Sciences

De plus en plus de papillons monarques se perdent en route

Temps de lecture : 2 min

Et ce n'est pas (forcément) mauvais signe.

«Naître avec le printemps, mourir avec les roses» | Bernie Kasper via Flickr CC
«Naître avec le printemps, mourir avec les roses» | Bernie Kasper via Flickr CC

Il s'agit sans doute de l'insecte le plus célèbre au monde. Et pour cause, le papillon monarque est non seulement très beau, mais avec sa migration annuelle où des milliers d'individus se retrouvent à un seul endroit pour se reproduire, il est à l'origine d'un des phénomènes les plus mirifiques du monde naturel.

Sauf que depuis maintenant plusieurs années, les spécialistes se font du souci pour lui, car les populations à atteindre les montagnes du Mexique en hiver se font de moins en moins denses. Pour une partie de la recherche, la raison est à chercher du côté d'une chute drastique du nombre de papillons atteignant leur maturité sexuelle, quand pour une autre, il s'agit des périls que les bestioles rencontrent durant leur migration.

Une étude menée notamment par des scientifiques de l'université de Floride isole une autre explication plus optimiste: la démographie des monarques ne semble pas subir de réelle avanie, c'est simplement que de plus en plus de papillons vont passer l'hiver ailleurs, sur les côtes fleuries du sud de la Floride.

Autre itinéraire

L'équipe dirigée par Hannah Vander Zanden a examiné par analyse isotopique les ailes et les corps d'un échantillon de papillons prélevés dans sa région. Il en ressort que près de la moitié des insectes étaient nés dans le Midwest américain, soit le berceau principal des populations de l'est des États-Unis.

Jusqu'ici, les spécialistes pensaient que les papillons nés dans cette région partaient ensuite chaque automne vers les régions montagneuses du Mexique. La découverte de Zanden et de ses collègues montre qu'au moins une partie de ces insectes choisit un autre itinéraire et volent dans la direction opposée jusqu'à la Floride, où ils viennent se reproduire et mourir.

«Des recherches antérieures avaient laissé entendre que certains monarques migrateurs terminaient effectivement leur course dans le sud de la Floride, seulement s'ils étaient portés par de forts vents d'ouest, commente pour DeGruyter Andy Davis, chercheur en écologie à l'université de Géorgie et rédacteur en chef de la revue Animal Migration. Mais ces données indiquent qu'ils ont en réalité délibérément voyagé jusqu'à cet endroit.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

L'étude pourrait ainsi permettre de tempérer les propos alarmistes sur la disparition des monarques, surtout si d'autres sites alternatifs de leur hivernage sont découverts.

Newsletters

La pandémie de Covid-19 est-elle responsable d'une augmentation des allergies aux pollens?

La pandémie de Covid-19 est-elle responsable d'une augmentation des allergies aux pollens?

Depuis 2020 et le confinement, nous sommes de plus en plus nombreux à devoir avoir recours aux antihistaminiques au printemps. Et cela ne devrait pas s'arranger...

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Selon une nouvelle étude impliquant près de 1.800 participants, un manque de sommeil aigu à l'âge adulte participerait au développement de troubles de la concentration et de la mémoire.

On va construire sur la Lune et sur Mars (avec la poussière trouvée sur place)

On va construire sur la Lune et sur Mars (avec la poussière trouvée sur place)

Quant au sang et à l'urine des astronautes, ils pourraient permettre de fabriquer du ciment.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio