Monde

Elizabeth Warren est déjà la quatrième femme élue à annoncer sa candidature pour battre Trump

Temps de lecture : 2 min

Quatre femmes sont des candidates majeures pour la prochaine présidentielle américaine, un record.

Elizabeth Warren à Lawrence, dans le Massachusetts, le 9 janvier 2019. Joseph PREZIOSO / AFP
Elizabeth Warren à Lawrence, dans le Massachusetts, le 9 janvier 2019. Joseph PREZIOSO / AFP

On s'y attendait depuis quelques mois déjà, mais Elizabeth Warren a attendu ce 9 février 2019 pour officialiser sa candidature à la primaire démocrate et à la présidence américaine. La sénatrice du Massachusetts, qui est l'une des cibles les plus fréquentes de Donald Trump, a fait cette annonce dans son État, à Lawrence, «ancien cœur ouvrier de l'industrie textile du nord-est américain [...] avec un message résolument à gauche [défiant] la controverse sur ses lointaines origines amérindiennes», explique l'AFP.

Avec cette nouvelle candidature officielle, on connaît donc huit personnalités démocrates déjà en course pour obtenir l'investiture du parti et affronter Donald Trump (ou le candidat républicain qui le battrait lors des primaires) en novembre 2020.

Un nouveau record?

Surtout, note Quartz, il s'agit d'un record pour le nombre de «candidates majeures» à une primaire, puisqu'elles sont déjà quatre élues démocrates à avoir officiellement annoncé leur candidature: Kamala Harris, la sénatrice californienne, Kirsten Gillibrand, la sénatrice new-yorkaise, Tulsi Gabbard, la représentante du deuxième district d'Hawaï, et donc Elizabeth Warren. Quatre candidates auxquelles on peut ajouter une candidature plus «mineure», celle de l'auteure Marianne Williamson. Et ce chiffre pourrait grossir un peu plus au cours des prochaines semaines. La sénatrice du Minnesota, Amy Klobuchar, est notamment pressentie pour se lancer, elle aussi, dans la course aux primaires démocrates.

Ce n'est cependant pas le record de femmes en lice pour obtenir l'investiture d'un des deux principaux partis américains. Cinq femmes s'étaient présentées à la primaire républicaine de 1996 et six femmes à la primaire démocrate de 2004, mais aucune d'elles n'avait joué un des premiers rôles dans ces deux courses.

Comme le souligne Quartz, «cette importante liste de candidates arrive juste après que les Américains ont envoyé un nombre record de femmes au Congrès à l'occasion des élections de mi-mandat de novembre 2018». Deux ans plus tôt, à l'occasion de l'élection présidentielle 2016, Hillary Clinton était devenue la première femme à obtenir l'investiture de l'un des deux principaux partis américains.

Newsletters

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Les grandes puissances se livrent une bataille sans merci pour le contrôle des autoroutes de l'information sous-marines.

Communiqués

Communiqués

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio