Sciences

Mais que se passe-t-il sur Uranus?

Temps de lecture : 2 min

Deux planètes Uranus et Neptune font l'objet de nombreux regards après la publication par la NASA de photos prises par le télescope Hubble au printemps dernier.

Uranus. / NASA, ESA, A. Simon (NASA Goddard Space Flight Center), and M.H. Wong and A. Hsu (University of California, Berkeley)
Uranus. / NASA, ESA, A. Simon (NASA Goddard Space Flight Center), and M.H. Wong and A. Hsu (University of California, Berkeley)

Cela peut surprendre, mais comme sur Terre, les autres planètes ont des saisons. Et sur Uranus, le long été est probablement responsable de cette drôle d'image capturée par le télescope Hubble et publiée le 7 février par la NASA.

Selon l'agence spatiale américaine, cette «large calotte blanche orageuse» que l'on peut facilement observer et qui recouvre une partie de l'habituel bleu cyan de la planète est due au mouvement des saisons et à la rotation unique de la planète. Comme l'explique Gizmodo: «La cause probable de cette caractéristique est liée à l’inclinaison unique de la planète, qui permet à la lumière du soleil de briller directement sur les régions polaires nord pendant une période prolongée pendant l’été [qui dure 21 ans sur Uranus]. C’est actuellement le milieu de l'été au pôle nord d’Uranus, ce qui nous amène à observer cette immense calotte blanche.»

Contacté par le site américain, un astronome de l'université de Leicester explique qu'une bande blanche existait déjà en 2007, mais était beaucoup plus petite: «Dix ans plus tard, cette bande s'est transformée en une calotte blanche et épaisse de gaz pressurisés qui cachent la région polaire de notre vue.» Le site américain explique cependant que l'on ne sait pas ce qui pousse ces gaz à changer, même si l'astronome envisage certaines pistes comme une hausse des températures.

Un autre scientifique de l'université d'Oxford, estime lui que ce phénomène n'est pas une tempête comme l'écrit la NASA, mais qu'il est causé par «une baisse de l'abondance de méthane au-dessus du nuage principal, accompagné par une possible légère augmentation de l'opacité de la brume».

Les mystères de Neptune

Neptune. / NASA, ESA, A. Simon (NASA Goddard Space Flight Center), and M.H. Wong and A. Hsu (University of California, Berkeley)

Mais Uranus n'est pas la seule planète à interroger les spécialistes ces derniers jours. Dans le même temps, la NASA a publié une photo de Neptune sur laquelle on peut voir une espèce de tempête sombre en haut au centre de l'image. La Nasa indique que c'est la quatrième fois qu'un tel phénomène est observé par Hubble, et selon les travaux d'un étudiant, «les points noirs apparaissent tous les quatre à six ans à différentes latitudes et disparaissent après deux ans».

Quant à savoir pourquoi on aperçoit ces vortex, comme l'explique Clubic, «les chercheurs de la NASA estiment que les vortex se développent profondément dans son atmosphère et qu'ils ne deviennent visibles pour Hubble qu'une fois qu'ils ont atteint des altitudes élevées». À droite de ces nuages, continue le site français, on trouve des «tâches blanches et brillantes sur Neptune sont ce que la NASA appelle des “nuages compagnons”, que Hubble a déjà pu observer en bien plus grands nombres avec les vortex précédents et dont l'activité semble être corrélé avec leur apparition».

Slate.fr

Newsletters

Le plan complètement fou pour refroidir la planète

Le plan complètement fou pour refroidir la planète

Selon des scientifiques, répandre du carbonate de calcium par avion pourrait réduire de moitié l'augmentation de la température mondiale.

Non, ce n'est pas «le sexisme» qui pousse à «moins prendre au sérieux» la douleur des petites filles

Non, ce n'est pas «le sexisme» qui pousse à «moins prendre au sérieux» la douleur des petites filles

Un scientifique alerte sur le mauvais traitement médiatique de son étude.

Au fond, le mouvement anti-vaccination est fondé sur la notion de privilège

Au fond, le mouvement anti-vaccination est fondé sur la notion de privilège

Le virus de la rougeole se propage rapidement dans le monde, laissant des victimes dans son sillage, faute de vaccination.

Newsletters