Santé

Pourquoi sommes-nous fatigués sans avoir vraiment fait d’efforts?

Temps de lecture : 2 min

Vous êtes exténué après une journée au travail et pourtant vous n'avez pas bougé de votre bureau. Il y a peut-être une explication.

Le manque de motivation nous fatiguerait. | Kevin Grieve via Unsplash
Le manque de motivation nous fatiguerait. | Kevin Grieve via Unsplash

Les fesses sur un fauteuil, devant notre ordinateur, à taper sur le clavier toute la journée. Aucune activité physique, aucun effort. Pourtant, à la fin de la journée, nous sommes épuisés. Comment l'expliquer?

Deux hypothèses sont envisagées par les scientifiques. La première explique que nous puisons notre énergie dans nos réserves internes. C’est-à-dire qu'au long de la journée, nous faisons appel à un stock limité d’énergie mentale, la «volonté». Lorsque cette dernière est épuisée nous ressentons de la fatigue. Cette hypothèse est appelée «l'épuisement de l’ego». Cependant, les psychologues remettent en question cette possibilité. L’effet de cette dernière n’a pas été prouvé lors d'une recherche de vingt-trois laboratoires sur le sujet.

Deuxième hypothèse: le manque de motivation nous fatigue. Lorsque nous avons une tâche à effectuer, il est souvent facile de se déconcentrer jusqu’à n’en plus avoir d’intérêt. Nous sommes attirés par l’envie de scroller sur Instagram, de fumer ou d’un café. Cette tension entre le travail à exécuter et notre convoitise pour le divertissement nous épuise.

Des scientifiques britanniques ont récemment publié une étude: ils ont suivi cent infirmières reparties en deux groupes, travaillant chacune douze heures. Elles portaient sur elles un appareil calculant leur activité physique. Malgré la fatigue qu’elles exprimaient durant, aucune corrélation entre la quantité de travail physique et le sentiment d'épuisement n’a été trouvé. Mais les infirmières qui ressentaient le moins cette sensation, étaient les plus motivées et celles le mieux récompensées.


Tentations et objectifs


Les tentations nous rendent moins motivés à travailler, et a priori, nous fatigueraient plus. Michael Inzlicht, un psychologue de l'Université de Toronto qui étudie le contrôle de soi, la motivation et la fatigue, a suivi durant une semaine des étudiants et des étudiantes de l’Université McGill au Canada. Il fallait répondre à des questions quotidiennes sur les tentations, les désirs et la maîtrise de soi auxquels ils se livraient en ce moment, et s’ils se sentaient épuisés.

«Ce qui était surprenant pour nous, c’est que le plus grand déclencheur de fatigue n’était pas l’effort en soi, a déclaré Inzlich à Vox, c’était le nombre de tentations que chacun ressentait.» Comme aller sur Twitter ou parler avec son voisin.

Les psychologues n’ont pas encore trouvé de réponses à ce mystère, car il est difficile de suivre la motivation, les désirs, la fatigue d’une personne. Michael Inzlicht explique que l’être humain à beaucoup d’objectifs à atteindre pour survivre: manger, dormir, la recherche de partenaire et la réalisation de soi. «Parce que ces objectifs multiples se font concurrence nous avons d'un mécanisme en place qui signale “Hey, arrête de faire cette chose et fais autre chose”». Et ce mécanisme, suggère-t-il, pourrait être fatigant.

Slate.fr

Newsletters

Boire du thé vert ne réduit pas les risques de cancer

Boire du thé vert ne réduit pas les risques de cancer

On prête au thé, et notamment au thé vert, d'innombrables vertus. Pourtant, aucun effet n'a jamais été mis en évidence chez l'être humain.

Il existe un médicament miracle pour la schizophrénie

Il existe un médicament miracle pour la schizophrénie

Mais presque personne n'y recourt.

Quelques astuces pour réduire son exposition à la pollution de l'air

Quelques astuces pour réduire son exposition à la pollution de l'air

Même si le meilleur moyen reste encore de voter.

Newsletters