Société

Juifs de France, la situation est grave

Temps de lecture : 3 min

[BLOG You Will Never Hate Alone] Selon un dernier sondage, 44% des «gilets jaunes» croient à l'existence d'un complot sioniste mondial. Pathétique et inquiétant.

Une croix gammée sur le portrait de Simone Veil, survivante de l'Holocauste, prise dans le XIIIe arrondissement de Paris, le 11 février 2019. | Jacques Demarthon / AFP
Une croix gammée sur le portrait de Simone Veil, survivante de l'Holocauste, prise dans le XIIIe arrondissement de Paris, le 11 février 2019. | Jacques Demarthon / AFP

Les chiffres à eux seuls donnent le tournis. Selon un sondage paru le 11 février pour le compte de la Fondation Jean-Jaurès et l’organisation Conspiracy Watch, près de 44% de nos «gilets jaunes» pensent qu’il existe un complot sioniste à l’échelle mondiale contre 22% de la population française en général –nombre incroyablement élévé qui en dit long sur la transmission des valeurs, le triomphe de l'ignorance, le règne de l'inculture généralisée. Autrement dit il y a, peu ou prou, un «gilet jaune» sur deux parmis les sondés qui adhèrent à des thèses antisémites.

Ce qui, après tout, n’est guère étonnant.

Quand on agonise dans la misère, quoi de plus normal que de regarder d’un air suspicieux ces vendus de Juifs qui, eux, riches à ne savoir qu'en faire, bien au chaud dans leurs palaces dorés, à l’ombre des bourses mondiales, continuent à prospérer et à s’engraisser sur le dos du peuple.

Difficile de croire, à chaque fois qu’un «malheureux» incident survient –une déclaration à l’emporte-pièce, un slogan indélicat, un graffiti obscène– qu’il s’agit là d'une action isolée. Quand vous avez 44% de vos membres qui adhèrent à de pareilles ignominies, c’est que les brebis galeuses sont des troupeaux, des légions d’antisémites qui aiment à voir dans la source de tous leurs malheurs –prétendus ou réels– la main scélérate de la finance juive.

On connaÎt la chanson, on la connaît même trop bien, on la chantait déjà au siècle passé outre-Rhin, on la chante depuis la nuit des temps, on la chante sur tous les tons, sous tous les toits, à toutes les sauces; on la chante pour incriminer le Capitaine Dreyfus, on la chante quand on apostrophe le Juif Blum à l’Assemblée nationale, on la chante pour célébrer le Maréchal Pétain, le sauveur de la patrie, on la chante à la moindre occasion quand soudain il faut trouver un responsable à ces vies qui se délitent.

Dans le même temps et sans évidemment qu’on puisse faire un quelconque rapprochement avec l’avènement des «gilets jaunes», on apprenait que les actes antisémites avaient encore bondi en France. De près de 74%. Une broutille. Quand soudain la parole se libère, quand on se sent autorisé, porté par le vent de l’Histoire, à laisser sa haine vagabonder dans l’espace public, lorsque, encouragés par des leaders d’opinion à la cervelle farcie de théories conspirationnistes, on vit au grand jour sa haine atavique du juif, dans une débauche de graffitis qui sont la honte de la France.

Bien sûr, lors des manifestations, pendant les assemblées générales, sur les réseaux sociaux, on ne dit rien de ces obsessions-là. Il est encore trop tôt, on a encore des pudeurs, un vague sentiment de honte, des atermoiements peut-être, le reste d’un scrupule où dansent au loin –dans un lointain de plus en plus évanescent d’ailleurs– dans le brouillard confus de la pensée, la cohorte des déportés et le souvenir des chambres à gaz.

Alors on parle référendum, pouvoir d’achat, retraites, taxes, impôts, mais derrière ces revendications parfois légitimes, parfois absconses, dans le secret de son âme, là où éclatent les vérités du cœur, certains ont des démangeaisons antisémites qui leur montent au cerveau et désignent encore et toujours le Juif –le suppôt de chez Rothschild– comme seul responsable de toutes ces injustices.

Cette fois, ne dites pas qu’on ne savait pas. On le sait. On le sent, on le renifle, il est là, tapi, odieux, nauséabond, ce bon vieil antisémitisme des familles qui, au fond, jamais ne meurt vraiment: il rôde à chaque nouvelle manifestation, il frappe, il se retire pour mieux revenir, il ne fait pas de bruit, il avance à pas feutrés, il dit «mais non, vous vous trompez, ce n’est pas moi», il prend les airs outragés de l’innocent accusé à tort, il s’offusque si jamais vous osez le montrer du doigt, mais pas à pas, sans crier gare, dans la confusion des exaspérations diverses et variées, parmi cet embrouillamini de fantasmes et de fausses nouvelles portées au pinacle par les réseaux sociaux, il monte à la tête et finira bien, un jour ou l’autre, par sortir de son lit.

Ce jour-là, il sera trop tard. Le piège se sera refermé, toutes les issues de secours seront condamnées, le peuple, celui de Munich et celui des ronds-points, fort de son bon droit, triomphera et dans cette ivresse née de la victoire, on ne prendra plus de gants pour s’attaquer à la racine du mal, au Juif éternel, porteur de toutes les maladies et de toutes les fautes.

Pour le Juif de France, si le temps n’est peut-être pas encore venu de partir, au moins serait-il sage de commencer à préparer les valises.

Enfin si jamais elles ont été défaites un jour.

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici: Un Juif en cavale

Laurent Sagalovitsch romancier

Newsletters

Non, le burn-out estival n'existe pas

Non, le burn-out estival n'existe pas

Cessons de nous leurrer: il n'y a pas de blues saisonniers mais plutôt une fatigue chronique.

Assister à votre propre enterrement peut vous aider à accepter la mort

Assister à votre propre enterrement peut vous aider à accepter la mort

Une pratique à mi-chemin entre le fantasme (narcissique) et l'expérience transcendantale.

Au secours, ma femme ne jette jamais rien

Au secours, ma femme ne jette jamais rien

[BLOG You Will Never Hate Alone] «On ne sait jamais» me dit ma compagne quand j'entends me débarrasser d'un vieux pull ou du reste d'un morceau de fromage.

Newsletters