eu une personne de leur entourage distribuant les «je t’aime» au kilo peuvent avoir développé une forme d'écœurement pour cette expression.

De manière générale, nous ne voulons pas être associés à un mot qui nous a procuré un sentiment de douleur, de peur ou de répulsion.

Dire à quelqu’un qu’on l’aime, c’est prendre beaucoup d’engagement sur quelque chose qui pourrait ne pas fonctionner à long terme –ou même dans l’immédiat. Nous ne savons pas ce que l’être aimé répondra: déclarer sa flamme revient à se jeter dans l’eau sans en connaître la température.

La clé serait de le dire sans rien attendre en retour, car sinon, «vous pouvez aller en psychanalyse pendant vingt ans», plaisante le psychologue Stan Tatkin auprès du Time.

Slate.fr

Newsletters

Abandonnés sur le mont Blanc

Abandonnés sur le mont Blanc

À Noël 1956, l'ascension du plus haut sommet d'Europe de l'Ouest tourne au cauchemar pour deux jeunes alpinistes. Leur agonie est suivie en direct par la France entière.

La grossesse effraie encore certains recruteurs

La grossesse effraie encore certains recruteurs

Au Royaume-Uni, un employeur sur huit indique qu'il «hésiterait» à embaucher une femme qu'il pense susceptible d'avoir des enfants.

Il faut en finir avec le cliché de la «femme à chats»

Il faut en finir avec le cliché de la «femme à chats»

Aucune corrélation n'existerait entre la présence d'un félin dans votre maison et la dépression, la solitude ou l'anxiété.

Newsletters